En Languedoc, au Château de Pennautier | 5 questions à Miren et Nicolas de Lorgeril

L’été réserve son lot de surprises et de moments impromptus qu’il faut choisir de saisir. Sur la route des vacances, un arrêt à Pennautier, et les quelques heures passées en compagnie de Miren et de Nicolas de Lorgeril sont de ceux-là. Rencontre avec deux personnalités passionnées.

Connaissez-vous le Château de Pennautier ? Surnommée le « Versailles du Languedoc », cette élégante demeure implantée au cœur des vignes de Cabardès, à deux kilomètres seulement de Carcassonne, toise sans rougir la chaîne des Pyrénées à laquelle elle fait face. Et pour cause : elle vient de franchir le cap de son… 400ème anniversaire, et figurez-vous qu’elle n’a pas pris une ride !  Car ses propriétaires, héritiers de Bernard de Pennautier, représentant ainsi la 10ème génération en charge des lieux, ont eux aussi embrassé leur destin en consacrant leur vie à développer ce lieu chargé d’histoire. Une passionnante visite des lieux permet de découvrir une demeure dont chaque pièce est régulièrement et minutieusement inspectée, d’un œil de lynx, par Miren de Lorgeril. Agrandi par Levau (l’architecte de Versailles), remanié au fil des siècles, ce bâtiment aujourd’hui classé Monument Historique a été entièrement restauré en 2009 pour accueillir réceptions et séminaires, sans pour autant avoir rien perdu de son âme. Et pour cause, chaque pièce est un écrin pour les collections familiales, alliant les portraits d’ancêtres – le jeu des ressemblances est ouvert 😉 – et d’élégants vestiges du retour d’un voyage en Italie effectué par l’un d’entre eux. Sans oublier, en point d’orgue de la visite, l’exceptionnel mobilier de voyage laissé par Louis XIII lors de son passage à Pennautier en 1622. Nicolas et Miren de Lorgeril, qui ont repris la suite de leurs parents très jeunes, ont manifestement décidé d’occuper les lieux sans en devenir les prisonniers, et même d’en faire le tremplin de leur réussite. Leur secret ? Nous avons tenté de le percer au fil de la visite…

Car tout de même, reprendre cette imposante demeure flanquée d’un domaine viticole implanté dans une région encore marquée au fer rouge par une réputation de vins de masse, peu qualitatifs, tout cela en aurait impressionné plus d’un, n’est-ce pas ? S’agissant des vignes, souvenons-nous qu’au gré des arrachages successifs des zones les moins qualitatives, les surfaces viticoles de la région ont été divisées par deux entre le milieu des années 1970 et aujourd’hui. Et pourtant, il en aurait fallu plus, manifestement, pour impressionner ces deux-là. Nicolas et Miren ont pris le sujet du vin à bras le corps, décidés à réussir, en y consacrant une énergie intense et beaucoup d’enthousiasme. Leur vision ? Agrandir le vignoble, dans le but d’offrir aux amateurs une gamme variée de cépages et de typologie de vins, dans les trois couleurs. Aujourd’hui, Miren de Lorgeril se trouve à la tête d’un bel ensemble de 220 hectares de vignes réparties sur huit appellations. Son équipe veille sur six propriétés, dont trois dans l’AOP Cabardès (Château de Pennautier, Château de Caunettes, Domaine de Garille), une en Minervois (Domaine de la Borie Blanche), une à Saint-Chinian et Faugères (Château de Ciffre), et une, enfin, dans le Roussillon (Mas des Montagnes). Toutes sont situées à l’intérieur d’un triangle de 70 km de côtés, toujours accessible dans la journée, un impératif pour Nicolas de Lorgeril qui, outre le suivi minutieux des vignes, consacre une bonne part de son temps aux achats de raisins auprès de viticulteurs partenaires. Ce négoce soigneusement maîtrisé permet de diversifier l’offre de vins et de la compléter.

Tous deux nous embarquent pour visite des vignes, une virée à la tombée du jour sur les coteaux de Montpeyre, un site époustouflant de beauté, qui embrasse la chaîne des Pyrénées, le Massif Central au loin et celui des Corbières sans oublier, en ligne de mire, la cité de Carcassonne toute proche.

Dans les vignes de Pennautier, le calcaire éclaté couvre la surface du sol, reposant sur une couche argileuse en profondeur, qui contribue à apporter de la fraîcheur. Autre facteur déterminant, l’altitude, l’un des atouts de l’AOP Cabardès. Les vignes plantées à 360 mètres, au pied de la Montagne noire, tirent ainsi profit des nuits fraîches. Elles sont par ailleurs enherbées, de l’avoine pousse entre les rangs de vigne, plantées avec une densité de 5000 pieds à l’hectare seulement. Au-delà, dans un contexte de sécheresse marqué durant l’été, la concurrence entre les différents pieds nuirait à la maturation des baies.

Les vignes, plantées sur ces croupes argilo-calcaires, forment ainsi un paysage magnifique au relief vallonné, bénéficiant d’un excellent drainage et d’influences variées, tout à la fois atlantiques, méditerranéennes par leur situation au confins de ces différents massifs montagneux. Les cépages d’ailleurs, reflètent ces différentes influences, puisque les plants de cabernets sauvignon et franc, ou encore merlot cohabitent avec du cinsault, du grenache et de la syrah, pour les vins rouges.

Intéressant aussi, le terroir du Château de Ciffre, formé de schistes sur le secteur de Faugères, d’un sol argilo-calcaire à Saint-Chinian et de galets roulés en Côteaux du Languedoc. Passionnante mosaïque de terroirs dont la découverte accroit notre impatience de goûter les vins.

Le chai abrite 12 cuves béton de 80 hectolitres, complétées par des cuves inox qui accueillent les diverses opérations de vinification, et notamment le soutirage. Miren et Nicolas ne laissent rien au hasard, vous allez voir qu’une dégustation très sérieuse nous attend 😉

Le rosé de Pennautier tout d’abord, nous livre un jus gourmand, ponctué de jolies notes d’agrumes (pamplemousse) agréablement épicées, et qui s’achève par une finale saline, tout en fraîcheur salivante.

Cabardès Château de Pennautier rouge 2018
Terroirs d’Altitude

Les cépages de syrah, grenache et cabernet franc sont majoritaires dans l’assemblage. Ce dernier, d’ailleurs, tend à remplacer progressivement le merlot, car il vient structurer l’ensemble en lui apportant de la fraîcheur.
Au nez, de jolies notes de cacao viennent compléter le bouquet de fruits rouges. En bouche on trouve un ensemble de fruits noirs, poivré et relevé de notes de garrigue. La texture est veloutée, dense.

Minervois La Livinière 2019 – Domaine de la Borie Blanche

Dans ce très beau domaine acquis en 1999 par Nicolas et Miren de Lorgeril, les vignes poussent sur un amphithéâtre tourné vers la Méditerranée. Ce vin associe des grenaches plantés sur un sol principalement schisteux, et des syrahs issues d’un sol de schistes, reposant sur un sous-sol calcaire. Coup de cœur pour ce nez gourmand et fruité, épicé par de jolies notes de garrigue. En bouche, la texture soyeuse du vin se déploie avec élégance, ponctuée par des notes épicées. La finale est longue, intense. L’ensemble particulièrement gourmand en fait un beau vin de gastronomie.

Côtes du Roussillon 2018 – Mas des montagnes

La vallée de l’Agly est l’un de ces territoires qui offre des paysages aux contrastes saisissant, la vigne y pousse sur des pentes vertigineuses face au mont Canigou, et c’est dans ce cadre magnifique que les Lorgeril ont constitué un ensemble de 19 hectares, planté de syrah, grenache et macabeu. Le terroir complexe de schistes noirs et de calcaire donne un vin dense, aux arômes de fruits noirs associés à des notes minérales de pierre à fusil. La bouche dévoile un vin puissant, intensément velouté et crémeux qui s’achève sur une finale puissante, poivrée.

Saint-Chinian 2019 – Château de Ciffre
Terroirs d’Altitude

Ce beau domaine de 33 hectares offre un terroir singulier, puisque les sols de schistes et les sols argilo-calcaires se complètent de résidus coralliens. L’assemblage grenache (60%) – syrah (40%) donne ici un nez expressif de fruits noirs et d’épices, qui ouvre à la voie à une texture tout en finesse, suave et enveloppante. La finale est pleine d’énergie, très longue et intensément fruitée.

Faugères 2019 – Château de Ciffre
Terroirs d’Altitude

L’assemblage grenache-syrah, issu d’un terroir schisteux est ici complété par 5% de mourvèdre et 5% de carignan, offrant un ensemble complexe au nez, très rond, les arômes de fruits noirs s’expriment à parfaite maturité. Coup de cœur pour ce vin de gastronomie aux notes cacaotées qui appellent une belle viande rouge. Le vin est encore jeune, sa structure tannique bien présente demande à se fondre encore mais il est d’ores et déjà intensément gourmand et relevé d’élégantes notes poivrées.

L’Esprit de Pennautier 2018 – Cabardès

Cette cuvée résulte d’un savant assemblage de syrah, grenache, cabernet sauvignon et merlot, résumant à elle seule les influences de l’Atlantique et de la Méditerranée qui forgent la singularité des vins du domaine. Au nez, elle associe un joli bouquet de fruits rouges à des notes minérales, intenses, de sous-bois. En bouche, le vin s’exprime en finesse, un beau jus salivant et délicieusement poivré en finale. Son caractère salin donne envie d’y revenir !

Saint-Chinian 2017 – Château de Ciffre
Grand vin

Un nez très élégant, dense, complexe, associant un fruit intense et des notes de garrigue à des épices gourmandes de cacao.
En bouche la texture est enveloppante, soyeuse, une belle matière tapisse le palais. La finale révèle une légère amertume boisée, des arômes de poivre doux, une belle minéralité rafraîchissante. Coup de cœur pour ce très beau vin qui a encore du temps devant lui…

Faugères 2017 – Château de Ciffre
Grand vin

Le nez acidulé révèle des notes appétissantes de baies, de groseille finement épicées, pleines de fraîcheur et de vivacité. En bouche, le vin déploie une matière veloutée, ample, gorgé d’un très beau fruit, beaucoup de gras et une finale cacaotée particulièrement gastronomique, dont l’intensité appelle un accord à table !

Minervois La Livinière 2018 – Domaine de la Borie Blanche
Grand vin

Le nez associe des arômes de fruits rouges (groseille, fraise des bois) à des notes légèrement grillées, relevées d’épices de tabac, dans un ensemble séduisant.
En bouche, l’attaque tout en souplesse laisse place à un jus qui se déploie en bouche avec une intensité maîtrisée, salivante, s’achevant sur une finale puissante mais tout en élégance.

**

*

Comme si toutes ces activités ne leur suffisaient pas, nos hôtes ont choisi d’ouvrir un restaurant au cœur de leurs installations, délicieuse halte qui ponctue la découverte des lieux. Notre conversation se poursuit à la Table de Pennautier, autour d’un assemblage aromatique de grenache blanc et de macabeu produit en Côtes du Roussillon (Maset Montagne). En voici un petit résumé en cinq questions posées à Miren et Nicolas de Lorgeril.

1- Votre premier souvenir lié au vin ?

Miren de Lorgeril : Pour moi, il s’agit d’un château-rayas, découvert et dégusté en 1987, lors de mes études à l’Université de Suze la Rousse. Un foisonnement d’impressions jamais ressenties jusqu’alors, du fruit, une couleur, une minéralité…

 

Nicolas de Lorgeril : Me concernant, j’ai deux souvenirs à évoquer. Le premier, à l’âge de 12 ans. Je venais de perdre mon père. A l’époque, 5000 bouteilles issues des vignes du Château de Pennautier étaient vendues au camping voisin. Un client – un monsieur d’apparence très sérieuse – tombe en pamoison devant notre vin. Grande fierté.
Deuxième souvenir : j’ai 26 ans, je participe aux assemblages à la propriété. 45 cuves à départager. Une première pour moi. Soudain, à partir de 3 cuves qui me semblaient « moyennes », le résultat est magnifique. Je mesure alors l’importance du travail d’assemblage.

2- Votre vignoble se convertit progressivement au bio. Quel en a été le déclencheur ?

N. de L. Je vais être transparent : c’est le marché qui nous y a incités. Mais avant cela, ma mère, qui suivait des séminaires sur le thème de la malherbologie [discipline qui étudie les mauvaises herbes et les méthodes pour les éradiquer NDLR], nous avait sensibilisés à l’idée d’une viticulture durable. Depuis 10 ans nous avons rejoint l’association Terra Vitis [qui promeut un mode d’exploitation respectueux des générations présentes et futures NDLR]. Nous avons ainsi figuré parmi les tout premiers domaines du Languedoc à initier une démarche de conversion vers le bio.

M. de L. Ma belle-mère passait la période des vendanges à parfaire le travail de la machine, elle poursuivait le tri de la récolte, sans jamais quitter son imperméable ni son chapeau…

N. de L. Pour moi, le bio, tel qu’il est défini, n’apporte pas une réponse définitive. Mais nous voulions montrer que nous pouvions arriver à l’objectif de zéro résidu. Aujourd’hui, nos vins rouges sont tous bio, ou en conversion. Ce sera définitif pour les vins produits à la Livinière d’ici fin 2021, et pour l’ensemble des vins de Pennautier en 2022.

3- Le vin que vous auriez aimé vinifier ?

N. de L. Un très grand Bourgogne. L’archétype de la finesse que nous recherchons. La finesse, l’élégance vers laquelle nous tendons.

M. de L. Un vin du Rhône nord. En Hermitage. Une belle syrah.

4- De quoi êtes-vous le plus fier, la plus fière ?

N. de L. De ma femme !

M. de L. De ce que nous avons fait de « nos petits ». Ici, à Pennautier, je trouve toujours plein de limites, les défauts. En réalité, ce qui a le plus de prix à mes yeux, ce sont nos quatre enfants.

N. de L. Revenons au vin ;). Je suis fier d’avoir contribué, à 29 ans, en tant que Président de l’appellation Cabardès, à l’émergence d’une dynamique. D’avoir fait en sorte que des gens très différents réussissent à s’entendre.

M. de L. Je suis toujours fière de créer du positif.

5- La valeur que vous souhaitez incarner ?

M. de L. L’optimisme ! Et son prolongement chrétien, l’espérance. Lorsque nous avons repris les rênes du domaine, très jeunes, mon mari m’a demandé si je me sentais capable de relever le défi avec lui. Je lui ai demandé ceci : « Promets-moi une seule chose : ne jamais nous plaindre».

Se plaindre, avec un pedigree et un patrimoine de cette qualité ? Soucieux de s’en montrer dignes, Miren et Nicolas de Lorgeril, l’ont non seulement préservé, mais ils ont contribué à l’emmener toujours plus loin, au-delà même de leurs propres intérêts. Miren vient de passer trois ans comme Présidente du CIVL, l’interprofession des vins de sa région, tandis que Nicolas est très impliqué dans les instances qui oeuvrent au développement économique de la région. Le sourire de l’une, l’œil malicieux de l’autre viennent le confirmer : le monde du vin est source de rencontres délicieusement inspirantes.

Retrouvez les vins de la maison Lorgeril en vente sur iDealwine

Voir toutes les ventes de vins du Languedoc

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Masterclass Club iDéal Beaujolais, Mâconnais et Côte chalonnaise

Hier, quelques-uns des meilleurs clients d'iDealwine étaient conviés à une dégustation de haute volée dans nos locaux. Au programme, une dizaine de jolis vins, dégustés commentés en direct sur notre ...

Château Clarke : fraîcheur et terroir de la Rive Droite … dans le Médoc

Le vignoble bordelais n’a pas fini de vous surprendre. Château Clarke en est la preuve grâce à son terroir et son vin blanc d’exception.

Pas de Black Friday chez iDealwine, mais un French Friday | Décryptage

Ne cherchez pas de Black Friday chez iDealwine, ici, nous célébrons le French Friday. Que signifie ce terme ? On vous explique.