Christmas, Natale, Weihnachten… un tour d’Europe des repas de Noel et de leurs accords mets et vins

Accords-mets-et-vins-EuropeVous êtes déjà familiers avec le repas de Noel en France, mais connaissiez-vous les traditions gastronomiques des autres pays européens pour l’occasion ? Et quid de leurs accords mets et vins ? Au menu cette semaine : le Royaume Uni, l’Italie et l’Allemagne.

Royaume-Uni

Entrée

Le début d’un Great British Christmas dinner est marqué par le bruit des « crackers » qui s’ouvrent. Une fois les couronnes en papier sur les têtes, les festivités peuvent commencer ! Les entrées varient beaucoup selon les familles ; le fil conducteur est que cela reste plutôt léger, avant le plat principal et ses garnitures.

Le saumon fumé est probablement l’entrée préférée des britanniques, ce qui s’accorde à merveille avec un champagne blanc de blancs. En vin blanc, un blanc sec du Loire convient aussi parfaitement, tel qu’un sancerre ou un pouilly-fumé : leur trame droite, leur fraîcheur et leur minéralité s’accordent à merveille avec celles du saumon fumé.

La délicatesse et l’iode des huitres avec la fraicheur et le fruité d’un muscadet est tout simplement excellent. La minéralité et l’acidité d’un chablis convient tout aussi bien. Un champagne blanc de blancs extra brut (ou en tous cas peu dosé) aussi.

Pour les britanniques commençant leur repas à la française, c’est-à-dire avec du foie gras ou le pâté de foie de poulet, l’accord classique est bien sur un sauternes. Une alternative intéressante, serait un vin alsacien aromatique tels qu’un pinot gris ou un riesling. Plus rafraichissant et moins chargé en sucre, moins opulents que leurs pairs bordelais, ces vins ne satureront pas le palais pour la suite du repas.

Plat principal

Noel ne serait pas Noel sans la fameuse dinde, la viande traditionnelle des fêtes de fin d’année depuis l’époque victorienne. Cette viande blanche n’est pas très puissante et a une faible teneur en matière grasse ; un vin blanc rond et onctueux ou un rouge de puissance intermédiaire, avec peu de tanins et une belle acidité, sont recommandés.

C’est en effet la myriade de saveurs des accompagnements – ah, les accompagnements ! – qui doit aussi être considérée lors du choix de vin. Choux de Bruxelles, panais, farce, sauce aux canneberges… pas pour les petites natures ! 😉

La fruité et la fraicheur du pinot noir fera l’affaire très bien. Optez pour les vins plutôt puissants de Gevrey-Chambertin ou Pommard. Un cru du Beaujolais (en particulier les appellations Morgon ou Moulin-à-Vent) se marierait aussi très bien. Pour les amateurs de cabernet sauvignon, un Bordeaux à maturité – avec son équilibre délicat de fruité, acidité et tannins fondus, ainsi que les aromes tertiaires – peut être un accord merveilleux.

Pour les amateurs du vin blanc, la richesse, le boisé et l’onctuosité d’un chardonnay sublime la viande et la minéralité et l’acidité permettent de nettoyer le palais. Sinon, les vins blancs du Rhône sont une option hors des sentiers battus, mais intéressante, surtout à base de marsannes et roussannes, produisant des vins riches dans un style similaire au chardonnay.

Dessert

Les célébrations s’achèvent sur le roi des desserts : le fameux « Christmas pudding », accompagné bien sûr de brandy butter (sauce sucrée faite avec du cognac, beurre et sucre). Bien entendu, ce dessert peut très bien se déguster seul, mais pour les gourmands (comme nous !) un porto, tel que Taylor’s 20-Year-Old Tawny Port ferait sensation.

Italie

Tandis que le Royaume-Uni est au moins uni sur ce qui constitue un repas de Noel traditionnel, les choses sont bien plus compliquées dans il bel paese. Chaque région, chaque ville, voire chaque famille, a ses plats traditionnels. Voici une sélection loin d’exhaustive de plats festifs.

Dans presque toute la péninsule, Noel n’est pas envisageable sans un « brodo », un bouillon qui peut être complété par des ravioles de viande, poisson ou légumes. L’un des plats phares de l’Emilie Romagne, ce sont les tortellini in brodo, en Umbrie, Marche, Tuscan et Lazio, les tortellini se transforment en cappelletti. L’équilibre délicat entre onctuosité et acidité du trebbiano, par exemple le Trebbiano d’Abruzzo Emidio Pepe 2015, apporterait fraicheur et gourmandise.

En Trentin Haut Adige, ce sont des canerderli, des croquettes de speck et pancetta, qui sont soit servi en bouillon soit avec du beurre et fromage. Pour un accord régional, les vins rouges d’Elisabetta Foradori sont à ne pas manquer. Cette vigneronne talentueuse a revalorisé un cépage autochtone oublié, Teroldego, reconnaissable pour son acidité tonifiante.     

La gastronomie et les vins du Piémont sont inséparables : puissant, riche et mur, avec les truffes blanches souvent au premier plan. L’un des plats phares de la région, le braisé au barolo, n’est pas une exception. Les notes boisées, de framboises, cuivre et épices du barolo font de ce vin l’un des plus grands d’Italie.

En dessert, impossible de manquer le panettone ! Originaire de la Lombardie, le panettone est devenu le dessert de noël italien par excellence. Le pandoro de Vérone – même principe que le panettone mais sans les fruits confits et les raisins secs – est un peu moins connu mais tout aussi délicieux. Aromatique et élégant, le pétillant Moscato d’Asti est un accord classique pour ces desserts. Avec son degré d’alcool plutôt bas, cela peut être une très bonne façon d’achever un grand repas en légèreté.

Allemagne

Au centre d’un repas de noël allemand se trouvera souvent de l’oie, du canard ou une dinde rôtie, traditionnellement servi avec Serviettenknödel (des quenelles au pain) et choux rouge braisé. Pour le vin blanc, optez pour un vin puissant et onctueux, tel qu’un 1er cru de meursault. La rondeur et les notes florales du condrieu feraient aussi un très bon accord. En rouge, les arômes de fruits rouges et la belle acidité des vins ligériens constituerait un accord sublime.

Le fameux Dresdner Stollen, vendu au marché de noël de Dresden depuis le 15e siècle, est le dessert traditionnel de noël en Allemagne. A déguster avec un riesling spätlese, auslese ou beerenauslese, ou encore un gewürztraminer vendanges tardives.

Si les traditions culinaires de Noël changent d’un pays à l’autre, un élément demeure commun à tous : cette période de fêtes est toujours l’occasion de partager un bon repas en bonne compagnie. Bon appétit et joyeux Noël !

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

philippe dourthe

Philippe Dourthe, propriétaire du Château Maucaillou, s’est éteint

Une grande figure du Bordelais est décédée le 22 juillet. Entrepreneur dynamique, issu d’une lignée de négociants bordelais, Philippe Dourthe a su transmettre sa passion à ses trois enfants qui ...

Dégustation : nos coups de cœur de Biodyvin

Le lundi 7 novembre se tenait le salon Biodyvin à Paris. L’occasion pour quelques chanceux d’iDealwine d’aller (re)goûter les cuvées ...

Wine Symposium 2017

Wine Symposium au lac de Côme et verticale Armand Rousseau, le temps suspendu

Se poser sur les rives du lac de Côme, goûter d’incroyables grands crus, y croiser des géants du vin, des amateurs passionnés et d’immenses dégustateurs, aussi humbles que brillants... Récit ...