Château d’Issan | Un passé prestigieux, un avenir radieux à Margaux

Les pierres et la terre du château d’Issan sont les témoins de son histoire riche et longue. Ce que l’on ressent en voyant ses murs et en goûtant ses vins nous amène bien plus loin que ce que nous permettent nos sens. Troisième cru classé à Margaux, cette propriété bordelaise compte aujourd’hui parmi les plus prestigieuses de la région.

Avec sa façade impressionnante, ses tours féeriques et ses douves antiques, le Château d’Issan semble tout droit sorti d’un récit chevaleresque. Il se trouve au cœur du paysage idyllique de Margaux, une appellation médocaine dont la renommée remonte à longtemps, bien longtemps. Effectivement, l’histoire de ce domaine n’est évidemment pas limitée au fameux classement de 1855 et la légende veut que ses vins aient été servi pendant les noces d’Aliénor d’Aquitaine et Henri Plantagenêt en 1152. Ce dernier allait devenir roi d’Angleterre, d’où la devise du château, ‘Regium mensis aris que deorum’ qui signifie ‘Pour la table des Rois et l’autel des Dieux’. Impossible de nier la véritable splendeur de ce domaine illustre.

La propriété actuelle comprend des éléments issus d’époques différentes, un patchwork reflétant sa propre histoire. Le bâtiment originel du XIIe siècle n’est plus, puisque le baron d’Essenault le rasa après 1600. Puis, à chaque fois qu’une nouvelle famille reprenait le château, elle laissait son empreinte, avec les Duluc en 1824 qui se chargeait d’améliorer le vignoble, et la famille Roy qui fit construire les premiers chais gravitaires. Les rénovations furent nombreuses depuis cette époque-là, et le château fut inscrit monument historique en 1970 grâce au travail des Cruse, propriétaires actuels qui ont sauvé le domaine après les destructions de la seconde guerre mondiale. C’est maintenant la troisième génération qui y travaille, rejoint par Françoise et Jacky Lorenzetti en 2012. Ces derniers ont renforcé l’équipe avec leur savoir-faire, étant également propriétaires du Château Lilian Ladouys à Saint-Estèphe et du Château Pedeslaux à Pauillac.

Maintenir un domaine d’une telle renommée requiert de l’expertise, et ici l’équipe s’occupe de 59 hectares de vignes, dont 44 ha en Margaux, 5 ha en Haut-Médoc et 10 ha en Bordeaux Supérieur. La proximité du vignoble à la Gironde lui confère un terroir de grande qualité. Le climat tempéré est rafraîchi par l’influence de l’estuaire et de l’océan, ce qui apporte un caractère bien équilibré et distingué aux vins. Les sols sont particulièrement propices à une expression authentique du terroir, puisque les croupes de graves drainent le terrain de façon très efficace ; sans accès très facile à l’eau, les vignes ont besoin de puiser profondément pour chercher les nutriments. C’est ainsi que les grappes de cabernet sauvignon (65%) et de merlot (35%) reflètent aussi bien leurs origines.

Au chai, les soins effectués sont minutieux, alliant l’importance de la tradition et l’innovation technologique. Les spécificités de chaque parcelle sont respectées, les raisins étant séparés en cuves thermorégulées. Pendant la vinification, ce sont les tanins qui reçoivent toutes les attentions, avec les remontages et les contrôles de température pendant 18-24 jours de cuvaison. Puis, la période d’élevage dure environ 18 mois en barriques de chêne français, le temps traditionnel qu’il faut pour produire des bordeaux de qualité et de longue garde. Des vinifications soignées et ‘haute-couture’, terminant en beauté le long processus menant à la production de cuvées dignes de leur rang de troisième cru classé. A noter d’ailleurs que ce château fait parti des rares crus classés à ne pas avoir été remembré, comptant encore aujourd’hui sur son vignoble historique.

Les vins de Château d’Issan

Les vins d’Issan peuvent se boire jeunes sur certains millésimes, mais quelques années de garde leur apporteront une belle complexité d’arômes et un superbe velouté, car les tannins s’assouplissent au fil des ans. Concentrés et tout en finesse, élégants et emblématiques de l’appellation Margaux, les vins du Château d’Issan ont toute leur place dans la cave d’un amateur.

Il y aussi le second vin, Blason d’Issan, qui bénéficie des mêmes soins que le grand vin. Issu des jeunes vignes du château, c’est une magnifique entrée en matière. La bouche est superbe de distinction, concentrée mais dotée de la grâce des vins de Margaux. C’est un vin que l’on peut déguster plus jeune : après 3 à 9 ans de garde.

Voir tous les vins du Château d’Issan en vente

Château d’Issan, ce qu’en disent les guides

La Revue du vin de France (2*/3)

Les vins ont gagné en épaisseur, en intensité et en profondeur ces dernières années, tout en conservant un toucher très soyeux. Ils font désormais partie de l’élite de l’appellation. Le 2016 est un très joli margaux classique, doté d’une belle délicatesse de bouche, de tanins fins et d’une persistance salivante. Le fruit est frais et la finale brillante. Bien constitué, avec du volume et une bouche de belle rondeur, 2017 est un vin au fruité sphérique et joliment tendu en finale. Très bel équilibre.

  • Voir les commentaires (2)

  • yves stordeur

    Château dIssan produit de superbes vins de garde. Je déguste encore des bouteilles du millésime 1995 qui sont encore délicieuses !

    • iDealwine

      Entièrement d’accord, vous prêchez des convertis 🙂

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

2nd day in Beaujolais | A la rencontre des vignerons

2ème jour dans le Beaujolais, ce ne sont pas moins de 5 domaines que nous sommes allés visiter aujourd’hui : des icônes bien installées ou tout juste révélées…

Patrick Baudouin, défenseur et révélateur des grands terroirs de l’Anjou noir

Patrick Baudouin sait tirer le meilleur du chenin et des grands terroirs de l’Anjou noir, un domaine discret mais reconnu, qui mérite toute votre attention.

Une nouvelle page s’ouvre au Château de Carles

Arrivée de la 5ème génération, inauguration du nouveau cuvier, 1ère édition du festival musical. Une nouvelle page s’ouvre au château de Carles.