Champagne Val Frison | Le triomphe du pinot noir

Val Frison n’est pas le plus connu des domaines de Champagne mais il est loin d’être également le moins qualitatif ! Ici, sur les calcaires kimméridgiens et portlandiens, le pinot noir est roi, Valérie Frison en apprécie le côté généreux qui teinte tant ses champagnes à la fois mûrs et solaires. Des nectars vineux à souhait, d’une belle complexité et d’un équilibre impressionnant.

Val Frison, c’est le diminutif de Valérie Frison, une femme qui se cache derrière ces superbes champagnes de la Côte des Bar, dans l’Aube, à quelques kilomètres au sud-est de Troyes. La vigneronne est une passionnée qui a plus d’une corde à son arc, et notamment des vignes dans le giron familial depuis des décennies, initialement destinées à la coopérative de Chassenay d’Arce. Installée depuis 1996, champagnisant depuis 2007 avec son ex-mari sous le nom de Champagne Frison-Demarne, Valérie a sorti le premier millésime de Val Frison en 2012. De ses six hectares de vignes, seuls 3,5 sont destinés à sa production personnelle, le reste étant pour la coopérative. Alors qu’en 2007, à peine 4 000 bouteilles sortaient du domaine tous les ans, la production s’élève aujourd’hui à une moyenne de 15 000 flacons à l’année.

Là où trône le pinot noir

Les vignes sont installées sur les coteaux de Ville-sur-Arce, elles sont pour l’essentiel plantées en pinot noir (93%), le cépage dominant de la Côte des Bar, et le reste en chardonnay (7%). Les sols sont essentiellement kimmeridgiens, avec une parcelle plantée sur du portlandien qui donne d’ailleurs naissance à une cuvée dédiée, l’âge moyen des vignes étant d’environ 35 ans. Depuis que Valérie a repris à elle seule le domaine, l’exigence reste très élevée : ce dernier est passé à la culture bio en 2003, et la certification est obtenue en 2010, avec notamment des pratiques inspirées de la biodynamie. Beaucoup de soins sont donc apportés aux vignes – enherbées, avec un simple labour peu profond au printemps – de façon à récolter manuellement des raisins d’une belle maturité (on atteint entre 10,5° et 11° à la vendange, ce qui est rare sur le secteur). Valérie Frison a fait le choix de ne vinifier pour le domaine que le meilleur de la vendange (entre la moitié et 2/3) et de livrer le reste au négoce.

Chez Val Frison, la volonté de qualité et de naturel se traduit également dans les vinifications et l’élevage, un art très précis qui s’exprime sans intrants (le seul étant des doses minimales de bisulfites au pressurage, de l’ordre de deux grammes par hectolitre).

Du naturel au rendez-vous des vinifications et de l’élevage

C’est en 2007 avec l’aide de Bertrand Gautherot (des champagnes Vouette et Sorbée) que les premières vinifications du domaine Frison Demarne eurent lieu. Elles sont depuis réalisées dans un chai acquis à cet effet. L’accent est mis sur la vinification par terroir afin de mettre en avant les caractéristiques de chaque sol : plus rondes et suaves pour les pinots sur kimméridgien, plus épicées et presque tanniques pour celles sur portlandien !

Les fermentations alcooliques ont lieu dans des cuves inox, et sont le fruit des levures indigènes, là où les malolactiques, naturelles également, se font sur lies. Puis, les vins sont élevés en barriques de trois vins provenant de La Chablisienne ou de Vouette et Sorbée, entre six et neuf mois sur les lies de fermentation. La mise en bouteilles a généralement lieu au mois de juin qui suit la récolte. Le passage au froid se fait naturellement en sortant les fûts lors de nuits plus fraiches. Il n’y a pas de liqueur de dosage lors du dégorgement, et les vins ne sont ni collés, ni filtrés.

Des champagnes haute-couture

Grâce à leur belle maturité, ces champagnes nature restent très équilibrés et très expressifs. Toute la gamme est d’une pureté éclatante et d’un charme certain.  C’est LE vin de fête par excellence, qui participe à la réputation si haute-couture du patrimoine viticole français. Dosage, assemblages, élevage… Chaque bouteille porte en elle ses secrets de fabrication, qui la rendent si singulière et unique. Au plus proche du fruit et du terroir, les vins se montrent frais, purs et, à l’image de la vigneronne, porteurs d’une vraie joie de vivre ! Santé !

 

Maison Val Frison, ce qu’en pensent les guides :

Guide Bettane + Desseauve (Guide 2020) :

« Valérie Frison exploite 3,5 hectares de vignes dans le secteur de Ville-sur-Arce selon un mode d’agriculture biologique. Elle privilégie la sélection parcellaire pour l’élaboration de ses cuvées élevées en fût, avec ou sans présence de soufre suivant la conjoncture. »

 

Les vins de la Maison Val Frison à vendre sur iDealwine :

Val Frison brut nature blanc de blancs Lalore : La cuvée Lalore est un blanc de blancs qui rivalise d’élégance avec les plus grands champagnes… Vous pourrez l’apprécier en début de repas ou bien sur un beau poisson bien préparé.

Val Frison brut nature blanc de noirs GoustanUn blanc de noirs pur, racé et vineux, au plus proche du fruit et du terroir !

Val Frison brut nature L’Eclos de la CôteCe champagne 100% chardonnay – une exception dans la gamme du domaine Val Frison – dévoile de fines bulles et beaucoup de minéralité et de finesse.

Val Frison brut nature PortlandiaCe champagne frais, vivant et expressif a été élaboré le plus naturellement possible en respectant le terroir au sous-sol portlandien dont il est issu et qui lui vaut son nom.

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Saint-Emilion | Cheval Blanc, Ausone : tempête dans un classement

Les châteaux Ausone et Cheval Blanc ne seront pas candidats au futur classement de Saint-Emilion. Eclairage sur un feuilleton à rebondissements.

pessac

Les châteaux de Pessac-Léognan ouvrent leurs portes les 7 et 8 décembre

Avis aux amateurs de la région bordelaise : si vous ne pouvez pas vous rendre au Grand Tasting à Paris les 6 et 7 décembre, pas de panique, Pessac-Léognan vous ...

grele Gironde

Fin juillet, de violents orages accompagnés de grêle se sont abattus sur le vignoble girondin

Suite aux orages des derniers jours de juillet, le vignoble de Gironde a été malheureusement très endommagé. Environ 1000 hectares de vigne ont été touchés par la grêle.