Champagne Roederer : dégustation d’exception à la découverte de Cristal Vinothèque

La maison Roederer organisait il y a quelques jours une verticale ébouriffante composée de plusieurs millésimes de la cuvée Cristal, en blanc et en rosé. Avec, en point d’orgue, la dernière réalisation de son formidable chef de cave Jean-Baptiste Lécaillon : Cristal Vinothèque 1995, une cuvée vieillie 20 ans à l’ombre des caves de la maison. Un moment d’anthologie, dans le cadre d’un déjeuner concocté par le chef Thierry Marx au Mandarin Oriental. Et avec la complicité du non moins brillant chef sommelier David Biraud pour assurer un service des vins dans d’exquises conditions. L’occasion de revenir sur l’histoire d’une maison qui fait figure de poids lourd en Champagne, tout en réalisant un véritable travail d’orfèvre.

C’est en 1833 que Louis Roederer hérite de la maison de Champagne fondée en 1776 par M. Dubois et son fils. Il s’attèle à développer le vignoble, afin de contrôler toutes les étapes de la production, alors qu’à l’époque, la pratique des grandes maisons consistait plutôt à acheter du raisin, le fruit ayant peu de valeur. Ainsi, en 1845, il fait l’acquisition de 15 hectares dans le grand cru de Verzenay. Dès les années 1870, les champagnes Louis Roederer sont exportés jusqu’aux Etats-Unis ou en Russie. C’est d’ailleurs en 1876 qu’est créée la fameuse cuvée « Cristal », à l’intention spéciale du Tsar Alexandre II.  Plusieurs générations se sont succédé, et c’est aujourd’hui Frédéric Rouzaud, représentant de la 6e génération, qui dirige cette maison demeurée familiale et indépendante.
Si les Etats-Unis demeurent le premier marché à l’export de la maison, Roederer expédie chaque année quelque trois millions de bouteilles à travers le monde.

Le vignoble est situé exclusivement dans les grands et premiers crus de la Marne. La maison veille au respect de ses différents terroirs, répartis sur plus de 400 parcelles et appréhendées comme de véritables climats bourguignons. Le vignoble est réparti entre la Montagne de Reims, la vallée de la Marne et la Côte des Blancs. Les trois cépages champenois y sont plantés.

Sous l’impulsion de Jean-Baptiste Lécaillon, charismatique chef de cave et présent dans la maison depuis près de 30 ans, les vignes sont aujourd’hui cultivées dans le plus grand respect des sols et des pratiques bio. Sur les 240 hectares que couvre le vignoble, 103 ont d’ailleurs été convertis à la biodynamie, même si une petite partie seulement a été certifiée (pour des raisons essentiellement administratives).

Car Jean-Baptiste Lécaillon, œnologue mais aussi agronome, est un homme passionné et érudit, sage aussi. Il a passé les cinq premières années de son parcours chez Roederer à compulser les carnets de vendanges et les relevés climatologiques, pour comprendre, décrypter et s’imprégner de l’esprit de la maison. S’il a dévoré, les écrits de Goethe (La métamorphose des plantes), ceux du docteur Steiner ou de l’agriculteur japonais Fukuoka pour en tirer de précieux enseignements en termes de biodynamie ou de permaculture, il n’en fait pas pour autant religion et agit avec pragmatisme. « L’agriculture n’est pas faite pour nourrir l’homme mais pour le rendre meilleur. » Citant précisément Fukuoka, le chef de cave aime à dire qu’il pratique une viticulture « familiale » : l’équipe fabrique ses propres composts, les greffes sont effectuées sur place, le matériel génétique de la vigne restant interne à la propriété.

Une performance pour un vignoble de cette superficie ! Les vignes qui concourent à l’élaboration de la cuvée Cristal offrent une variété et une unicité remarquables, car elles sont issues de 45 lieux-dits qui comptent parmi les plus calcaires de la Champagne (dont 35% sur la Montagne de Reims et 25% à Aÿ). Les vignes sont âgées au minimum de 25 ans car, d’après J-B Lécaillon, c’est uniquement au-delà de cet âge que le chardonnay perd son caractère variétal, et que le terroir ressort, permettant au champagne d’exprimer le caractère salin propre à Cristal. Les vendanges sont évidemment effectuées à la main et en cave, le pressurage est mené délicatement. Les vinifications sont parcellaires, assurant le respect de l’origine et la traçabilité des raisins : les traits de caractère de chaque cru sont ainsi préservés jusqu’à l’assemblage. Les fermentations malolactiques ne sont pas systématiques, elles sont partielles et aléatoires (entre 25 % et 50 %) et les élevages sont menés sur lies en cuve et en foudre.

Mais attention, si Jean-Baptiste Lécaillon s’est imprégné de la sagesse des anciens et de l’histoire de la maison, voilà un homme qui ne tient pas en place : il fourmille d’idées, et, au fond de ses précieuses caves, il ne semble s’interdire aucune expérimentation. L’une des plus emblématiques est en train de voir le jour, puisque la maison met sur le marché une série très limitées des cuvées Cristal « Vinothèque », déclinées en blanc et en rosé, issues du millésime 1995.

Une dégustation d’exception en l’honneur de Cristal Vinothèque

Cristal 2009 – blanc

Pas de pinot meunier dans cet assemblage composé à 60% de pinot et à 40% de chardonnay. Cristal 2009 offre un nez brioché très aromatique, rond et harmonieux en bouche avec une élégante signature saline en fin de bouche. J-B Lécaillon précise que le chardonnay – vendangé tard dans le cas du 2009 – est travaillé sans soufre, il a ainsi tendance à s’oxyder, et donc à perdre ce côté variétal qui n’est pas recherché pour la cuvée Cristal. Il en ressort de beaux arômes de fruits jaunes et blancs en fin de bouche, et une élégante fin de bouche, vineuse.

Cristal 2009 – rosé

Provenant essentiellement de quatre des lieux-dits retenus pour la cuvée Cristal, ce 2009 est composé à 55% de pinot noir, 45% de chardonnay. Issue d’une année solaire, ce champagne exhale un nez diablement gourmand de framboise écrasée, parfaitement mûr. En bouche le vin est véritablement aérien, subtil, tout en finesse, et doté d’une agréable persistance liée à la profondeur de ses arômes qui accompagne la fin de bouche. Un moment suspendu…

Cristal 2008 – blanc

La maison Roederer a souhaité prendre son temps avant de révéler au marché le millésime 2008 de la cuvée Cristal. Le 2009 lui a donc grillé la politesse. La raison ? Cristal 2008 est un monument ! Au tempérament qui selon J-B Lécaillon n’est pas sans évoquer les immenses 1996 et 1988. Après un été comme le chef de cave les aime, sec et frais, les vendanges ont été tardives en 2008. Les maturités ont été fraîches, et lentes, tout est arrivé en même temps. Il en ressort un nez très dense, encore sur la réserve. Racé, doté d’une remarquable fraîcheur, il se déploie en bouche en toute pureté, avec une précision tranchante. Un champagne de grande classe, racé, avec toujours cette délicate note saline en fin de bouche.

Cristal 2002 – blanc

2002 est une année immense en Champagne et Cristal en offre une démonstration éblouissante. L’année a été précoce, et d’ailleurs Roederer a vendangé une semaine avant tout le monde afin de préserver la fraîcheur des baies. Cet assemblage, composé à 55% de pinot noir et à 45% de chardonnay, a bénéficié de 5 ans de maturation sur lies. Il en résulte un ensemble d’une élégance infinie, concentré et doté d’une bulle d’une exquise finesse. Le nez associe de subtils arômes de fruits blancs à des notes délicatement briochées. En bouche, l’harmonie est absolue entre une texture de soie, une gourmandise irrésistible et une longueur exceptionnelle. Il faut dire que ce 2002 est servi en accord avec un coeur de spaghettis aux ris de veau concocté par le chef Thierry Marx. Impossible de déterminer si les arômes de truffe proviennent du vin, ou du plat. Le sentiment de plénitude est absolu en dégustant ce vin si parfaitement uni au plat qu’il accompagne…

Cristal Vinothèque 1995

Fruit de la créativité de J-B Lécaillon, cette cuvée est issue d’une expérience atypique. Le chef de cave a isolé une petite série de flacons de Cristal, dans le millésime 1995. Le vin a été élevé sur lattes jusqu’en 2003, lui permettant d’atteindre ce que J-B Lécaillon appelle joliment son « apogée texturale ». Après le dégorgement, effectué en 2008 à un dosage extra-brut (7 à 8 g), inférieur à celui qui est habituellement pratiqué, les bouteilles ont patienté 10 années de plus sur pointe. Une période qui permet au vin de se concentrer à nouveau car l’oxygène ne pénètre plus dans la bouteille.

Le vin surprend par son extraordinaire fraîcheur, dès le nez. Puis, en bouche, il déploie une gamme d’arômes complexes associant des notes de fruits jaunes et de fruits exotiques, merveilleusement mûrs. La texture est veloutée, dense, l’ensemble est doté d’une belle tension. Le vin déploie une concentration exceptionnelle. La finale est une fois de plus marquée par une élégante salinité, délicatement rafraîchissante.

Dégorgé en 2010 après avoir passé huit ans sur lattes, Cristal rosé Vinothèque 1995 a lui aussi patienté ensuite sur pointe. Le vieillissement sur lattes lui confère ainsi richesse et gras, le vin déploie une palette d’arômes merveilleusement épanouis associant au bouquet de fleurs blanches des notes de fruits rouges gourmandes. Il tapisse délicatement la bouche, développant une texture à la finesse remarquable, avec une finale intense et une longueur exceptionnelle.

Vous l’aurez compris, J-B Lécaillon inscrit ces deux cuvées de Cristal Vinothèque dans la droite ligne de l’esprit Roederer. En digne gardien d’un style précis, épuré et droit, et de la philosophie d’une maison qui assume pleinement son illustre héritage tout en se tournant résolument vers l’avenir, déterminée à maintenir son rang, au plus haut niveau.

Voir les champagnes Roederer actuellement en vente :

Brut 2009 :

Bettane+desseauve : 18/20
Un champagne au nez très fin et subtil et à la bouche aussi équilibrée, fine, précise. Un champagne très harmonieux.

Blanc de Blancs Brut 2010 :

RVF : 17/20
Cette cuvée est élevée en moyenne cinq ans sur lies. Elle se démarque par ses arômes de fruits blancs, de fruits secs, de miel et ses notes florales. En bouche, l’attaque est douce et élancée, elle se poursuit sur la finesse, l’élégance et la fraîcheur ; sa finale, aux notes crayeuses est particulièrement savoureuse.

Cristal Louis Roederer

2009 RVF : 18,5/20
2000 RVF : 18/20
Fleuron de la Maison, cette cuvée répond aux critères d’élaboration les plus stricts qui exigent une sélection drastique des millésimes, des crus, des raisins et enfin des vins. Ne sont retenus que les Pinot Noirs et les Chardonnay des dix crus les plus réputés du vignoble de la Maison. En outre, une partie des vins est fermentée en foudre de chêne pour apporter la délicate vinosité caractéristique de Cristal. La robe, or pâle brillante, développe des arômes complexes d’amandes et de noisettes. Ample, rond et onctueux, le Cristal se distingue par un équilibre parfait. A noter, l’existence d’un rarissime Cristal rosé d’une qualité exceptionnelle.

La maison Roederer, ce qu’en disent les guides :

* La Revue du vin de France (trois étoiles) :

Voici un des plus beaux porte-étendards de la Champagne. Cette maison familiale s’appuie sur un vignoble de 240 ha (420 parcelles) à majorité pinot noir et classé en grand cru à 70 %. La viticulture est ici une réelle priorité : près de 15 % des vignes sont en culture biologique et en biodynamie, le travail des sols se généralise. Seul un vignoble aussi exceptionnel explique le niveau d’harmonie et de concentration unique sur des volumes aussi importants. Ce n’est pas un hasard si le chef de cave, Jean-Baptiste Lécaillon, est œnologue mais aussi agronome. Tout comme Jean-Claude Rouzaud, qui a bâti l’empire actuel de grands vignobles internationaux Roederer dans lequel se retrouvent les champagnes Deutz, les domaines Ott en Provence, le château Pichon-Comtesse de Lalande à Pauillac, la maison Delas dans la vallée du Rhône, les portos Ramos Pinto, ou encore les californiens de Roederer Estate. En bonne intelligence, il a confié tôt les rênes du groupe à son fils, Frédéric Rouzaud, actuel président. Cette maîtrise du lien direct avec les vignobles et les vins explique la régularité de la production en Champagne comme ailleurs. Ici les fermentations malolactiques ne sont que partielles et aléatoires (entre 25 % et 50 %). Les jus sont travaillés sur lies en cuve et en foudre de chêne, afin de leur donner de l’épaisseur. Cristal (60 % pinot noir, 40 % chardonnay) est issu d’un vignoble dédié, toujours le même, de vieilles vignes, uniquement en grand cru. À partir du millésime 2011, Cristal est issue d’un vignoble à 100 % en biodynamie. L’ensemble de la gamme est d’une excellence et d’une régularité uniques à ce volume de production. Louis Roederer est aujourd’hui au sommet des maisons de Champagne.

Les vins : épurés et imprégnés par leur terroir, ils imposent leur précision. Le brut Premier s’illustre comme un modèle du genre ; le blanc de blancs 2010 offre une exquise gourmandise en bouche, dont la finale vibre aux notes d’agrumes et de fruits blancs. Plus arrondi, le Vintage 2009 offre une texture davantage confortable, mais sans aucune mollesse. Les cuvées Cristal exposent leur standard d’excellence millésime après millésime.

* bettane+desseauve (cinq étoiles) :

Roederer est avec Bollinger la plus brillante illustration des maisons demeurées familiales. Malgré le succès planétaire de cristal, sa cuvée de prestige, légèrement dominée par des pinots noirs de haute volée, elle a toujours refusé de se lancer dans une course aux quantités produites, préférant rester maître d’un approvisionnement qui s’appuie quasi exclusivement sur un vignoble en propriété (une exception à ce niveau, la maison couvrant les deux tiers de ses besoins avec 214 hectares) parmi les mieux situés et travaillés de Champagne. Piloté aujourd’hui par Frédéric Rouzaud, issu de la lignée familiale Roederer, et dessiné par un chef de cave très braillant, Jean-Baptiste Lecaillon, le style des champagnes est très axé sur la pureté et la droiture. La gamme est idéalement maîtrisée, avec en particulier le brut premier au sommet des bruts non millésimés, et une cuvée cristal à la hauteur de son prestige. Profil sans faille du brut premier, de grande profondeur énergique, à l’élégant cristal 2007 en passant par les impeccables blanc de blancs, vintage et rosé, tout est brillant. Un conseil pour les amateurs, n’hésitez pas à mettre en cave les cuvées millésimées, elles sont encore jeunes et vieilliront avec une harmonie certaine.

Voir les champagnes Louis Roederer actuellement en vente

Voir tous les champagnes actuellement en vente

Voir tous les vins actuellement en vente

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le blog d’iDealwine :

La maison Roederer teste la biodynamie

 

 

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Famille Michel Redde

Michel Redde & Fils : quand trois générations s’unissent…

Tradition et modernité ne sont pas toujours incompatibles. C’est ce que nous prouvent au fil des millésimes les vins de Michel Redde, de son fils et de ses petits-fils.

Les vendanges du cœur de Chapoutier : 41 tonnes de raisin offerts en faveur du don de moelle osseuse

Depuis 1994 l’association M. Chapoutier Vins & Santé organise les vendanges du cœur pour soutenir et promouvoir le don de moelle osseuse. Le 13 septembre 41 tonnes de raisin ont ...

Enchères : perles de Bourgogne, mythique 1961 à Bordeaux et icônes du Rhône, du Languedoc et de Loire !

C’est l’été mais pas encore les vacances chez iDealwine ! Et pour cause : les enchères qui courent jusqu’au 27 juillet regorgent de lots d’exception : des flacons des vignerons ...