Ce chêne si cher aux tonneliers …

margaux-3

Si le chêne français tient encore la cote auprès des tonneliers (on utilise aussi du chêne américain, russe ou  hongrois), deux variétés sont utilisées, le chêne sessile et le chêne pédonculé. Suivez le botaniste …

Le chêne sessile (ou chêne rouvre, Quercus Sessiflora) est issu des forêts du Nord de la France (Tronçay notamment) et s’élève jusqu’à 40 m. Il atteint sa maturité entre 150 et 200 ans. Le chêne rouvre, identifiable à son tronc conique, couvre des terrains accidentés et d’altitude. Ses feuilles ont des pétioles longs mais dépourvu de fruit, sa cupule est directement fixée sur la branche.

> D’un point de vue de l’usage en tonnellerie, il dégage moins de tannins et coûte plus cher que son cousin le pédonculé.

Le chêne pédonculé (Quercus Pedonculata) provient essentiellement des forêts du Sud-Ouest de la France (Corrèze, Dordogne) et se retrouve plutôt dans les plaines (il pousse rarement au-dessus de 1000 m d’altitude). Il peut atteindre une cinquantaine de mètres de hauteur, ses feuilles ont des pétioles courts et son tronc est droit et cylindique. Il atteint sa maturité entre 100 à 150 ans. Enfin son gland est attaché au rameau par un pédoncule de 3 à 4 cm.

La plupart des tonnelleries utilisent les deux espèces, l’exclusivité de l’une ou l’autre étant difficile à réaliser. Pour bénéficier de la marque « Fût de tradition française », on doit utiliser ces deux espèces de bois à condition de les avoir séchées au moins 12 mois à l’air libre.

Et ce sont les grains les plus fins qui sont aussi les plus poreux et qui permettent le plus d’échanges entre le vin et la barrique !

En savoir plus sur la vinification.

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Vin réduit, vin oxydé, quelle différence ?

Ces petits mots du vin trahissent certains de ses gros maux. Une question de sémantique et de chimie organique.

Un point sur le millésime 2017 dans le Bordelais

2017 est une année qui restera tristement gravée dans la mémoire de nos vignerons français, avec un bilan record de plus de 50% de perte en volumes.

Dégustation : les trois âges des vins rouges

Un bon vin doit être bon tout le temps, à tous les stades de son évolution, de son enfance à sa maturité. Mais le plaisir ne sera pas tout à ...