Bordeaux 2005 : un point sur les prix

Bordeaux, revenons sur cette année qui fait désormais figure de référence.

2005, rappelons-le, réunissait toutes les caractéristiques d’un millésime parfait. Des conditions climatiques idéales, des vins annoncés comme de très longue garde : 2005 représentait le candidat idéal pour l’investissement. Et, sans surprise, à l’occasion de la campagne primeurs, les grands crus bordelais avaient suscité un fort engouement. Malheureusement, la crise financière est passée par là. Et les vins, tout juste embouteillés, ont eu à subir un retournement de conjoncture économique sans précédent à partir de la fin 2008. Les cours se sont, pour certains vins, littéralement écroulés. A fin 2009, la moitié de notre échantillon de 40 crus n’avait pas retrouvé son niveau de prix de vente en primeurs (voir notre analyse annuelle des ventes aux enchères de vin).

Qu’en est-il aujourd’hui ? En dépit d’une conjoncture toujours fragile, les 2005 bénéficient de trois facteurs qui contribuent à l’amélioration des cours : tout d’abord, la qualité du millésime se confirme. Même si Robert Parker a été avare de 100/100, comme beaucoup l’espéraient, les vins sont réellement réussis, et les perspectives de garde demeurent excellentes ; rappelons que cela n’a pas toujours été le cas sur d’autres millésimes prétendument « du siècle », 2003 au tout premier chef. Par ailleurs, la demande de grands crus bordelais poursuit sa mondialisation. Certes, celle-ci s’applique pour l’instant à une catégorie restreinte de grands crus. Mais ceux-ci sont âprement recherchés sur le marché et suscitent des hausses de cours significatives et régulières, qui pourraient s’étendre progressivement à l’ensemble des grands crus classés et assimilés. Et enfin, le niveau de prix de sortie des primeurs 2009 a été le déclencheur d’un vaste mouvement de report sur les millésimes plus anciens. Les amateurs, lassés de devoir souscrire à des niveaux de prix qu’ils jugent extravagants pour des vins encore en devenir, se sont réfugiés sur des années qu’ils considèrent comme des valeurs sûres. 2005 devrait en bénéficier à plein, de même que 2000 et 1990.

La tentation de la Chine…

Sur le haut du podium, on trouve toujours Petrus, bien évidemment – mais combien de personnes ont accès à Petrus en primeur ? – Viennent ensuite des vins que le marché asiatique s’arrache : Lafite Rothschild et son second, les Carruades de Lafite, bien sûr, mais aussi, et c’est récent, deux autres seconds vins de premiers crus : les Forts de Latour et Pavillon Rouge de Château Margaux. On constate également, mais dans une moindre mesure, que le château Latour a vu son cours se redresser ces derniers mois. A souligner, la belle performance du Château Haut Brion, dont le prix de sortie en primeur était le plus raisonnable des premiers crus classés. Dans ce Top Ten figurent également de grands pomerols dont les prix sont mécaniquement tirés vers le haut en raison de leur rareté (et de leur note, comme pour l’Eglise Clinet, 100/100 Parker).

Des performances contrastées

Les indicateurs ne sont cependant pas encore tous au vert : la moitié des vins de l’échantillon enregistre une performance inférieure à 10%, quand elle n’est pas carrément négative. Certes, la situation s’améliore (on ne compte plus que 13 vins dont les cours sont inférieurs au prix de sortie en primeur, contre 17 en fin d’année dernière). Et les perspectives restent bonnes, à terme, pour le millésime qui devrait faire figure de grand classique. Les vins concernés paient le prix (si l’on peut dire) d’une politique trop gourmande de fixation du cours de sortie en primeur. Que faudra-t-il penser des 2009 dans ce cas ? Faut-il vraiment espérer que le marché asiatique sera en mesure d’absorber l’ensemble de la production bordelaise à n’importe quel prix ? Une chose est certaine : alors que, les yeux rivés sur la Chine, les grands producteurs bordelais ont semble-t-il définitivement et sans complexe tourné le dos à leurs marchés d’origine (France, Europe, Occident), le millésime garde, à un terme plus ou moins long, de bonnes perspectives de valorisation. Et peut être, pour certaines références, une dernière chance d’avoir quelques grands Bordeaux dans sa cave !

Vin

Prix de sortie primeur TTC*

Cote iDealwine Variation /
au 30/09/2010 Prix primeur
Petrus 2005

538

2202

309,29%

Carruades de Lafite 2005

55

215

290,91%

Trotanoy 2005

90

176

95,56%

Lafite-Rothschild 2005

490

950

93,88%

Pavie-Macquin 2005

70

128

82,86%

l’Eglise-Clinet 2005

186

324

74,19%

la Conseillante 2005

106

176

66,04%

Haut-Brion 2005

340

525

54,41%

Pavillon Rouge 2005

50

76

52,00%

les Forts de Latour 2005

80

121

51,25%

Troplong-Mondot 2005

130

188

44,62%

la Lagune 2005

38

53

39,47%

Léoville-Barton 2005

72

100

38,89%

Beychevelle 2005

40

54

35,00%

Domaine de Chevalier 2005

44

57

29,55%

Latour 2005

600

715

19,17%

Margaux 2005

600

710

18,33%

Talbot 2005

40

47

17,50%

Lynch Bages 2005

70

79

12,86%

Angélus 2005

210

233

10,95%

Brane-Cantenac 2005

44

48

9,09%

Haut-Marbuzet 2005

37

40

8,11%

Léoville-Poyferré 2005

72

76

5,56%

Pichon-Longueville Baron 2005

105

110

4,76%

Cos d’Estournel 2005

164

165

0,61%

l’Evangile 2005

166

167

0,60%

Sociando-Mallet 2005

40

40

0,00%

Giscours 2005

48

47

-2,08%

Palmer 2005

209

198

-5,26%

Mouton-Rothschild 2005

490

464

-5,31%

Pape Clément 2005

126

119

-5,56%

Gruaud-Larose 2005

48

44

-8,33%

Vieux Château Certan 2005

137

125

-8,76%

Montrose 2005

91

80

-12,09%

Cheval Blanc 2005

620

540

-12,90%

Léoville-Las-Cases 2005

240

195

-18,75%

Pichon Longueville Comtesse de Lalande 2005

120

95

-20,83%

Ducru-Beaucaillou 2005

148

115

-22,30%

Figeac 2005

98

73

-25,51%

Clinet 2005

84

55

-34,52%

* Prix de sortie primeur TTC en euros, accessibles aux acheteurs particuliers

A lire également :

Vente aux enchères de vin : bilan 2009 et perspectives pour 2010

Retrouvez nos conseils et analyses de marché.

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Enchères record pour les (très) vieux cognacs de La Tour d’Argent

La vente organisée chez Christie’s à Londres les 13 et 14 décembre 2012 proposait à la vente quelques lots de très vieux cognacs issus de la cave de la Tour ...

RC 1990

Une bouteille de Romanée Conti 1990 vendue 12620€ en vente on-line sur iDealwine

Lors de la vente on-line qui se déroulait sur iDealwine jusqu’au 3 juillet dernier, une bouteille de Romanée Conti Grand Cru 1990 a été adjugée 12620€, frais de vente compris.

Les belles enchères de la dernière vente on-line

Lafite, Roumier, Guigal ou la Grange des Pères : un point sur les beaux résultats de la dernière vente on-line.