Alain Graillot, Domaine du Coulet et Stéphane Ogier | Périple dans les vignes du Rhône Nord

Matthieu Barret Cornas vin Rhone iDealwine - 1

La semaine dernière déjà, nous vous narrions la première journée de notre périple dans notre article, nous avions rencontré les domaines Guigal, Levet, Clape et Gonon. Et parce que vous l’attendiez avec impatience, voici la suite de cette épopée. Entre Crozes-Hermitage, Cornas et à nouveau Ampuis, les dégustations étaient toutes plus intéressantes les unes que les autres. On vous raconte.

Alain Graillot Vin syrah Rhone iDealwine - 1
Dans les caves du domaine Alain Graillot

Mercredi 9h00 : Domaine Alain Graillot (Pont de l’Isère)

Nouvelle journée, nouvelle appellation, nouveau domaine. Direction Crozes-Hermitage à la découverte d’Alain Graillot, un domaine qui, historiquement, dispose d’un statut de négociant et qui, de 1985 à 2002, ne réalisait que des saint-joseph. Il était tôt, certes, mais nous n’allions pas tarder à découvrir combien la gamme s’était étoffée depuis 2002. Il faut dire que la propriété s’étend aujourd’hui sur 21 hectares de vignes classées en appellation Crozes-Hermitage et est complétée d’un autre domaine créé par les fils d’Alain Graillot, Antoine et Maxime : le domaine des Lises. Celui-ci s’étend sur six hectares de vignes âgées de 30 ans en moyenne et cultivées selon des principes biologiques. Parallèlement à cela, le duo fraternel gère Equis, une structure de négoce qui a fait de la syrah son fer de lance. Last but not least, un autre domaine a vu le jour également sous leur impulsion… Dans le Beaujolais. Une région qui les « éclate » grâce à la passion qui anime les vignerons locaux, leur sens du partage et de la convivialité.

Alain Graillot Vin syrah Rhone iDealwine - 4

La journée commençait bien. Ici encore, la jovialité, le partage et la générosité étaient de mise. Bas les masques (à ne prendre qu’au second degré), nous descendons et remontons à travers les caves et les cuveries, buvant les paroles et les vins d’Antoine et Maxime Graillot. Parmi les (très) nombreuses références, en voici quelques-unes qui ont marqué notre fine équipe.

Alain Graillot Vin syrah Rhone iDealwine - 3
Cyrille Jomand, Président d’iDealwine, prenant des notes de dégustation

Le domaine Graillot dispose de trois hectares de blancs composés de vignes plantées dans les années 1980 et plantées de marsanne et de roussane. Celles-ci sont vendangées précocement et le vin est élevé en demi-muids (pour 50 à 60%) et en inox (pour 40 à 50%), un contenant qui offre une belle précision accentuée par le fait que la fermentation malolactique est généralement bloquée. Afin de nous forger une idée sur la question, nous goûtons donc le même vin produit avec et sans malo. Le premier dévoile un nez de vanille et d’amande, de la fraîcheur et une belle matière. Le second, élevé sur ses lies, exprime beaucoup plus de fruit (pamplemousse), une grande tension, une salinité et de beaux amers. Afin de le stabiliser, le domaine procède à une filtration stérile, à un collage et à une adjonction de soufre. « Je ne suis pas à Montrachet, je ne cherche pas révéler une beauté de terroir, surtout à Crozes-Hemitage et avec mes vignes. Je cherche donc une fermentation rapide pour plus de précision. »

Alain Graillot Vin syrah Rhone iDealwine - 3

Nous goûtons ensuite Equinoxe d’Equis. Entièrement issu d’un achat de raisins, il a été vinifié sans intrants, en grappes entières et sans adjonction de soufre. La cuvaison a été souhaitée courte et l’élevage a duré neuf mois. « C’est mon vin de pétanque à moi. Il a du fruit, de la fraîcheur et de la chair. ». Si le vin est non sulfité, il n’est pas nature pour autant. « Il ne faut pas mélanger le vin de savoir et le vin de foi. », précise Maxime Graillot. « La foi finit par se fracasser contre une réalité. Je ne fais donc pas un vin nature, je fais un vin non sulfité. »

Viennent ensuite les 2020, un millésime qu’il adore pour le profil croquant des vins, leur bel équilibre et leur jolie mâche. Et encore une fois, les vendanges étaient précoces. Il faut dire que depuis 2009, un changement de paradigme s’est opéré : les années sont plus solaires, les équilibres des vins ont été bouleversés et les baies sont récoltées au mois d’août. Un fait inédit dans la mesure où, entre 1985 et 2008, les grappes ont été vendangées une seule fois précocement : lors de la sécheresse de 2003.

Alain Graillot Vin syrah Rhone iDealwine - 6
Une « petite » partie de notre formidable dégustation matinale

De cette visite nous retiendrons que les crozes-hermitage sont plus charnus et dévoilent « des tanins de joue » quand les saint-joseph présentent « des tanins de gencives ». Leur bouche se montre plus étroite, voilà pourquoi un élevage plus long permet de l’enrober. Quant à Cornas, il s’agit d’un terroir, certes compliqué à travailler, mais d’une finesse extraordinaire.

Alain Graillot Vin syrah Rhone iDealwine - 2
Les fameux vins du Beaujolais signés par la famille Graillot

Nous achevons notre formidable découverte des vins dégustés sur fût et en bouteille par les cuvées du domaine de Faye, situé dans le Beaujolais et dont l’aventure a démarré en 2014. Celui-ci est certifié biologique et est en cours de certification biodynamique. Nous goûtons donc un fleurie 2018 issu de la Roche Guyon. Il faut d’ailleurs savoir que l’appellation a lancé une demande de classification en 1er cru et, par chance, la parcelle dont provient ce vin est concernée par cette revendication. Pour la réaliser, Antoine Graillot a procédé à une macération foulée (et non une macération carbonique qui est assez courante dans la région), une cuvaison de 10 à 12 jours et un élevage d’un an dans des foudres ronds Stockinger.

Le fleurie 2016 se révèle être un vin d’averti car, s’il possède beaucoup de finesse et une acidité noble, il se montre peu fruité. Il n’empêche qu’il s’est révélé être pour nous un vrai coup de cœur.

Mercredi 11h30 : Domaine du Coulet (Cornas)

Matthieu Barret Cornas vin Rhone iDealwine - 2

Retour à Cornas pour rencontrer Matthieu Barret que le Mundovino surnomme « Petit Ours ». Celui-ci a repris les quatre hectares de vignes de son grand-père en 1998, a signé son premier millésime en 2001 et a converti son domaine à la biodynamie en 2002. Quelques actions ont bâti sa renommée. Ainsi, si Matthieu Barret éraflait ses grappes, il s’est rapidement tourné vers les vendanges entières afin d’offrir un maximum de finesse au vin. Dans la même optique, le vigneron n’active pas trop les jus lors de la vinification, si ce n’est quelques pigeages et remontages hygiéniques quotidiens.

Alors que celui-ci travaille encore quelques instants à la cave, nous entamons la dégustation avec l’une de ses collègues. Toutes tirées de sa créativité sans borne, les cuvées s’enchainent, nombreuses, et nous donnent un aperçu du travail biodynamique et naturel du vigneron. Certaines sont éphémères, d’autres sont signées sous le nom de son domaine et d’autres encore de son négoce. On vous partage quelques notes.

  • Prout Impérial 2018 : voici un breuvage effervescent éphémère réalisé à partir des cuvées Quinquin et Brise-Cailloux qui n’ont pas fini leur fermentation en 2018 dans la mesure où ce millésime était trop solaire. Les cépages qui le composent ? Chardonnay, sauvignon blanc, marsanne et roussanne.
  • Quinquin 2019 : classé en IGP Ardèche, celui-ci est un assemblage de chardonnay (80%) et de sauvignon blanc (20%). Elevé en cuve inox pendant neuf mois, il dévoile un peu de sucre résiduel en finale qui enveloppe bien le tranchant.
  • Zinzin : ce côtes-du-rhône Visan est un assemblage de mourvèdre (60%), de grenache et de syrah qui, à l’image des vins locaux, révèle une petite sucrosité, une rondeur, une gourmandise, une matière pulpeuse et quelques épices douces.
  • No Man’s Land : quoiqu’issu d’un terroir de Cornas, ce vin provient d’un sol argilo-calcaire. Celui-ci étant trop différent de ceux de Cornas, Matthieu Barret ne préfère pas la certifier en Cornas, mais plutôt en Côtes-du-Rhône. Très bon rapport prix-plaisir, cette cuvée présente un aspect à la fois floral et réglissé, des tanins patinés ainsi qu’une finale épicée.
  • La Géniale Patronne 2019 : 2019 est le premier millésime de cette cuvée qui doit son nom à deux parcelles : La Géniale et… La Patronne… Tout simplement ! C’est aussi une dédicace à la femme du vigneron 😉 Taillée pour une garde de 8 à 15 ans, elle a été éraflée à hauteur de 25% et élevée en cuve diamant. On apprécie son nez sauvage et animal ainsi que sa bouche fine et sa finale légèrement épicée.
  • Billes Noires 2016 : une cuvée que nous avons toujours plaisir à vendre sur iDealwine et qui doit son nom aux grains de raisins (issus de vignes soixantenaires) éraflés à 100% qui ressemblent justement à des billes. Le vin a été élevé un an en fût, un an en cuve et 18 mois en bouteille. Si le vin se montre plus austère que ce que nous avions pu goûter auparavant, il dévoile une jolie finesse.
  • Gore 2018 : peut-être connaissez-vous aussi la cuvée Ogre ? En réalité, Ogre et Gore proviennent de la même parcelle qui, selon Matthieu Barret, est la plus schizophrénique de toutes celles qu’il détient. Elle dévoile en effet des profils variés en fonction des millésimes, toujours avec une trame minérale. Mais Ogre, plus fine, se raréfie à cause du réchauffement climatique et est donc remplacée par Gore. A noter que cette cuvée provient d’une parcelle située à 350 mètres d’altitude et se définit par une exposition à l’est et un sol de granit très sableux. Cette cuvée dévoile une énergie ainsi qu’une noblesse, aussi bien au nez qu’en bouche, si-dé-rantes ! Pour la réaliser, le vigneron a procédé à un élevage de deux ans en cuve ovoïde béton et en cuve diamant.
  • Voir les vins du domaine du Coulet en vente sur iDealwine
Matthieu Barret Cornas vin Rhone iDealwine - 1
Matthieu Barret du domaine du Coulet

 

Mercredi 14h00 : Domaine Stéphane Ogier (Ampuis)

Retour à la case départ pour achever ce périple passionnant. Direction Ampuis pour découvrir le travail de Stéphane Ogier qui est revenu à la propriété familiale en 1997. A cette époque, son père cultivait beaucoup de fruits et ne disposait que de 2,5 hectares de vignes. Alors, saisissant de bonnes opportunités d’achat, Stéphane Ogier a agrandit le patrimoine en acquérant 13 hectares en Côte-Rôtie ainsi qu’une première parcelle de condrieu en 2007. Un investissement qui lui a permis de se rapprocher de l’appellation Saint-Joseph et d’en acheter dans la foulée.

Stephane Ogier vin iDealwine Cote Rotie Rhone - 1
Stéphane Ogier nous dévoilant ses parcelles en Côte-Rôtie

Et voilà que, comme dans les autres domaines, nous suivons le vigneron à travers les caves et dégustons les vins à même le fût. Là, nous apprenons que la tradition de Côte-Rôtie tient de l’assemblage des terroirs. Voilà pourquoi, malgré la beauté des caractéristiques de certaines parcelles, les vinifications ne sont pas nécessairement parcellaires ; certains terroirs se comportant mieux en assemblage. En cave, Stéphane Ogier favorise de plus en plus les demi-muids qui connaissent d’abord du viognier pendant trois ou quatre ans avant d’accueillir des rouges. Le vigneron a en effet cessé d’employer le bois neuf qui, avec le réchauffement climatique, rendait les vins moins digestes.

C’est donc tout un florilège de cuvées que nous avons dégusté, découvrant aussi bien des 2018 et 2019 qui, selon notre avis et les dires de Stéphane Ogier, méritent de s’épanouir encore quelques années en cave. Voici quelques notes.

  • Le temps est venu 2019 : cet assemblage de grenache et de syrah – plantés sur des vignes de Cairanne – est le seul vin produit dans toute la partie méridionale. Les grenaches ont principalement été vinifiés en vendanges entières et l’élevage ne s’est pas fait sous bois, mais bien en cuve. Le résultat ? Un fruit plaisant, un sérieux, de la profondeur et une belle complexité.
  • L’âme Sœur 2018 : avec ses 20% de grappes entières, cette cuvée dévoile un fruit très délicat.
  • Côte-Rôtie Cognet 2018 : classique de la Côte Brune, ce vin est issu de vignes âgées d’une trentaine d’années cultivées en plein coteau. Quand une partie de ce vin est destinée à une cuvée parcellaire, l’autre entre dans la composition de la cuvée Réserve, qui contient 12 vins de réserves.
  • Lieu-dit Montmain 2018 : cette cuvée provient d’une des vignes les plus pentues dont dispose l’exploitation et dévoile, à la dégustation, une note légèrement et délicatement végétale.
  • La Viallière 2018 : originaire d’une parcelle située à 100 mètres seulement de Montmain puisque séparée par un ruisseau, cette cuvée provient d’un terroir de micaschistes sombres similaire. La présence de vendanges entières (comme Montmain) confère au vin un aspect fruité et charmeur.
Stephane Ogier vin iDealwine Cote Rotie Rhone - 2
Raphaël de Fonscolombe écoutant attentivement Stéphane Ogier

Après de belles découvertes et les dents couvertes de tanins, il nous faut maintenant regagner la capitale. Nous attendons déjà notre prochain périple dans les vignes avec impatience !

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

araujo estate

La famille Pinault, propriétaire de Château Latour, investit dans la Napa Valley

La holding de la famille Pinault, Artémis, s’est porté acquéreur du vignoble Araujo Estates Wines, un petit domaine de très haute qualité situé dans la Napa Valley en Californie, a-t-on ...

Vins d’automne | Le grand retour

L’automne prend petit à petit ses quartiers. Au retour d’une promenade en forêt, savourez notre choix de vins de saison, accompagnés de suggestions TRES gourmandes !

La saga des cépages – Episode 1 – Les cépages bordelais (1ère partie)

Premier épisode de notre saga des cépages sur les cépages du Bordelais. Chaque semaine et pendant les semaines à suivre, zoom sur la généalogie des cépages pour mieux comprendre leur ...

Partage(s)