Le géant chinois de l’agroalimentaire SSCW rachète le négociant DIVA Bordeaux

Place de la bourse à BordeauxEn quelques années, le marché asiatique s’est transformé en un véritable eldorado pour les producteurs du Bordelais. Après les rachats de domaines, c’est désormais un négociant, la société DIVA Bordeaux, qui annonce la signature d’un accord avec la Shanghai Sugar Cigarette and Wine (SSCW). Cette filiale du groupe Bright Food, détenue par l’état, est leader de l’agroalimentaire en Chine.

Les chiffres parlent d’eux même et le récent salon VINEXPO (qui s’est tenu en mai 2012 à Hongkong) l’a encore démontré, le marché chinois est en pleine croissance et est aujourd’hui le premier client des domaines bordelais. Et DIVA Bordeaux ne s’y est pas trompé en développant depuis plus de 20 ans son offre à l’international, notamment en Asie, au point de devenir l’un des acteurs majeurs sur la scène mondiale du négoce du vin.

DivaCependant, toute la difficulté de l’implantation sur un nouveau marché réside en la distribution, qui reste spécifique au pays importateur. L’entrée d’un géant de la distribution agroalimentaire en Chine au capital d’un grand négociant donc une première dans le monde du vin. Elle devrait permettre de compléter l’offre et de doper les ventes du groupe.

En effet, la SSCW, filiale du géant de l’agroalimentaire Bright Food, possède un vaste réseau de distribution, notamment plusieurs centaines de magasins spécialisés, qui verront leur offre de vins de Bordeaux augmenter grâce à la signature d’un accord entre DIVA Bordeaux et Bright Food. Le capital de Diva Bordeaux sera détenu à 70% par la Shanghai Sugar Cigarette and Wine, les 30% restant demeurant aux mains de Pierre Beuchet, fondateur et président de Diva Bordeaux, et de Jean-Pierre Rousseau, qui restera directeur général de la société. Le groupe DIVA, présent en Chine au travers d’un bureau de 60 personnes, a réalisé un chiffre d’affaires de 33M€ en 2011.

C’est donc un vaste panel de vins de Bordeaux qui sera mis à disposition du marché chinois, satisfaisant toutes les bourses puisque les exportations iront des vins de « petits » châteaux jusqu’aux grands crus classés, sans oublier les vins rares et de collection. En outre, afin de renforcer la position de la SSCW et de DIVA Bordeaux sur le marché, des écoles du vin devraient ouvrir leur porte dans le cadre du partenariat pour éduquer le consommateur et le guider dans ses dégustations.

Présent sur tous les fronts, le marché asiatique est aujourd’hui l’acteur majeur et un débouché indispensable pour les producteurs du bordelais, qui constatent une légère dévaluation du prix de leur vins sur les marchés mûrs tandis que les ventes vont bon train en Asie, ainsi que le confirment le succès des ventes aux enchères de grands crus.

jfdghjhthit45
zp8497586rq
zp8497586rq

Tags:

Vous aimerez aussi

Bordeaux : les Vendanges du Savoir à la Cité du Vin, la science au service du vin

Encore une bonne nouvelle pour les amateurs de vins : une grande initiative culturelle dédiée au vin et à la vulgarisation des recherches scientifiques en la matière débutera cet automne ...

InvignezVous

Parution : Invignez-vous ! Le coup de gueule de Jacques Dupont (Le Point)

Jacques Dupont est le responsable des pages “vins” de l’hebdomadaire Le Point. Il vient de publier un livre salutaire qui s’insurge contre la loi Evin et le lobby hygiéniste en ...

Une langue électronique pour évaluer le vin

Des chercheurs de l’institut de microtechnologie de Barcelone ont mis au point un outil pour le moins surprenant sinon terriblement ...

Partage(s)