Au top des enchères, Haut Brion 1989, Bonneau, Château-Chalon, Overnoy, et les grands champagnes millésimés

dsc02058Revue de détail des belles enchères qui se sont achevées en ligne le 26 octobre dernier sur iDealwine, marquant le succès des grands crus classés de Bordeaux – au premier rang desquels Haut-Brion 1989 – mais aussi quelques raretés issues de la vallée du Rhône (Bonneau), du Jura (Perron, Overnoy) et de Champagne.

A Bordeaux, les premiers crus classés ont remarquablement tiré leur épingle du jeu lors des enchères du 26 octobre sur la plateforme d’iDealwine. Qu’il s’agisse de Château Latour, porté par la rareté des vins (+7% à 416€ pour le millésime 1995), ou de Château Margaux, très recherché y compris dans des millésimes traditionnellement moins prisés (1993 : 298€, +20%, 1994 : 304€, +8%).

Mais la star de cette vente est indéniablement le Château Haut Brion 1989, une bouteille désormais culte et donc le cours de cesse de grimper. Non content de s’être vu octroyer la note de 100/100 par Robert Parker qui l’a qualifié de « vin immortel » en 2003, ce 1989 désormais à son plein apogée défie actuellement toute comparaison. Une dégustation à l’aveugle de 16 flacons mythiques, organisée récemment à Hong Kong, en a encore apporté la démonstration. Le 26 octobre, ce 1989 a donc été adjugé 1620€ à un amateur russe, soit un cours en hausse de … 56% par rapport à la cote iDealwine !

Une autre bouteille particulièrement prisée est le château Cheval Blanc 1990, un vin dont la hausse de cours atteint +20% (800€).

En Bourgogne, on observe en revanche une stabilisation au plus haut niveau sur les cours des vins du domaine de la Romanée Conti, certains flacons se vendent à des prix en léger retrait par rapport à la cote. Il faut souligner que le marché exige – et les acheteurs asiatiques au tout premier chef – des flacons en parfait état de conservation, y compris pour ce qui concerne l’étiquette. Le moindre accroc, ou une trace d’humidité (qui signe pourtant de bonnes conditions de conservation) entraînent une décote qui peut aller jusqu’à 20%.

Dans la vallée du Rhône les prix de Château Rayas, à Châteauneuf, se stabilisent également dans les millésimes récents tels que 2009, en revanche, aucun sursis pour les vins d’Henri Bonneau, pour lesquels le succès ne se dément pas : la 720€ pour la Réserve des Célestins 1989 (+7%), 408€ pour le 2001 (+40%), 384€ le 1998 (+25%), 324€ le 2006 (+46%), 300€ le 2000 (+39%) et 228€ le 2004 (+48%). Quant à la cuvée Marie Beurrier elle a atteint 228€ dans le millésime 2005 (+24%). Mais une fois de plus, le flacon qui fait exploser les cotes est issu d’une propriété disparue, le domaine Gentaz-Dervieux, dont les vignes ont été reprises et intégrées au domaine Rostaing. Une bouteille de côte-rôtie Côte Brune 1989, proposée lors de la vente, s’est envolée à 1680€, soit une hausse de 60% sur la cote iDealwine.dsc04892

Dans la vallée de la Loire, les prix marquent une pause au Clos Rougeard, en revanche les vins du domaine Dagueneau continuent à enflammer les enchères (228€ pour le pouilly-fumé Silex 1999, +57%). Dans le Languedoc, la fièvre s’estompe sur les prix de la Grange des Pères, une stabilisation bienvenue après des mois de hausse. Dans les autres régions, la surprise vient du Jura, avec des prix record enregistrés sur des flacons de château-chalon : un 1982 du domaine Perron a été adjugé 384€, tandis qu’un 1985 atteignait 300€. L’engouement reste également intact pour la cuvée d’arbois Pupillon du domaine Overnoy, adjugée 229€ en 2005, 217€ en 2008, 205€ en 2009 et 180€ en 2000.

Pour finir, la fin d’année qui se profile voit les cours des grandes cuvées de Champagne reprendre le chemin de la hausse, les vieux millésimes s’envolent : Dom Pérignon 1975 se vend 840€ (en magnum) et le 1964 est adjugé 456€ (+31%). Chez Bollinger, la cuvée Vieilles vignes françaises 2000 vaut 552€. Et chez Salon la fameuse cuvée S, proposée en magnum, atteint 660€ dans le millésime 1999 et 612€ en 1985.

Retrouvez les rapports d’enchères des dernières ventes, et les beaux résultats des enchères en ligne du 26 octobre 2016

Recherchez le prix d’un vin

Demandez une estimation de vos vins en vue de la vente de votre cave

Comment vendre son vin avec iDealwine ?

A lire également dans le Blog iDealwine :

Belles enchères : la revanche des grands liquoreux

Enchères du 28 septembre : les vins du Clos Rougeard enchaînent les records mondiaux

Bordeaux, Bourgogne, Rhône, Loire ou Champagne : abondance de belles enchères le 21 septembre 

Un point sur les tendances estivales du marché des enchères de vin

Belles enchères : domaines Noëllat et Clair-Daü en Côte de Nuits, des flacons collectors

Belles enchères sur les millésimes matures des grands domaines bourguignons

Enchères : 3 000 lots et une superbe sélection du domaine Lafarge

Belles enchères : franc succès pour les grandes signatures du Rhône

Belles enchères : une intégrale des cuvées du domaine Dagueneau fait la Une

Belles enchères sur le millésime « anniversaire » 1966, les champagnes prestigieux et de vieux yquems

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

idealwine

Les exportations de vins et spiritueux en baisse au premier semestre

Au premier semestre 2014, le chiffre d’affaires généré par les ventes de vins et spiritueux français à l’étranger s’est élevé à 4,8 milliards d’euros, un chiffre en retrait de -7,3% ...

La belle enchère : les Hermitage ont le vent en poupe

Particulièrement prisés aux enchères, les hermitages semblent se défier de la crise. Les vieux millésimes ont enregistré récemment de très ...

Château de Reignac

Château de Reignac : la revanche des « petites » appellations

Le château de Reignac est une propriété de l’Entre-deux-Mers. Ce « simple » bordeaux supérieur prouve à lui tout seul qu’il existe des rapports qualité-prix vraiment rares. En quelques années, ...

Partage(s)