Un toast à la Reine Elizabeth II

Peu connus pour leur caractère démonstratif, les britanniques ont ressenti une onde de choc cette semaine après la perte de leur plus ancienne monarque en exercice. La reine Elizabeth II était à la fois une figure omniprésente et ésotérique, la formule parfaite pour l’intrigue et la spéculation sur ce qu’elle pouvait être derrière le masque royal. Nous ne pouvions espérer que des bribes de ses habitudes et de sa routine, de ce qu’elle aimait et n’aimait pas, inventant souvent l’image d’une personne sympathique de grand-mère qui méritait amplement de prendre un verre à la fin de la journée. Mais que possédait réellement la Reine dans ses caves et ses armoires ? Quelles étaient les boissons préférées d’une femme aussi influente et emblématique ?

Le champagne avant de se coucher

Alors que la plupart des britanniques se contentent d’une tisane à la camomille pour se détendre le soir, Sa Majesté appréciait souvent une boisson toute autre. On raconte qu’elle se versait un verre de champagne après son repas du soir ; un apéritif digne de la royauté. Elle avait une certaine affinité avec la Maison Bollinger, une maison qui mêle le raffinement et le caractère dans ses vins.

Mais loin d’avoir une préférence unique, la reine a donné son aval officiel à de nombreuses maisons de champagne : Lanson, Moët & Chandon, Veuve Cliquot, Louis Roederer, Krug, Mumm, Laurent Perrier et Pol Roger ont tous figuré parmi les fournisseurs de fizz royaux. Nous sommes peut-être partiaux, mais une telle liste de grands noms ne peut être que le signe d’un goût irréprochable. Et il est clair qu’un peu de bulles à l’heure du coucher n’a pas fait de mal à Elisabeth Windsor.

Une influence germanique

Les vins doux d’Alsace et d’Allemagne sont également connus pour orner les tables royales de Buckingham Palace et d’ailleurs. À l’occasion de son 80e anniversaire, par exemple, elle a choisi de servir le Domaine Weinbach, ce qui est sans aucun doute un honneur pour le prestigieux domaine de Kayserberg. Un autre nom alsacien qui figurait dans sa cave est Rolly-Gassmann, un autre domaine qui considère la force de l’identité comme l’une de ses valeurs clés. De plus, les cuvées de cette région sont souvent aptes à vieillir longuement afin de développer tout leur caractère… Cela vous rappelle quelqu’un d’autre ?

Bordeaux pour les classiques

Dans le même ordre d’idées, un professeur de restauration français a raconté que la Reine était également une adepte des vins de Bordeaux, et plus particulièrement des grands vins rouges du Médoc. Les récits de dîners d’apparat montrent des menus comportant des bouteilles de Mouton-Rothschild et de Château Margaux dans des millésimes mûrs, des choix classiques qui témoignent d’un penchant pour le raffinement et d’une tendance à la tradition, peut-être. Petrus a également été servi lors du mariage de Sa Majesté avec le prince Phillip en 1947, ce qui confère un grand prestige à un événement historique aussi important ! Un autre clin d’œil aux étiquettes de vin les plus célèbres de France a été fait avec le Sauternes du Château d’Yquem, souvent servi avec un foie gras bien français, une association qui a vraiment résisté à l’épreuve du temps.

Scotch et gin

Il est clair que les boissons provenant de climats plus frais avaient un certain attrait pour la reine Élisabeth, y compris lorsqu’il s’agissait de choisir ses spiritueux. Le gin au Dubonnet aurait été un de ses favoris de longue date, les ventes de cet apéritif aromatisé à base de vin ayant explosé depuis son décès la semaine dernière. Les whiskeys écossais était également présent dans le cœur de la reine, peut-être un lien avec son domaine de Balmoral, près d’Aberdeen, qu’elle affectionnait tant. Son fils, le nouveau roi Charles III apprécie lui aussi une goutte de whisky, le Laphroaig étant cité comme l’un de ses préférés…

Beaucoup de choses restent (à juste titre) inconnues sur ce qui s’est passé dans les coulisses de la vie de la monarque défunte, y compris ce qu’elle conservait exactement dans les caves royales, mais nous porterons un toast à une figure inimitable qui a laissé son empreinte sur le cours de l’histoire.

  • Voir les commentaires (2)

  • Bruno LAFON

    Interesting article – I shall investigate more about what they have left in their Cellars and share the info with you.

    The super pitty scotch LAPHROAIG is my favorite !
    Obviously not everybody can drink it !

  • medprimmer

    an amazing article. Thanks

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Grand Tasting 2018 : lettre ouverte à Bettane et Desseauve

L’heure étant aux revendications, découvrez la lettre reçue ce lundi par Thierry Desseauve et Michel Bettane, écrite par nos voisins de salon ;).

Dîner de Noël | Des vins oniriques pour cette Douce Nuit

Temps pétri de joie et de douce espérance, l’Avent nous permet d’envisager, non sans gourmandise, les vins que nous servirons le soir de Noël.

mas amiel

Dégustation des vins du Languedoc-Roussillon : stars et découvertes

On dirait le Sud ! Lundi 23 octobre les inter-professions des vins du Languedoc et du Roussillon unissaient leurs forces vives pour nous faire découvrir la diversité de leurs terroirs ...