Le saviez-vous ? L’ébourgeonnage, c’est quoi ?

fotolia_616629_xlJ’ébourgeonne, tu ébourgeonnes, il ébourgeonne, nous ébourgeonnons, vous ébourgeonnez… L’ébourgeonnage est un travail fastidieux (il faut être plié en deux dans les vignes) et qui nécessite une bonne formation. Mais qui est capital : de cette opération dépend la croissance de la vigne sur les deux prochaines années : mieux vaut ne pas se tromper.

Qu’est-ce que c’est ?

Si vous avez été attentif, vous aurez vite saisi le radical du mot : bourgeon. Donc tout simplement, avec doigté et un brin de sagacité, on ôte les bourgeons. Tous ? Non, seulement les irréductibles, les gourmands qui ne fourniront pas de raisins et qui vivent sur le dos de la bête. On supprime également toutes les pousses indésirables situées sur le courson, la baguette et le bois de l’année précédente.

On enlève les rameaux qui partent mal, ceux qui font doublon, les départs de végétation inutiles qui accaparent des sucres et de la sève au détriment du reste de la vigne. Pour cela on sélectionne les meilleurs rameaux, les mieux positionnés sur l’arrière du tronc, porteurs d’une inflorescence. On palisse en même temps et l’on effeuille dans le bas. L’idée est d’empêcher l’entassement tout en maintenant la végétation (on peut aussi supprimer un rameau s’il y a un risque d’entassement).

Cette opération se déroule logiquement au printemps, lorsque les bourgeons viennent d’éclore (c’est le débourrement), c’est-à-dire entre mi-avril et fin mai.

A quoi ça sert ?

Cela permet de réguler la production de grappes à venir et ainsi de mieux maîtriser les rendements. En limitant la croissance des pousses inutiles ou surnuméraires (par rapport aux rendements fixés), on soulage la vigne et on évite d’avoir des raisins trop gros, qui auront du mal à mûrir et qui devront de toute façon être supprimés lors de vendanges en vert.

Mais cette technique sert aussi à gagner du temps pour la taille de l’année suivante.

Comment procède-t-on ?

Je ne vous parlerai ici que de théorie car bien sûr je n’ai pas testé… J’avais mal au poignet la dernière fois, à force d’écrire vous comprenez, j’ai été dispensée. Donc oui, cette opération se fait à la main

A lire également :

Les vendanges en vert, à quoi ça sert ?

En savoir plus sur les travaux de la vigne.

Consultez la rubrique A la découverte du vin

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Quelles conditions pour faire un grand millésime ? (partie 1)

Tous les acteurs de la filière viticole, du vigneron au consommateur, scrutent chaque année le ciel pour savoir si l’année va produire un grand vin ou une simple piquette. Et ...

Vineyards at sunset

Les étés très chauds donnent de bons millésimes. Vrai ou faux ?

Avec ce mois de juillet très chaud, on entend déjà certains amateurs proclamer que le millésime 2013 sera forcément excellent. Mais le lien entre grosse chaleur et bon millésime est-il ...

conseil 3 musts

Conseil d’achat : nos 3 musts du moment pour débuter votre cave

Nous avons choisi pour vous 3 vins à acquérir sans hésiter, ce sont des classiques, des incontournables. Ce trio qui fait partie de la gamme de nos Musts nous enchante... ...