Le Clos Rougeard orphelin de Charly Foucault

© Jean-Yves Bardin www.jybardin.wordpress.com
© Jean-Yves Bardin
www.jybardin.wordpress.com

Jean-Louis Foucault, plus connu par son surnom de “Charly”, s’est éteint dans la nuit du 27 au 28 décembre à 68 ans. Il avait fait plusieurs séjours à l’hôpital d’Angers depuis les vendanges 2015. Co-propriétaire avec son frère Bernard (“Nady”) du Clos Rougeard, il a porté avec lui le domaine familial de Saumur-Champigny au sommet de la qualité et de la notoriété.

Charly Foucault c’était d’abord une “gueule”, un visage de paysan malin buriné par le travail au grand air, marqué de rides profondes soulignées par une épaisse moustache gauloise. Une gueule à faire du cinéma, un visage qu’on n’oubliait pas. Et derrière son air de faux dur, une vraie tendresse pour les bonnes choses de la vie, un sens de l’humour inoubliable et une générosité sincère dans le partage.

Le genre à se pointer avec deux douzaines d’huîtres ouvertes dans la cave de son fils Antoine (qui habitait à quelques mètres de ses parents dans le bourg de Chacé) pendant une dégustation chez ce dernier. Puis, se réjouissant que les visiteurs goûtaient bien et appréciaient les bonnes choses, il était capable de demander à son épouse Françoise d’ajouter deux couverts pour les deux dégustateurs ravis qui n’arrivaient pas à croire qu’ils allaient maintenant déjeuner avec l’un des deux magiciens du Clos Rougeard… Autour de la table il y a quelques “pointures” en plus du maître des lieux, comme son épouse Françoise, longtemps à la tête du Château Yvonne à Saumur ou son fils Antoine qui est en train de faire de son domaine du Collier une nouvelle référence de Saumur. Dans ces cas là, Charly ne lésinait pas sur le tire-bouchon. Les belles bouteilles défilaient, et chez ces gens-là, Monsieur, on ne crache pas, on déguste… Longue promenade digestive recommandée avant de reprendre la route, la tête pleine de souvenirs magiques…

Clos Rougeard, la simplicité devenue star

Il n’y a rien de magique dans ce que Charly a accompli avec son frère Nady au Clos Rougeard. Et pourtant les vins produits ici, d’une désarmante simplicité, comptent parmi les plus cotés au monde, atteignant aujourd’hui aux enchères des prix bien supérieurs à certains grands crus classés bordelais du niveau de Palmer, Léoville Las Cases, Cos d’Estournel ou La Conseillante, et même atteindre parfois celui d’un premier grand cru classé comme Mouton Rothschild ! Un vin de paysans qui tutoie les nectars aristocratiques ! Les sceptiques devraient se souvenir qu’en 1993, une grande dégustation à l’aveugle de pomerols 1990 fut organisée à Paris, réunissant les plus grands noms de l’appellation comme Petrus, Le Pin, La Conseillante ou Trotanoy. Les organisateurs avaient eu l’idée d’insérer un “pirate” (toujours un 1990), la cuvée “Le Bourg” du Clos Rougeard. A la stupéfaction de tous les dégustateurs, le vin arrivé en tête fut alors le “simple” vin de Saumur-Champigny !

Cette consécration ne doit rien au hasard. Les vins du Clos Rougeard sont issus d’une viticulture extrêmement qualitative et ce depuis les années 1960 où ce n’était pas vraiment la règle. Les parcelles du domaine n’ont jamais vu la moindre goutte d’un produit chimique. Rien d’étonnant donc à ce que les très vieilles vignes des Poyeux ou du Bourg expriment parfaitement la complexité de leur terroir. Les vinifications sont simples et sans interventions œnologiques particulières, recherchant toujours la concentration et la finesse avec des tannins d’une délicatesse légendaire.

Le domaine produit quatre cuvées. En rouge, toutes issues à 100% de cabernet franc, trois cuvées en appellation Saumur-Champigny : une appellation générique, sans précision de lieu-dit, Les Poyeux, un superbe terroir de coteau, et Le Bourg, une parcelle de très vieilles vignes dans le village de Chacé où se situe le domaine. En blanc, un chenin en appellation Saumur, une cuvée “Brézé”, un lieu-dit très calcaire, le plus beau terroir de l’appellation pour les blancs.

Bernard “Nady” Foucault, le cadet de trois ans de son frère disparu, se retrouve donc pour le moment seul à la tête du légendaire domaine de Chacé. Avec en suspend l’avenir du domaine dans les années à venir. « La relève est assurée » a déclaré Nady Foucault dans le communiqué remis à l’AFP pour annoncer la disparition de son frère. Personne n’en doute, mais la notoriété du domaine va forcément susciter quelques interrogations.

A lire également dans le blog d’iDealwine :

Clos Rougeard : sa cote a explosé en quelques années

Belles enchères : flambée de cours sur Rousseau, Verset, Château-Grillet, Clos Rougeard et Selosse

 La belle enchère : domaine Raymond Foucault “Le Rougeard” 1971 du Clos Rougeard atteint 289 € !

  • Voir les commentaires (1)

  • Pecqueur marie lise

    Tout simplement un grand homme
    Francoise, son épouse, complice et dévouée pour les valeurs de fraternité, d’amour et de gentillesse.
    Tu vas nous manquer marie lise Pecqueur

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Un plat, une histoire, un vin (3) : la brandade de morue et le blanc du Mas Jullien

La brandade est née à Nîmes d’une rencontre improbable entre le cabillaud de Terre Neuve avec le sel et l’huile d’olive du Languedoc. Une louche de lait et un soupçon ...

grand tasting

Retour sur le Grand Tasting 2017 : un immense millésime !

Fabuleuse réussite que cette édition 2017 du Grand Tasting, festival des grands vins ! Les nombreux participants qui se sont rendus au Carrousel du Louvre les vendredi 1er et samedi ...

Devenez gentleman vigneron avec Alain Passard

Le site wehaveadream.com propose aux internautes de devenir vigneron par procuration. Le principe n’est pas nouveau (cf. les projets Crushpad, ...