Jean-Claude Lapalu : la discrète icône de Brouilly

Domaine-Jean-Claude-Lapalu

Jean-Claude Lapalu : voilà un nom du Beaujolais qui est peu connu du grand public en France, mais dont la production est pourtant recherchée par les amateurs avertis et la grande restauration, et s’exporte aussi très bien. Des vins au sommet du Beaujolais.

Jean-Claude Lapalu s’est installé à Saint-Etienne La Varenne, en AOC Brouilly dans le Beaujolais en 1982. Ce fils et petit-fils de vignerons, travaillant sur des vignes en location, a commencé par livrer ses raisins à la coopérative jusqu’en 1995. Dès l’année suivante, il s’est mis à vinifier lui-même sa récolte. Comme beaucoup, il a commencé par faire du vin comme on l’apprend dans les formations œnologiques : macérations courtes, levurage… Puis il a progressivement affiné son style, passant à des vinifications naturelles, abandonnant la chaptalisation et prenant plus son temps. Enfin, il a aussi opéré des changements dans ses vignes, avec des pratiques beaucoup plus respectueuses de l’environnement. Il a réalisé ces progrès grâce à l’observation, aux expérimentations et aussi également grâce aux rencontres et échanges avec d’autres vignerons et professionnels du vin. Les progrès sont concluants : ses vins se font rapidement remarquer et dès la fin des années 1990, ses bouteilles se retrouvent à côté de celles de Marcel Lapierre, Jean Foillard ou Yvon Métras… Et il rejoint progressivement cette bande de vignerons nature du Beaujolais.

De la location de ses terres, il est passé à l’achat au milieu des années 2000, ce qui lui a permis de construire son chai comme il l’entendait. Le vignoble s’étend désormais sur un peu plus de 12 hectares plantés en gamay, dans les appellations Beaujolais Villages, Brouilly et Côte de Brouilly. Les sols sont minces, sur roches granitiques. Les vignes sont travaillées naturellement (bio certifié), sans produits ni engrais chimiques, avec des sols labourés et des rangs enherbés, Les rendements sont extrêmement bas, de l’ordre de 20 hl/ha pour certaines parcelles de vieilles vignes. Enfin, les vendanges sont évidemment manuelles et le tri est intransigeant.

En cave, les méthodes varient selon les terroirs : pour certaines cuvées, la vendange est totalement égrappée, pour d’autres seulement en partie et les dernières ne le sont pas du tout. Les macérations carboniques et semi-carboniques sont longues puisqu’elles durent une petite vingtaine de jours. Le pressurage, très lent se fait dans un vieux pressoir du XIXe siècle. Aucun intrant n’est utilisé, aucune levure, même si les fermentations ont parfois un peu de difficultés à se lancer dans les cuves béton ou dans les nouvelles amphores. Les élevages, en cuves et/ou en fûts (sans bois neuf) durent jusqu’à 10 mois. Les vins ne sont pas filtrés et des doses homéopathiques de soufre sont ajoutées à la mise (environ 10mg/L), ou parfois pas du tout lorsque c’est possible.

Mais alors, pourquoi ce domaine aussi génial demeure si discret vous direz-nous ? Bonne question ! La discrétion naturelle du vigneron et le fait qu’il n’envoie jamais d’échantillons à la presse ou aux guides doit certainement jouer un rôle… Heureusement et comme toujours, cela n’a pas empêché les amateurs de vins du Beaujolais de déceler le talent de Jean-Claude Lapalu, ni aux sommeliers d’ailleurs, puisqu’on retrouve ces vins sur de nombreuses tables étoilées ainsi que chez de nombreux cavistes réputés.

Une partie de notre équipe a rendu visite aux vignerons du Beaujolais partenaires d’iDealwine il y a quelques semaines et on peut vous dire que là-bas, les vignerons sont unanimes : Jean-Claude Lapalu est un exemple et se place au sommet, parmi les très grands de la région. Ce domaine était aussi l’un des chouchous de Robert Parker dans le Beaujolais, il lui a accordé de nombreuses très bonnes notes.

Les vins du domaine Jean-Claude Lapalu en vente

Les vins de Jean-Claude Lapalu se distinguent par leur finesse, leur fraîcheur, leur grande buvabilité et leur fruité incomparable. Pour autant, ces vins ne manquent pas de concentration ni de profondeur. Des vins nature mais bien droits, sans aucune déviance.

Cette cuvée découverte est issue de vignes de gamay, âgées de 50 à 60 ans, plantées sur sols sableux et granitiques. Les raisins sont vendangés à la main et les vinifications se font en grappes entières, par macération carbonique, dans la pure tradition beaujolaise, durant environ deux semaine. Le pressurage se fait par à un pressoir à table vertical, doux et qui dure environ 24 heures. Le processus se poursuit avec la fermentation malolactique. L’assemblage se fait ensuite en début d’année puis l’élevage est réalisé en cuves inox. A la dégustation, ce vin se montre bien ouvert, offrant des arômes fruités. La bouche atteint un bel équilibre, de la légèreté mais aussi tout de même une certaine concentration, une matière soyeuse et digeste. Un beaujolais très bien fait, de style classique.

Cette cuvée est issue de vieilles vignes de gamay plantées sur sols granitiques. Les raisins sont vendangés à la main et les vinifications se font en grappes entières, par macération carbonique, dans la pure tradition beaujolaise, durant environ deux semaine. Le pressurage est réalisé par un pressoir à table vertical, doux et qui dure environ 24 heures. Le processus se poursuit avec la fermentation malolactique. L’assemblage se fait ensuite en début d’année puis l’élevage est réalisé en cuves inox. A la dégustation, ce brouilly exhale des arômes de petits fruits rouges bien mûrs et des notes caillouteuses et de pétales de rose ; il se montre fruité, généreux, rond, profond, dense, équilibré et dynamique avec des tanins bien présents en finale. Ce vin s’accordera très bien avec de nombreux fromages à pâte dure.  Un grand vin du Beaujolais !

Cette cuvée est issue d’un terroir spécifique où le sol est constitué de roches d’origine volcanique (pierre bleue de Brouilly). Les raisins sont vendangés manuellement et conservés à environ 10°C. Les vinifications se font à 80% en vendanges entières, 18 à 20 jours de macération carbonique avec quelques remontages et des pigeages en fin de cuvaison. La fin de la fermentation alcoolique est réalisée en tonneaux, avant de poursuivre par 9 à 10 mois d’élevage ; les vins sont ensuite mis en bouteille sans filtration ; environ 10ml de soufre sont ajoutés au moment de la mise en bouteille. A la dégustation, le vin livre des arômes de mûre, de cassis et montre une belle fraîcheur en bouche, de la minéralité, de la profondeur et de la complexité, de la structure, du fruité frais. Ce vin un peu moins démonstratif que les autres réclame plus de garde : laissez-le vieillir quelques années en cave.

Issue d’une parcelle pentue et exposée sud-ouest, aux sols de sables granitiques, cette cuvée provient de vignes âgées d’environ 70 ans, vendangées manuellement. La récolte est égrappée puis la macération dure entre 20 et 25 jours. L’élevage en barriques de 10 ans dure 9 à 10 mois, avant assemblage puis mise en bouteille avec ajout de 10ml de soufre. La cuvée se distingue par son bel équilibre entre fruité et structure, son élégance. Ce vin dispose d’un potentiel de garde d’une dizaine d’années et peut s’accorder aussi bien avec des viandes blanches ou rouges que de nombreux fromages.

Il s’agit là d’une cuvée parcellaire (70 ares) de très vieilles vignes, plus que centenaires (plantées en 1900). Les raisins sont vendangés manuellement et la macération carbonique se fait en vendanges entières puis un élevage de 8 mois en fûts de 10 vins. La mise se fait sans soufre lorsque c’est possible, sinon de l’ordre de 10ml. A la dégustation, ce vin se démarque par ses jolis arômes de fruits noirs (mûre, cassis) et ses notes épicées, ses tanins soyeux, sa rondeur et sa gourmandise, sa fraîcheur. Un vin qui démontre aisément tout le potentiel des grands terroirs du Beaujolais. Il s’accordera parfaitement avec le canard ou les viandes blanches.

Issue de vignes âgées d’environ 60 ans plantées sur sol granitiques et sablonneux, cette cuvée provient de vendanges manuelles et de raisins égrappés ; la vinification se fait en amphores de 400L pour des macérations de deux mois, puis l’élevage se poursuit en cuve durant 10 mois. Ce vin n’est pas filtré. Il exhale des parfums de violette, de cerise et de prune et dévoile une bouche ample, fraîche, pure et empreinte d’une belle minéralité et d’un fruité éclatant. Bu jeune, il réclame une ou deux heures de carafage.

Le domaine Jean-Claude Lapalu, ce qu’en disent les guides

  • La Revue du vin de France

Jean-Claude Lapalu fait son entrée dans le guide cette année. Nous avons été séduits par la qualité de ses vins. Il s’avère que le virage amorcé à la vigne il y a quelques années, pour aller vers des vins aussi sains et purs que possible, porte ses fruits aujourd’hui. On trouve chez lui deux styles de vins : une tendance à un fruité plus confit dans Le Rang du Merle et la Cuvée des Fous, une meilleure précision de définition dans les cuvées Vieilles Vignes et Croix des Rameaux.

Voir tous les vins du domaine Jean-Claude Lapalu en vente

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Bordeaux : les Vendanges du Savoir à la Cité du Vin, la science au service du vin

Encore une bonne nouvelle pour les amateurs de vins : une grande initiative culturelle dédiée au vin et à la vulgarisation des recherches scientifiques en la matière débutera cet automne ...

iDealwine dans les vignes de Champagne

Quand l’équipe d’iDealwine prend le vert en Champagne

Retour sur la superbe journée qu’iDealwine a passé en Champagne. Visite du site Gamba & Rota et rencontre de la famille Drappier… on vous dit tout !

winedex-logo-blog mars 2014

Légère contraction des indices WineDex® iDealwine en mars

L’indice WineDex® iDealwine 100 a enregistré une baisse de 1,37% au cours du mois de mars 2013. Alors que les Bordeaux ont enregistré de beaux résultats en mars, l’évolution de ...