Domaine Charles Joguet à Chinon : une sensibilité d’artiste

Charles Joguet

Il y a quelques jours, nous avons eu la joie d’accueillir Anne-Charlotte Genet, qui assure la commercialisation des vins du domaine Charles Joguet, à Chinon. Zoom sur l’histoire de cette propriété et sur les cuvées que nous avons eu la chance de déguster.

Charles Joguet, un artiste amoureux de la Bourgogne viticole

Chene Vert

Réunie en arc-de-cercle autour d’Anne-Charlotte Genet, l’équipe iDealwine écoute, captivée, son récit de l’histoire de ce domaine phare du pays de Rabelais. C’est Charles Joguet qui, avant que la famille Genet ne lui succède, est à l’origine de ce succès. A la mort de son père en 1957, Charles Joguet, qui travaillait alors aux Beaux-Arts, reprend le domaine familial où la polyculture régnait. Le jeune homme conjugue alors sa sensibilité d’artiste à son admiration pour le savoir-faire viticole de la Bourgogne et signe de magnifiques vins de garde, juteux et fruités. Ainsi, et à l’image des climats bourguignons, il entreprend d’exploiter séparément ses parcelles au sol de graviers, d’argile et de calcaire, situées à proximité de la Loire et de la Vienne. Sans successeur, Charles Joguet qui souhaite prendre sa retraite et retourner vers son amour premier pour l’art, accueille en 1985 les parents d’Anne-Charlotte Genet, décidés à perpétuer l’aventure.

Cave de tuffeauA son tour, la jeune femme alors âgée de 26 ans, reprend les rênes et dirige une équipe qui œuvrait depuis 20 ans déjà. Sous son impulsion, ces dix personnes, qui ont toujours soigné leurs vignes de façon raisonnée, se sont peu à peu tourné vers le bio jusqu’à entamer un processus de certification en 2013. Aujourd’hui, après de nombreux agrandissements, les vignes courent sur une trentaine d’hectares et leurs fruits bénéficient d’une exposition variée selon les parcelles, certaines au nord, d’autres au sud.

 

 

 

Place à la dégustation

Le domaine produit des vins blancs, des rouges et des rosés, ces derniers étant essentiellement destinés au marché américain. Il faut savoir qu’à Chinon, priorité est accordée au cabernet-franc. Le vin blanc, qui était autrefois largement majoritaire, ne représente aujourd’hui plus que 2% de la production. Pourtant, il semblerait que Chinon recèle un magnifique terroir à chenin blanc…

En 2008, lorsque le domaine a basculé vers le bio, les méthodes de vinification ont été chamboulées à leur tour. Ainsi, la fermentation malolactique est désormais effectuée en fût pour plus d’harmonie. Le parc à barriques a donc été renouvelé afin de redonner de l’éclat et de la pureté au fruit. Un travail de longue haleine qui requière de la patience. Pour la dégustation, c’est pareil : les vins s’expriment avec grâce avec le temps. Taillés pour la garde, ils gagnent à être carafés bien à l’avance.

Degustation Charles Joguet

  • Chinon Les Charmes 2015

Il s’agit d’une parcelle reprise en 2006 à un vigneron qui mettait un terme à son activité. Depuis 2009, le vin effectue sa fermentation malolactique en fût de cinq vins afin de gagner en fruit et en rondeur. Il est ensuite élevé 8 mois en cuve bois. Si le nez était discret, nous avons apprécié la bouche juteuse, fraîche et tendue, ainsi que son profil accessible dès aujourd’hui. 2015 est un très beau millésime solaire qui a produit des vins dotés d’une belle acidité, obtenue grâce à une baisse des températures 10 jours avant les vendanges.

  • Chinon Les Varennes du Grand Clos 2015

Issu de vignes de 40 ans, ce vin a été vinifié en fût d’un millésime et a poursuivi son élevage 6 mois en cuve. On retrouve ici une belle fraîcheur, typique des vins du domaine, enrobée par une matière juteuse, dense et volumineuse.

  • Chinon Clos du Chêne Vert 2015

Les baies qui le composent proviennent de sols argilo-calcaires et le vin a fait l’objet de 14 à 16 mois d’élevage, suivis de 10 à 12 mois d’affinage. Il s’agit d’une cuvée qui a été assez choquée par la mise en bouteille, à qui il va falloir quelque temps pour se remettre. Son nez était donc fermé au début. Mais, après quelques instants, il a su nous séduire par son profil juteux, fruité et très fin. Sa grande acidité lui confère un beau potentiel de garde.

  • Chinon Clos de la Dioterie 2015

Les cabernets-francs proviennent de vignes octogénaires cultivées sur des terroirs d’argile riches en calcaire. Ils ont été vinifiés de la même façon que ceux destinés au Clos du Chêne Vert. Véritable coup de cœur pour la plupart d’entre nous, il nous a charmé par ses petites notes fruitées, épicées et grillées ainsi que par son profil charpenté au tannins déjà fondus. Décidément, ce vin a de l’énergie à revendre et annonce une grande capacité de garde !

  • Chinon Clos du Chêne Vert 2009

2009 est un millésime qui offre des vins aux arômes intenses (fruits noirs, fruits compotés et confits),

un beau volume renforcé par des tanins présents, et une tension bienvenue. Comme le disait Anne-

Charlotte Genet, « la fraîcheur est la force de ce vin ».

Nous avons conclu en beauté avec une petite surprise que nous avait concoctée Anne-Charlotte Genet. Nous avons ainsi dégusté un vin mystère et un touraine blanc. Difficile de deviner à l’aveugle le premier puisqu’il s’agissait d’un vin de presse, millésimé …1989. Une rareté ! Un délice aux tanins bien fondus qui nous rappelait le Clos de la Dioterie. Quant au touraine blanc, Clos de la Plante Martin, il nous a étonné par son nez puissant grillé, sa bouche profonde aux notes variées d’agrumes, de minéralité, de fruits secs et à la finale légèrement sucrée. Vinifié en fût et élevé 8 mois, ce vin est à déguster dès aujourd’hui ou à garder quelques années.

« Mens sana in corpore sano » (« Un esprit sain dans un corps sain ») disait l’humaniste chinonais Rabelais. Toute l’équipe iDealwine rejoint son avis, voilà pourquoi elle ne boit que de TRES bons vins… et vous conseille de faire de même avec ceux de Charles Joguet que vous trouverez en vente.

Angelique de Lencquesaing et Anne-Charlotte Genet
Angélique de Lencquesaing et Anne-Charlotte Genet

 

Présentation du domaine Charles Joguet par Anne-Charlotte Genet

 

Domaine Charles Joguet : ce qu’en pensent les guides

Le Guide de la RVF

1* sur 3

Charles Joguet hérite en 1957 de la propriété familiale sur laquelle il fonde le Domaine Joguet. Il est à l’époque peintre sculpteur, mais décide d’abandonner sa passion pour s’occuper du vignoble familial. En 1985, il cède la moitié de son domaine à Jacques Genet, son associé, afin de retourner à ses premiers amours, que sont la peinture et à la sculpture, tout en continuant de faire vivre l’exploitation. Charles Joguet a alors 60 ans et tient à rester actif sur ses terres, mais se doit de trouver un successeur, n’ayant pas d’héritier direct. Son associé Jacques Genet rachète finalement la totalité du domaine en 1997. Celui-ci œuvre à partir de 2006 avec sa fille Anne-Charlotte Genet et un associé responsable de la production, Kevin Fontaine. Ils décident en 2006 de se séparer de 6 hectares de vignes sur terre sablonneuse du domaine Joguet pour en acquérir six autres sur structure de terre calcaire argileuse.

Guide Vert

Fondé en 1957 par Charles Joguet à Sazilly, sur la rive gauche de la Vienne, ce domaine est revenu au sommet de l’appellation Chinon. C’est une forme de consécration pour l’équipe en charge des vinifications et des vignes, choisie par le propriétaire Jacques Genet. Ils travaillent de concert dans un haut niveau d’excellence, compte tenu de la grandeur du domaine (40 ha). Ils ont surtout fait revivre un vibrant esprit de fraîcheur dans de grands cabernets, qui ont l’originalité de naître exposés nord-est. Peu de domaines de Loire possèdent de grandes cuvées aussi incontournables : Clos de la Dioterie (2 ha de vignes octogénaires sur sols argilo-calcaires, exposés nord-est, à Sazilly), Clos du Chêne Vert (2 ha dans la ville de Chinon), Les Varennes du Grand Clos (4,5 ha à Sazilly), ainsi que sa fraction Franc de Pied (1 ha de cabernets non greffés) plantée en 1982 et replantée pour moitié en 1992, puis en 1995. Le Clos de la Dioterie confirme son statut de parangon du chinon raffiné, modèle de finesse de tanins.

Salon des vignerons indépendants de Paris : les meilleurs vins de l’allée A

Les vins : après un généreux 2015, le 2016 du Clos de la Plante Martin blanc demeure bien mûr, mais avec une tension tonique qui l’équilibre. En rouge, Les Petite Roches 2016 est un sympathique cabernet franc sanguin et digeste ; Les Charmes 2016 propose plus d’allonge et de finesse. Une fois de plus, Les Varennes du Grand Clos se distingue en 2016. Il faudra encore quelques années de cave aux 2015 pour digérer leur élevage, même si leurs textures sont déjà soyeuses et avenantes. Les terroirs prendront leur luxuriance avec le temps.

Encépagement et vignoble

Nombre de bouteilles par an : 110000
Surface plantée : 35 hectares (Rouge : 32, Blanc : 3)
Mode de vendange : Manuelle
Âge moyen des vignes : 40
Cépages rouges : Cabernet franc (100%)
Cépages blancs : Chenin (100%)

Bettane & Desseauve 2018

3* sur 5

La famille Genet et sa plus brillante représentante Anne-Charlotte mettent toute leur énergie à projeter ce domaine légendaire de 39 hectares sur le devant du bouchon. La réputation de cette propriété à produire des vins bâtis pour la grande garde est de nouveau d’actualité. En effet, les grandes cuvées (clos-de-la-dioterie, deux hectares de vignes de 80 ans, le clos-du-chêne-vert, deux hectares dans le domaine) ne sont pas destinées à une consommation immédiate mais elles évoluent parfaitement. Les cuvées varennes-du-grand-clos, clos-de-la-dioterie et clos-du-chêne-vert font partie de l’élite de la Touraine. Le domaine a cherché la juste expression des très beaux 2014 sans être trop poussée.

Voir tous les vins de la Vallée de la Loire actuellement en vente

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le Blog iDealwine :

LOIRE : Le TOP 20 des vins les plus chers (1er semestre 2018)

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Les accords régionaux de vos vacances : la cuisine de Provence (2)

Seconde partie de notre voyage au sein de la cuisine traditionnelle provençale et des accords met et vins que l’on peut imaginer avec les spécialités locales !

Millésime 2016 : pas de montrachet ou presque …

Du fait d’un sévère gel ce printemps, six des plus prestigieux domaines de l’appellation Montrachet ne produiront qu’une seule cuvée commune, en microquantités, et qui ne sera probablement jamais commercialisée.

Clos-des-quatres-vents

Un château AOC Margaux cédé à un groupe d’investissement chinois

Luc Thienpont a en partie cédé ses propriétés viticoles à Liaoning Energy Investment group en ce début d’année. Il s’agit de la première acquisition chinoise d’un château situé sur la ...