Domaine Charles Joguet à Chinon : une sensibilité d’artiste

En 2018, nous avons eu la joie d’accueillir Anne-Charlotte Genet, qui assure la commercialisation des vins du domaine Charles Joguet, à Chinon. Zoom sur l’histoire de cette propriété et sur les cuvées que nous avons eu la chance de déguster.

Charles Joguet, un artiste amoureux de la Bourgogne viticole

Chene Vert

Réunie en arc-de-cercle autour d’Anne-Charlotte Genet, l’équipe iDealwine écoute, captivée, son récit de l’histoire de ce domaine phare du pays de Rabelais. C’est Charles Joguet qui, avant que la famille Genet ne lui succède, est à l’origine de ce succès. A la mort de son père en 1957, Charles Joguet, qui travaillait alors aux Beaux-Arts, reprend le domaine familial où la polyculture régnait. Le jeune homme conjugue alors sa sensibilité d’artiste à son admiration pour le savoir-faire viticole de la Bourgogne et signe de magnifiques vins de garde, juteux et fruités. Ainsi, et à l’image des climats bourguignons, il entreprend d’exploiter séparément ses parcelles au sol de graviers, d’argile et de calcaire, situées à proximité de la Loire et de la Vienne. Sans successeur, Charles Joguet qui souhaite prendre sa retraite et retourner vers son amour premier pour l’art, accueille en 1985 les parents d’Anne-Charlotte Genet, décidés à perpétuer l’aventure.

Cave de tuffeau

A son tour, la jeune femme alors âgée de 26 ans, reprend les rênes et dirige une équipe qui œuvrait depuis 20 ans déjà. Sous son impulsion, ces dix personnes, qui ont toujours soigné leurs vignes de façon raisonnée, se sont peu à peu tourné vers le bio jusqu’à entamer un processus de certification en 2013. Aujourd’hui, après de nombreux agrandissements, les vignes courent sur une trentaine d’hectares et leurs fruits bénéficient d’une exposition variée selon les parcelles, certaines au nord, d’autres au sud.

Place à la dégustation

Le domaine produit des vins blancs, des rouges et des rosés, ces derniers étant essentiellement destinés au marché américain. Il faut savoir qu’à Chinon, priorité est accordée au cabernet-franc. Le vin blanc, qui était autrefois largement majoritaire, ne représente aujourd’hui plus que 2 ou 3% de la production. Pourtant, il semblerait que Chinon recèle un magnifique terroir à chenin blanc…

En 2008, lorsque le domaine a basculé vers le bio, les méthodes de vinification ont été chamboulées à leur tour. Ainsi, la fermentation malolactique est désormais effectuée en fût pour plus d’harmonie. Le parc à barriques a donc été renouvelé afin de redonner de l’éclat et de la pureté au fruit. Un travail de longue haleine qui requière de la patience. Pour la dégustation, c’est pareil : les vins s’expriment avec grâce avec le temps. Taillés pour la garde, ils gagnent à être carafés bien à l’avance.

Degustation Charles Joguet

La cuvée « Les Charmes » est issue d’un terroir argilo-calcaire planté de ceps de cabernet franc âgés d’une trentaine d’années. Orientées au nord, les vignes en question sont situées sur la rive gauche de la Vienne, sur les hauteurs d’Anché qui est une commune voisine de Sazilly. Ce vin présente des arômes subtils de fruits rouges. C’est un nectar droit, au fruité croquant et généreux, des tanins nombreux mais d’une belle finesse et de la fraîcheur.

C’est à Sazilly que vous pourrez trouver ce terroir, sur la rive gauche de la Vienne, situé sur une terrasse graveleuse particulièrement silico-argileuse et silico-calcaire. Les trois hectares et demi de vignes y ont été plantés dans les années 1960 et 1970, avec un rendement moyen de 40 hl/ha. Il s’agit d’une cuvée confidentielle qui peut s’affirmer jeune, et est tout à fait adapté à la longue garde. Un vin fin et élégant, droit et structuré, des notes de fruits rouges et de poivron rouge, quelques épices. Nous vous conseillons de l’ouvrir sur un magret de canard et après quelques années.

En 1982, Charles Joguet décide de se lancer un défi : retrouver les arômes et caractéristiques des vins d’avant le phylloxéra. Pour cela, il se rend dans sa parcelle de trois hectares et demi Varennes du Grand Clos, et se met alors à planter du cabernet franc en franc de pied, c’est-à-dire sans utiliser de porte-greffe. Sur place, les sols silico-argileux et silico-calcaires. A la dégustation, ce vin se présente d’une très belle finesse, avec des notes de fruits noirs et de violette. La bouche est profonde, élégante et soyeuse.

C’est une des parcelles mythiques de l’appellation Chinon, qui se situe au cœur de la ville, sur la rive droite de la Vienne. Il s’agit en fait de deux petits hectares sur un sol argilo et silico-calcaire, avec une pente extrêmement importante. Au-dessus de la parcelle, un chêne qui n’est autre qu’une repousse d’un arbre planté par les moines de l’abbaye de Bourgueil au XIIe siècle. Ce nectar se distingue par des arômes de fruits rouges bien mûrs, une texture droite, tendue, dense et élégante, tout en longueur.

Situé juste à côté du chai, le Clos de la Dioterie domine les Varennes du Grand Clos. Ces deux hectares de vieilles vignes (70 à 80 ans) sont plantés sur un terroir argileux fortement calcaire et exposé nord-est, l’idéal pour obtenir des maturités parfaites. Ces très vieux pieds au faible rendement (30 hl/ha) font l’objet de soins particulièrement attentifs. Le Clos de la Dioterie est la dernière parcelle à être vendangée au domaine Charles Joguet. Le tout donne une discrète mais grande complexité, qui s’exprimera pleinement après de longues années en cave, de la concentration et de la puissance. Aromatique, il présente des notes de fruits rouges et noirs, mais aussi quelques touches épicées. L’on retrouve également de la réglisse.

En 2018, quand Anne-Charlotte Genet est passée nous voir, nous avons conclu en beauté notre rencontre avec une petite surprise que cette dernière nous avait concoctée. Nous avons ainsi dégusté un vin mystère et un touraine blanc. Difficile de deviner à l’aveugle le premier puisqu’il s’agissait d’un vin de presse, millésimé… 1989. Une rareté ! Un délice aux tanins bien fondus qui nous rappelait le Clos de la Dioterie. Quant au touraine blanc, Clos de la Plante Martin, il nous a étonné par son nez puissant grillé, sa bouche profonde aux notes variées d’agrumes, de minéralité, de fruits secs et à la finale légèrement sucrée. Vinifié en fût et élevé 8 mois, ce vin est à déguster dès aujourd’hui ou à garder quelques années.

« Mens sana in corpore sano » (« Un esprit sain dans un corps sain ») disait l’humaniste chinonais Rabelais. Toute l’équipe iDealwine rejoint son avis, voilà pourquoi elle ne boit que de TRES bons vins… et vous conseille de faire de même avec ceux de Charles Joguet que vous trouverez en vente.

Angelique de Lencquesaing et Anne-Charlotte Genet
Angélique de Lencquesaing et Anne-Charlotte Genet

 

Présentation du domaine Charles Joguet par Anne-Charlotte Genet

 

Domaine Charles Joguet : ce qu’en pensent les guides

Le Guide de la RVF

1* sur 3

Fondé en 1957 par Charles Joguet à Sazilly, sur la rive gauche de la Vienne, ce domaine est revenu au sommet de l’appellation Chinon. C’est une forme de consécration pour l’équipe en charge des vinifications et des vignes, choisie par le propriétaire Jacques Genet. Ils travaillent de concert dans un haut niveau d’excellence, compte tenu de la grandeur du domaine. Ils ont surtout fait revivre un vibrant esprit de fraîcheur dans de grands cabernets, qui ont l’originalité de naître exposés au nord-est. Peu de domaines de Loire possèdent de grandes cuvées aussi incontournables. De plus en plus proches de leurs terroirs, les derniers millésimes se sont affinés.

Bettane & Desseauve 2018

4* sur 5

Anne-Charlotte Genet projete ce vignoble de la rive gauche de la Vienne sur le devant de la scène par un travail soigné à la vigne. Côté vinification, on évite des extractions trop poussées pour jouer véritablement le registre de la juste concentration. L’exposition nord-est, très originale, permet de conserver toute la fraîcheur au légendaire clos-de-la-dioterie, (2 hectares de vignes octogénaires, plantées sur argilo-calcaire à Sazilly). C’est l’un des cabernets francs les plus raffinés, gagnant en complexité au bout de 10 ans de garde. À proximité, les-varennes-du-grand-clos dévoilent leur élégante suavité beaucoup plus rapidement. Sa cuvée spéciale franc de pied joue dans un registre plus gourmand. Plantés sur la commune de Chinon, les 2 hectares du clos-du-chêne-vert ne sont pas destinés à une consommation immédiate. Témoignant d’une puissance contenue, cette cuvée évolue parfaitement. Les petites-roches et les charmes sont des cuvées plus immédiates. L’ensemble est magistral, une des belles adresses de la Loire. Les 2017 et 2018 sont en grande forme.

Tous les vins du domaine Charles Joguet en vente 

Voir tous les vins de la Vallée de la Loire actuellement en vente

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Bettane & Desseauve révisent le classement de Saint-Emilion

Contrairement à celui de 1855, le classement des vins de Saint-Emilion a le mérite d’être remis en cause tous les dix ans. Mais la dernière édition, celle de 2006, a ...

Bourgogne | Entre l’or et le rubis

Entre l'or du chardonnay et le rubis du pinot noir, la Bourgogne regorge de trésors précieux que vous devez découvrir de toute urgence.

Reconnaissance officielle de la mention « Cru Bourgeois »

Trois ans après l’annulation par la justice du précédent Classement des Crus Bourgeois, la mention en question est aujourd’hui officiellement ...