Domaine Naudin-Ferrand : une histoire de passion

A quelques kilomètres de Nuits-Saint-Georges, le domaine familial Naudin-Ferrand nous offre des vins, en blancs comme en rouges, avec une personnalité marquée, à l’image de sa propriétaire, Claire Naudin. Rencontre.

 

Un domaine familial

A la frontière entre Côte de Beaune et Côte de Nuits se situe le domaine Naudin-Ferrand. Une exploitation viticole dont l’histoire débute à la fin du XIXe siècle et qui perdure aujourd’hui sous l’impulsion de Claire Naudin.

Cette vigneronne a repris le domaine de son père, Henri Naudin, en 1994. Après sa première vinification en 1991, elle part travailler plusieurs mois en Australie. Un voyage marquant qui lui a permis de développer son style et sa propre vision sur les méthodes de vinification d’aujourd’hui. Rentrée en France, Claire Naudin impressionne son père par son diplôme d’œnologie : ce dernier lui laisse alors carte blanche en cuverie. En 1993, elle prend en charge le management du domaine, et apporte de nombreux changements dans l’organisation des équipes.

Le domaine familial bourguignon est principalement présent sur les vignobles des Hautes Côtes, dans les appellations régionales Hautes-Côtes de Beaune et Hautes-Côtes de Nuits. Situé à Magny-les-Villiers, à quelques kilomètres de Nuits-Saint-Georges, les vignes s’étendent sur près de 22 hectares. Y sont principalement cultivés le chardonnay pour les vins blancs ainsi que le pinot noir pour les rouges. Du gamay et de l’aligoté sont aussi cultivés sur le domaine. Une grande partie des vins (80%) sont classés en appellations régionales comme les Hautes Côtes.

 

Claire Naudin : une vigneronne engagée

Au fil des années, Claire Naudin a réussi à imposer son style : sa ligne de mire est une viticulture durable avec un interventionnisme minimal. Après plusieurs essais, la viticultrice a renoncé aux traitements systématiques de la vigne et à la technologie au chai. Elle souhaite exploiter les inimitables richesses du vieux continent, avec son histoire, ses vieilles vignes et son terroir à fort potentiel qu’elle connait déjà très bien. « Je ne pars pas avec l’idée de diaboliser la technologie, mais l’idéal pour moi est de l’utiliser a minima. A l’image des grands cuisiniers, mon but est de miser sur la qualité de mes matières premières, s’effacer et laisser s’exprimer notre précieux terroir. Moins le vin est modifié, plus il est précieux et unique. », nous livre Claire Naudin.

En 1999, elle fait ses premiers essais de vinifications sans souffre. Aujourd’hui, la vigneronne conduit son vignoble en lutte raisonnée, et ce depuis plus de quinze ans. Il n’y a plus de désherbage systématique et les interventions contre les maladies de la vigne sont font au cas par cas. Claire Naudin a pour ambition de supprimer l’utilisation du cuivre et du souffre dans les vignes. Des produits très polluants qui s’accumulent dans les sols et présentant un risque sanitaire pour les équipes manipulant les produits, mais également pour le voisinage. Pour la vigneronne, il est urgent de trouver des alternatives. Cette dernière s’adonne à quelques tests avec des algues sur certaines parcelles. Ce pesticide naturel d’un nouveau genre permet au domaine d’ouvrir de nouvelles perspectives quant à l’utilisation d’un produit efficace, naturel et surtout inoffensif pour leurs vignes et les consommateurs.

La propriété s’attache à une philosophie de rendement maitrisé. « Cela nous permet d’atteindre nos objectifs chaque année, tout en maintenant la qualité de nos vins. La récolte de 2013 a été sauvé par notre petit rendement, qui nous a permis de produire des vins d’une grande qualité malgré une année très compliqué. »

En cuverie, Claire Naudin suit sa démarche peu interventionniste. Ainsi, pendant la vinification, le raisin est manipulé le moins possible (pas de pompage de la vendange), l’apport de dioxyde de soufre est mesuré, et aucun artifice technologique n’est employé (ni levurage ni acidification par exemple).

Un style qui lui permet aujourd’hui de réaliser des cuvées élégantes, pures avec beaucoup de fraîcheur et de profondeur, offrant une jolie représentation des terroirs de Bourgogne.

 

Des vins « puissants et aromatiques »

« La signature de nos vins pourrait se résumer en deux mots : puissance aromatique. » Claire Naudin nous confie avoir tendance à se méfier des vins tendus à l’extrême. « Le cépage unique du pinot et son potentiel aromatique riche nous permet d’obtenir des vins à l’image du terroir, puissant et harmonieux. Pour les blancs, je recherche une grande maturité et complexité aromatique, et n’ai pas peur du niveau de sucre. Nos chardonnays sont riches et moelleux.« 

Avec talent et dans une démarche peu interventionniste, à la vigne comme au chai, Claire Naudin nous avoue avoir tâtonné parfois, mais a su progresser d’année en année pour désormais réaliser des vins précis, équilibrés, fins, exprimant fidèlement leur terroir.

Pour la suite, Claire Naudin nous livre ne pas avoir de plan précis. Ambitieuse, la viticultrice est assurée dans sa démarche et souhaite emmener son domaine au plus près de ses convictions écologiques.

 

 

Les vins du domaine Naudin-Ferrand 

Hautes Côtes De Beaune Orchis Mascula 2018 (rouge) : Un vin bourguignon nature, très agréable à boire avec une belle attaque mordante.

Hautes-Côtes De Nuits Myosotis Arvensis 2018 (rouge) : Une harmonie parfaite est créée dans ce vin aux arômes complexes mais à la bouche équilibrée, s’associant à merveille à la cuisine asiatique.

Côte De Nuits-Villages Viola Odorata 2018 (rouge) : Le travail méticuleux et passionné de Claire Naudin se ressent dans cette cuvée. Une véritable expression du terroir, un vin charmeur et élégant.

Vin De France Le Clou 34 2018 (blanc) : Un aligoté, issue d’une production confidentielle, expressif, reflet de son terroir.

Hautes-Côtes De Nuits Clématis Vitalba 2018 (blanc) : Un chardonnay charnu et profond, vinifié naturellement, issu d’une des meilleures parcelles du domaine.

Vin De France Galanthus Nivalis 2018 (blanc) : Ce pinot blanc, récolté depuis plus de 50 ans par le domaine, a été vinifié naturellement.

Hautes-Côtes De Beaune Bellis Perrenis 2018 (blanc) : Elevé en fût pendant 14 mois, ce chardonnay vous surprendra par sa fraicheur et son volume en bouche.

 

Voir tous les vins du domaine

Voir les vins en vente

Vendez vos vins avec iDealwine

  • Voir les commentaires (1)

  • Bernard99

    Très bon article pour une très belle maison

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

La Champagne revêt ses “Habits de Lumière” à Epernay

La 13e édition des “Habits de Lumière” à Epernay se déroulera les 14, 15 et 16 décembre 2012. Une occasion unique de s’offrir un weekend en Champagne et au champagne. ...

vignes Espagne

La production mondiale de vin en hausse en 2013

Près de 3 milliards de bouteilles supplémentaires ont été produites en 2013 dans le monde, soit une augmentation de 8.5% en l’espace d’une année. Cette dynamique est principalement issue des ...

rossignolfrere

Domaine Rossignol-Trapet à Gevrey : toute la délicatesse du pinot noir

Moins médiatisés que leur cousin Jean-Louis Trapet, les frères Rossignol travaillent depuis longtemps leur domaine (issu du partage de la propriété familiale) avec la même rigueur et la même biodynamie ...