Clos des Treilles | Mélodieux cabernets-francs nature

Clos des TReilles

C’est à 22 ans, alors qu’il est encore pianiste professionnel, que Nicolas Réau, attiré par les cabernets francs de son enfance que son grand-père lui faisait déguster, décide subitement de changer de voie. Depuis, l’ancien musicien a tracé sa route du vin, et plus précisément du vin nature, dans la Loire, au Clos des Treilles. Au cœur de la douceur angevine, il va jusqu’à signer les vins les plus précis et profonds de l’appellation grâce à une viticulture et une vinification précises et respectueuses de l’environnement.

La petite phrase

Nous sommes en 1994. Le jeune Nicolas Réau, mélomane et pianiste professionnel, a lui aussi en tête sa sonate de Vinteuil. Cette petite phrase qui lui rappelle des pans de vie, des émotions, des souvenirs attachants qu’il aime ressasser. Mais cette petite phrase n’est ni son, ni mélodie, ni musique. Cette petite phrase, c’est le vin. En réalité, c’est en voyant une publicité pour un BTS viti-oeno que les souvenirs des cabernets francs que lui faisait goûter son grand-père reviennent à lui. Par passion, il décide alors de changer de voie. Le parallèle avec la musique n’est pas absurde : dans les deux cas il est affaire de recherche de vérité originelle et de création.

Après avoir fait de rapides classes à Montagne Saint-émilion dans le cadre de ses études, Nicolas Réau se tourne vers la Vallée de la Loire où il vinifie et s’occupe déjà du Clos des Treilles pour un autre exploitant. A partir de 2002, il décide de créer son propre domaine et la viticulture biologique s’impose à lui avec la force de l’évidence. Instaurée au Clos des Treilles en 2005, elle a été certifiée en 2012. Si l’on veut créer un vin identitaire, il lui faut naturellement respecter son terroir. Les pesticides sont donc bannis du domaine ; les intrants en vigne et aux chais sont diminués, le soufre est ajouté à dose homéopathique, voire absent lors de la vinification des rouges.

Offrir à ses vins une émotion 

Tel un poète, Nicolas Réau suit une quête. Celle d’offrir à ses vins une émotion particulière. A la manière d’un grand compositeur qui chercherait à faire de sa musique un sentiment, une exaltation, chacune de ses cuvées est construite dans cette optique. Ce critère d’émotion dans ses vins et les vins qu’il aime est indissociable de celui du plaisir : il faut que ses nectars le séduisent et séduisent les autres. Voilà pourquoi ceux-ci sont aussi nets, aussi nature que la nature lui permet. Ils doivent être transparents : transparence entre le liquide et le terroir d’où il s’origine, transparence entre le vin et son géniteur, transparence entre le vin et le consommateur.

En domptant le cabernet franc Nicolas Réau arrive à en tirer des arômes fabuleux et floraux. Avec des élevages longs, il laisse le temps au temps et apporte une touche de pinot à ses cabernets, mais aussi, osons le dire, une touche végétale noble, qu’il recherche et qui apporte à ses vins une élégance sans limite.

Pour arriver à tirer de tels jus de ses raisins il n’a pas d’autres choix que celui d’opter pour de belles maturités. Extrayant le maximum d’arômes de ses raisins, il engendre des vins d’une profondeur inégalée dans la région. Cette question de la maturité et de sa gestion est à ses yeux cruciale et condense les interrogations des vignerons à travers la question de l’équilibre : ni sous-maturité, ni sur-maturité. Cette même réflexion oriente ses choix de macérations, parfois assez longues et pouvant atteindre trois semaines, sans remontage ni bâtonnage, afin d’extraire la finesse des arômes et des tannins.

Remonter la terre dans le vin

Certains comparent la distinction de ses cuvées à celles de Bourgogne. Et pour cause, l’artiste vigneron  cherche à vinifier ses vins de façon parcellaire afin de remonter la terre dans le vin. Cette même terre qui, chez lui, prend racine, dans ses parcelles, sur un substrat géologique de calcaire du Jurassique datant de 180 millions d’années, quand les calcaires saumuriens sont de 70 millions d’années. Les rocailles présentent dans ses terres apportent à ses vins toute leur complexité minérale et leur longueur rocailleuse.

Nicolas Réau brille sur Anjou comme une étoile rare et précieuse : grâce à la sincérité de ses vins, de son engagement et de ses vinifications, nature et exigeantes. Un des plus beaux vins d’Anjou et de Loire, et un très grand vigneron parmi les vignerons nature.

 

Ce qu’en disent les guides

La Revue du Vin de France – 1* sur 3

Sans origine viticole, Nicolas Reau bifurque sur le tard vers la viticulture. Remarqué en Anjou dès 2002, il vinifie ensuite quelques excellents vins à Chinon mais perd les vignes. Ses terroirs sont situés à Sainte-Radegonde, au sud de l’Anjou, dans le Thouarsais, où Nicolas élabore les rouges Pompois et L’Enfant Terrible. Le blanc Victoire naît sur du calcaire du Jurassique zébré par une veine de schistes roses, des quartz, des sables et des limon. Les rouges ont gagné en précision sans rien perdre en générosité de saveurs et en richesse de matière, et les blancs conjuguent puissance et droiture.

Les vins : Une Victoire pour ce beau blanc identitaire angevin. Il ne faudra pas hésiter à passer longuement en carafe les rouges sans soufre ajouté pour estomper leur réduction, généreuse dans le cas de Pompois, cabernet franc mûr qui laisse en bouche une sensation de calcaire et de peau de raisin frais. L’Enfant Terrible, aux tanins encore chahuteurs, révèle une matière intense. Il pourra paraître un peu rude pour certains ; les autres trouveront son relief enthousiasmant et attachant. De grandes personnalités !

Les vins du Clos des Treilles en vente 

VIN DE FRANCE CLOS DES TREILLES CHENIN MECHANT 

Ce chenin signé Nicolas Réau est classé en vin de France. Issu d’un sol argilo-calcaire sur lequel le chenin se plaît tant, seuls 2 grammes de sulfites ont été ajoutés à la mise en bouteille afin de stabiliser le vin autant que possible. Elevé en cuve béton, ce superbe chenin ne renie ni son origine ni le talent de son géniteur.

ANJOU CLOS DES TREILLES CABERNET FRANC ENLEVEMENT DEMANDE

Ce vin d’Anjou issu d’un sol d’argile et silex a clairement « la tête de son sol ». Un vin profond et suave comme l’argile, avec une pointe minérale conférée par le silex. D’une grande buvabilité, cet anjou élevé pour moitié en cuve béton et moitié en cuve tronc conique bois dévoile une grande fraîcheur. Un vin 100% nature et d’une grande maîtrise.

ANJOU CLOS DES TREILLES L’ENFANT TERRIBLE

Cette cuvée 100% cabernet franc est née sur un sol argilo-calcaire et graveleux, à l’extrémité méridionale de l’Anjou. Le soin apporté à cette cuvée est optimal. Pas de machines brutales à la vendange au domaine, on préfère les mains des hommes. Pas de chimie non-plus mais une alchimie naturelle. Pas de soufre dans les blancs, et une agriculture biologique depuis 2005 permettant de donner naissance à un rouge au fruité croquant et profond. La vinification se fait avec les raisins égrappés qui macèrent durant trois semaines.. L’élevage est pour moitié en cuve béton, moitié cuve tronc conique en bois, ce qui permet d’apporter fraîcheur et vivacité à ce superbe cabernet franc d’anjou.

ANJOU CLOS DES TREILLES POMPOIS

Voici un superbe Anjou sur sol argilo-calcaire et graveleux qui permet au domaine de produire un cabernet franc sur une multitude de terroirs différents. A travers cette cuvée plus ambitieuse, puisqu’élevée entre 9 et 12 mois en cuve bois, Nicolas Réau entend produire un grand cabernet-franc d’Anjou, débordant de fruit et de gourmandise mais aussi d’une buvabilité sans pareil. Un grand anjou nature, respectueux de sa double origine : à la fois racé et élégant

CHINON GARANCE

Ce chinon nature issu d’un sol argilo-limoneux complète la superbe gamme de terroirs du talentueux Nicolas Réau. Vinifié en vendange égrappée et macéré pendant 3 semaines sans ajout de SO2, ce chinon est d’une grande profondeur. Et pour cause, élevé pendant 18 mois en fût de 500 litres de deux vins, ce chinon est d’une grande authenticité. Taillé pour la garde, il peut aussi s’apprécier jeune afin de profiter au maximum de l’éclat de son fruit et de la profondeur de ses arômes. Un très beau chinon ambitieux.

CHINON MANQUANT

Ce chinon nature est né sur un sol d’alluvions limoneuses et graveleuses est un vin superbe dans sa jeunesse fruitée. Elevé 6 mois en cuve béton, il est à boire jeune afin de profiter de son fruit et de son éclat. Son sol lui confère une complexité aromatique incroyable à ce niveau : du fruit, du fruit et encore du fruit. Le jeu de mots sur l’étiquette n’est pas sans indiquer l’humour de ce vigneron qui a réalisé en outre une série de 3 étiquettes réparties aléatoirement représentant les différents stades de la marche bipède: à vous de trouver ce chinon manquant dans la station debout.

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Vu et entendu dans les allées du Grand Tasting

Reçu 5/5. La cinquième édition du Grand Tasting, le festival des grands vins qui se tenait vendredi et samedi dernier au Carrousel du Louvre, sous l'égide d’un Michel Bettane et ...

La capitale mondiale du vin sacrée ville la plus tendance du monde pour 2017

Le célèbre guide de voyages Lonely Planet vient de publier son Best Of 2017, où il établit chaque année le top 10 des pays, des régions, des villes, des bons ...

Marie et Florian Curtet : le vin savoyard vu « Autrement »

Venez découvrir le domaine Curtet, ses méthodes de vinification peu interventionnistes, et ses vins « qui sentent le raisin et le caillou ».