Vu et entendu dans les allées du Grand Tasting

gt2010Reçu 5/5. La cinquième édition du Grand Tasting, le festival des grands vins qui se tenait vendredi et samedi dernier au Carrousel du Louvre, sous l’égide d’un Michel Bettane et d’un Thierry Desseauve au sommet de leur forme, a fait salles combles. Au pluriel car cette année, les exposants disposaient de deux fois plus d’espace. Coup de projecteur sur quelques-uns des temps forts de ce grand rendez-vous.

Le rendez-vous des fans d’iDealwinedsc_1149

Le Grand Tasting s’étendait cette année sur deux salles, pour le plus grand bonheur (et le confort) des amateurs. Toujours pas assez de place en tout cas sur le stand iDealwine où les fans s’étaient donné rendez-vous, chaque jour à 15h30 : samedi c’était un rivesaltes 1943 du château Sisqueille qui leur fut servi. Après le maury 1939 de la veille, pas mal ! En prime, quelques-uns des derniers flacons de Château Pavie 1962, dont les flaveurs restent encore gravées dans l’esprit des amateurs. Thomas Cabrol, de Prodegustation, note en effet à propos de ce vin « L’Ethiopie dans le verre avec la race d’un grand Moka Harrar ou Sidamo avec une torréfaction premium légère.  J’ai senti par le passé de belles  odeurs de café dans un vin mais là, la classe d’un grand moka ! »

Pour les retardataires (et aussi tous ceux qui étaient passés plus tôt), l’équipe au grand complet proposait d’autres beaux flacons : Siran 2003 en magnum ou la cuvée William Deutz 1999, ainsi que Le Sartre en blanc 2008 et rouge 2005, ainsi que le Mâcon-Pierreclos tri de chavigne 2008 du domaine Guffens-Heynen. Avec Jean-Marie Guffens d’ailleurs dans les parages, histoire de s’assurer « que ça goûtait bien »…

David Gilchrist, présent au rendez-vous, écrit sur le « mur » FB : « Merci à toute l’équipe iDealwine pour les dégustations de vins rares, dans une ambiance bien conviviale. Mes amis (qui sont venus de plusieurs pays pour participer au Grand Tasting) étaient ravis de découvrir ces belles bouteilles ». Un autre fan ajoute « Quelle fête sur le stand ! 🙂 le vin est partage, vous l’incarnez si bien, longue vie à iDealwine et ses vieux millésimes ! »

Des exposants enthousiastesdsc_1109

Les vignerons internautes ont aussi commenté le salon. Hervé Bizeul, du Clos des Fées, se déchaine sur son blog ; ça pour un festival, c’est un festival : « Le salon évolue, prend de l’espace. Chaque exposant se pose bien sûr la question, plus d’exposants, n’est ce pas perdre un peu l’esprit du mini-salon de haute qualité qu’est le Grand Tasting depuis quelques années ? Et bien la réponse est non et au contraire, un peu d’espace donnera un peu plus de fluidité et de confort, aux amateurs qui, toujours aussi nombreux, se pressent dans les allées et sur notre stand. » Il salue au passage la curiosité du public : « Ca me fait plaisir aussi quand je vois du monde autour des autres stands de vins « émergents », ou considérés, il faut bien le dire, comme « mineurs ». Ce sont eux, finalement, qui ont souvent le plus de monde, et non pas les AOC prestigieuses ou les crus classés. Ca montre que les limites bougent, lentement, certes, mais qu’elles bougent et que l’amateur de vin a su rester curieux, ouvert, lucide. » Il y a eu aussi beaucoup de jeunes gens, surtout le samedi, venus entre amis. Bref, une école du goût et de la connaissance, au beau milieu du Louvre, ça mérite quelques louanges.

Lise Latrille, de Prieuré-Lichine, confirme. « C’est un salon qui gagne en légitimité chaque année ! La convivialité et les échanges qu’il peut y avoir avec les visiteurs sont uniques ; les ateliers gourmet sont très importants à ce niveau-là. Sans compter le lieu : tout simplement magique ! Cela nous demande pas mal de préparation en amont, mais au bout du compte, on est ravi ! On a ouvert un double-magnum de 1998 et les gens ont répondu présents. Et ils achètent en plus…  »

Même son de cloche du côté de Jean-Luc Thunevin, Château Valandraud. « J’ai trouvé qu’il y avait énormément de monde, bien que l’espace ait été agrandi. soit j’étais en forme soit j’étais optimiste ! On a eu du monde tout le temps sur notre stand, et on a vendu, ce qui a permis d’amortir…. donc c’est une réussite pour nous« .

Pierre de Reynies, des champagnes Deutz, souligne également la qualité du public : « Nous avons vu passer une clientèle d’amateurs et de connaisseurs plus importante encore que l’an dernier. Plus d’étrangers aussi. Il faut dire que les maisons présentes jouent le jeu et n’ont pas hésité à présenter leurs cuvées haut de gamme. Même s’il reste encore des points de logistique à améliorer, le GT s’impose comme le salon à ne pas manquer, tant pour les producteurs que pour les amateurs. »

Master classes et ateliers gourmets

On exagère ? A peine. Par conscience professionnelle on a dû tester : le master class Pomerol (Le Gay 2008, La Conseillante 2005 et Gazin 2001), animé par un Denis Hervier au mieux de sa forme. Et les ateliers gourmet, toujours un beau moment, pleins à craquer : il faudra penser à réserver l’année prochaine ! Sans oublier l’un des temps forts du Grand Tasting : la grande dégustation du samedi matin, commentée par notre tandem de dégustateurs préféré avec, au programme, deux millésimes de la cuvée phare de la maison Mumm : René Lalou 1985 et R. Lalou (son nouveau nom) 1998 ; à Bordeaux, un Château Gruaud Larose 2000 encore dans sa prime jeunesse, un Château Angélus 2000 flamboyant, un Château Cheval Blanc 1975 tout en plénitude, merveilleusement fondu, présenté par Pierre Lurton, jamais à court de bons mots. Très jeune aussi, en Bourgogne, le clos de la roche 2004 de chez Dujac ; à sa pleine apogée, le châteauneuf-du-pape 1998 du domaine du Vieux Télégraphe ; pur et minéral, le Riesling Clos Sainte-Hune 2000 du domaine Trimbach ; élégant, le Ridge Montebello 1997. Et, en point d’orgue et final de cette dégustation : le somptueux Château Climens 1989, étincelant de lumière, déployant dans une bouche soyeuse tous les trésors de Sauternes (ou plutôt de Barsac) : un ballet parfaitement orchestré de fruits exotiques et d’agrumes ponctué de notes gourmandes de caramel. Eblouissant !

Dégustation privée du Club iDéaldsc_0189

Enfin, coup de projecteur sur la dégustation privée du Club iDéal, vendredi soir, qui a fait le buzz : impériale d’Yquem 1991, William Deutz 1998 en magnum Bollinger Grande année rosé 2002,  Perrier-Jouët Belle-Epoque 1996 en jéroboam et 1998 en magnum, jéroboam de Pichon Longueville Comtesse 1978, Pavie 1962, Pouilly-Fuissé « La Roche» 2002 du domaine Guffens-Heynen, Corton Charlemagne 2000 de chez Bouchard, jéroboam Hermitage de l’Orée 2007 de Chapoutier, Beaucastel 2001 en magnum, Pibarnon 1995 toujours en magnum, et comme il est de coutume chez nous, quelques souvenirs comme un banyuls 1950 Domaine Laëtitia, un rivesaltes 1960 du domaine Lacresse….

Difficile ensuite de fermer les portes, il y en a qui ont dû rater leur avion 😉

Les commentaires ont été nombreux à l’issue de cette dégustation. Celui de Stéphane E. résume bien l’ambiance :

« Une soirée pétillante, fraîche et fleurie comme ces superbes champagnes,

racée, voluptueuse et d’un équilibre parfait comme ce Pichon Lalande 1978,

truffée, patinée, tout en finesse comme ce Pavie 1962,

rayonnante, éclatante de lumière et de longueur comme ce divin Yquem 1991,

un poil frustrante, à l’image de ces bouteilles de Corton Charlemagne 2000 de Bouchard trop rapidement vidées,

incisive, précise et nette comme ce Pouilly-Fuissé La Roche 2002,

harmonieuse, en devenir et dorée comme cet Hermitage de Chapoutier 2007, élégante, vive et engageante comme ce Château de Beaucastel 2001,

ensoleillée et amicale comme ce Pibarnon 1995,

intemporelle comme ces très beaux Rivesaltes,

étonnante comme ces épatants Glenelly.

Ce soir-là tout était XXL comme la taille de certains magnifiques flacons. »

Parmi les nombreux messages reçus à l’issue de cette dégustation, celui de Matthieu S. devrait trouver écho chez tous ceux qui ont déjà dégusté le précieux nectar : « On se souvient toute sa vie de son 1er Yquem… C’était en votre compagnie et ca restera gravé. »

Quant à Eric de Saint-Victor (Château de Pibarnon), venu en personne servir ses vins, il adresse un beau coup de chapeau aux amateurs : « C’était un vrai plaisir pour moi, car votre clientèle est à votre image, ouverte, sympathique et éclectique ! »

Avec tout cela, on se demande bien ce qu’on va boire l’année prochaine, les 2 et 3 décembre 2011, pour la sixième édition du Grand Tasting. Notez déjà la date, on s’occupe du reste ! Enfin nous… Disons plutôt la fameuse magicienne du Grand Tasting, la belle Andrée Virlouvet, qui a encore fait des prodiges cette année malgré la neige : merci à elle et à toute l’équipe de Bettane&Desseauve !

Ci-dessous, un diaporama des photos du Grand Tasting.

D’autres photos sont sur la page Facebook d’iDealwine, venez les commenter !

A lire également :

Portrait de Michel Bettane, Wine Man

Portrait : Thierry Desseauve, confessions (d’un gamin du siècle)

Retrouvez les commentaires de Thomas Cabrol (Prodegustation) sur les vins dégustés à la soirée du Club iDéal

http://tv.prodegustation.com/prodegustation-invitee-par-idealwine-imperial-moment/

A lire également, dans les blogs de Jean-Luc Thunevin et de Hervé Bizeul, des analyses et commentaires sur le Grand Tasting 2010.

Retrouvez d’autres commentaires, comptes-rendus de dégustation et photos sur les forums lapassionduvin.com et buveursdetiquettes.fr.

Pour les fêtes, suivez les conseils de Michel Bettane, interviewé dans le 13h00 de France 2 du mardi 14 décembre !

http://jt.france2.fr/13h/

Tags:

  • Voir les commentaires (4)

  • Claude C

    Bravo et un Grand merci pour cette excellente dégustation organisée de manière exemplaire et conviviale .

    Il se dit que l’année prochaine cela sera encore plus surprenant….!

  • TweetAWine

    Retrouvez également les photos de cet évènement sur la page Facebook de TweetAWine:
    http://www.facebook.com/#!/album.php?aid=34913&id=120639357957030

    Ainsi que quelques dégustations sur http://www.tweetawine.com

    Encore merci à l’équipe iDealWine pour ce merveilleux moment

  • Eric GROUSSAT

    Super, pour tous les exposants, et les dégustations en salle à l’exception de celle des Pomerol ou sans s’excuser ni remplacé, un des grands n’a pas été présenté; donc pour 3 dégustations au lieu de 4 , ….. et pour 40euros alors que la dégustation précédente de champagne à 10 euros , grand siècle et rosé 1996 en magnum!!!!
    Sincèrement
    Eric GROUSSAT

  • Isabelle S

    Isabelle et moi avons, aussi, déploré l’absence de l’Evangile 2005.
    Ce que nous racontons avec humour dans notre blog.

    http://rivedroite.canalblog.com/archives/2010/12/16/index.html

    Daniel Sériot

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Bordeaux | Grands millésimes, splendeur et petits prix

Grands millésimes, splendeurs et petits prix… Redécouvrez Bordeaux et touchez à la diversité exceptionnelle des vins qu’iDealwine vous propose.

Le Vinocamp soutient les entrepreneurs du vin

Lors de la 3e édition de Vinocamp, le week-end des 21 et 22 septembre à Paris, et dont iDealwine était partenaire, plusieurs jeunes entrepreneurs du vin ont été mis en ...

Evénement : les grands liquoreux du monde en dégustation à Toulouse le samedi 25 avril 2009

Toulouse se distingue une fois de plus en matière de dégustation. Grand amateur et président du Club oenophile du Midi, ...