Vins de victoire, vins de défaite : lequel choisirez-vous ?

Pour célébrer la victoire ou se remettre d’une défaite, rien de tel qu’un bon verre de vin. Une façon aussi de se réconcilier avec l’adversité, voire avec l’adversaire.

Côté vainqueur, on peut faire dans l’esbroufe, le bling-bling à tout crin, l’ostentatoire un rien mégalo. On s’en fiche, on a gagné. Alors champagne ! De préférence grand cru et millésimé. Les grandes cuvées des Maisons ont la voie libre : Grande Année (Bollinger), Cristal (Roederer), Grande Dame (Veuve Clicquot), Dom Pérignon (Moët & Chandon), Winston Churchill (Pol Roger), Grand Siècle (Laurent Perrier)… Cela ne passera pas inaperçu et risque de vous coûter cher. Sinon optez pour des noms moins célèbres mais assis sur de bons terroirs, comme Drappier, Jacquesson, Veuve Devaux, Billecart-Salmon, Larmandier-Bernier, Gonet-Médeville, Francis Boulard, Moncuit, Diebolt-Vallois, Ayala, Lenoble, Franck Pascal, Didier Doué, Legras, Françoise Bedel… Avec cette litanie, vous avez de quoi fêter dignement la victoire et même prendre un peu d’avance sur les suivantes.

Les vins de la Sainte-Victoire, en Provence, sont évidemment un clin d’œil facile mais efficace. Dans le même registre d’idée, le Pomerol), si vous y croyez vraiment, ou Mouton-Rothschild 1945, dont l’étiquette dédiée à la Victoire fut dessinée par Philippe Jullian.

En cas de mise au tapis et avant le lever de rideau, il faut s’accorder le temps d’un petit remontant. Un vin rouge, aux tanins enveloppants, généreux saura redonner du cœur à l’ouvrage. Les vignobles du « haut » sont tout indiqués : Hauts du Tertre (second vin du Château du Tertre à Margaux), Haut-Bages-Libéral à Pauillac, les vins du Haut-Médoc, entre autres, et tous les vins d’altitude c’est-à-dire en coteaux : altenberg alsacien, minervois-la-livinière, bellet, côte-rôtie, hermitage, gigondas dans les Dentelles de Montmirail, côtes-du-roussillon, mondeuse des pentes savoyardes, et pourquoi pas un pinot noir de la montagne de Reims…

Selon votre sensibilité, il faudra surtout veiller à respecter vos engagements.

A Bordeaux, Médoc et Haut-Médoc si votre cœur bat pour la rive gauche, contre Pomerol et Bourgueil à droite toute ; pour le consensus, Anjou et Saumur s’étalent sur les deux rives.

Allez, pas d’état d’âme, sachez vous accommoder de toutes les situations et trouver prétexte à toutes les découvertes vineuses !

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

A lire également :
Que boire en famille ?
Quel vin pour un dîner de filles ?

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Recette de la semaine : tiramisu aux figues rôties et pain d’épices

On profite sans hésiter des dernières figues de la saison ! Cette recette pourra être accompagnée d’un muscat (italien, de préférence) ou d’un banyuls. Un vin blanc moelleux de la ...

La recette de la semaine : pain d’épices

Lorsque l’on déguste un vieux rivesaltes, des arômes de miel, d’épices douces, de cannelle viennent caresser délicieusement nos papilles… Que rêver de mieux, pour l’accompagner, que cette recette de pain ...

L’accord de saison

Du Roussillon, de Provence ou de la Vallée du Rhône, l’abricot revient de loin (les Chinois le dégustent depuis 4000 ...

Partage(s)