Le vin à Hong Kong vu par les « Wine Explorers »

Comme vous le savez peut-être,  est présent depuis maintenant 18 mois à Hong Kong, et cette étape de Wine Explorers est pour nous l’occasion de faire le point à travers des regards variés, sur l’évolution de ce marché capital. En effet, en 2008, avec la suppression des taxes à l’importation sur les vins, Hong Kong est devenu une véritable plaque tournante pour les échanges de grands crus. Marché lui-même au centre des marchés d’Asie, qui connaissent pour la plupart des croissances à deux chiffres, Hong-Kong est la fenêtre de l’Asie sur le monde viticole d’aujourd’hui.

Le marché y est cependant extrêmement complexe. Les addicts du luxe se mêlent aux sincères passionnés. Les salons se succèdent, tout comme les  modes. Les vins présents viennent, à l’image des habitants de l’ancienne colonie britannique, du monde entier. Ils se déclinent comme les niveaux de vie : des plus discrets aux plus exubérants, des plus essentiels aux plus raffinés. A l’image de la Chine elle-même, pays riche de ses différences par excellence, il est bien peu aisé de faire ressortir des vérités absolues. Quatre personnes de différentes nationalités ont donc livré à Jean-Baptiste Ancelot, l’un des « wine explorers », leurs impressions sur le rapport de la Chine et de Hong-Kong au vin : Guillaume Deglise (Directeur Général de Vinexpo), Yang Lu (Corporate Wine Director pour le groupe Shangri-La Hotel), Debra Meiburg MW (écrivain, conférencière et éducatrice dans le vin) et Eddison Leung(Responsable des Achats chez Watson’s Wine). Leurs récits croisés forment un tableau varié, parfois contradictoire, qui colle finalement assez bien au ressenti très optimiste et fasciné que nous éprouvons pour Hong-Kong chez iDealwine.

Tout d’abord, la question de la maturité du marché chinois est au centre des interrogations. Selon Yang Lu, le vin est toujours perçu comme un produit de luxe en Chine, et aujourd’hui, seule une infime partie des Chinois consomment du vin. Cela suffit cependant à faire de l’ancien Empire du Milieu le premier consommateur de vin rouge au monde… Pourtant, le marché n’est pas mature, tant en termes géographiques (Guillaume Deglise insiste sur les disparités entre grandes villes et périphéries), que d’éducation. Debra Meiburg souligne cependant le fait que ce luxe est devenu abordable, et que l’essor de la production locale aidera sans doute les consommateurs chinois à progresser dans leurs connaissances, 80% des vins consommés en Chine étant produits localement.

Cette question de l’éducation œnologique amène tout simplement à méditer sur la motivation première des acheteurs. Là encore, on obtient une mosaïque complexe, entre ceux qui consomment le vin pour signer leur réussite et leur richesse, et ceux qui achètent le vin pour le déguster en amateurs avertis. Judicieusement, Yang Lu rappelle d’ailleurs que la Chine suit la trajectoire classique des autres « nouveaux » marchés du vin. Les Etats-Unis ou le Japon ont en leur temps évolué de la même façon. Eddison Leung va même jusqu’à élargir ce constat à tous les produits de luxe vendus en Chine. La marque précède la passion. Il faut laisser le temps au temps. Et le temps, en Chine, passe sans doute plus vite qu’ailleurs…

Le rapport au terroir est également extrêmement intéressant. Si, pour Guillaume Deglise, il est au cœur de la production des grands vins, et doit être défendu par des appellations comme en Europe, Debra Meiburg la britannique insiste sur la place de l’homme dans l’élaboration des vins. Le terroir ne pourrait pas s’exprimer pleinement sans « une main bienveillante ». C’est finalement l’étymologie chinoise qui semble associer ces visions. En chinois, le terroir est appelé « Tian Di Ren ». 3 mots pour trois facteurs : le ciel, la terre, et l’homme. La sagesse de l’Orient commence sans doute ici à poser sa propre patte sur le vin…
Retrouvez toute l’interview sur le blog de Wine Explorers

Consultez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

 

A lire également dans le Blog iDealwine

Quand les domaines chinois achètent des domaines français !

Retour sur l’édition 2014 de Vinexpo Hong Kong

Thé et vin : du terroir au rituel, bientôt une exposition à Paris

Les vins de Bordeaux bientôt protégés en Chine ?

Chine : fin du contentieux sur les importations de vins européens

iDealwine à Shanghai : une Wine Experience en terre chinoise

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Recette de la semaine – Sauté de poulet chasseur

Les bourgognes rouges sont des vins qui s’associent facilement à des viandes délicates comme le veau ou la volaille. Par exemple à cette recette de poulet sauté, facile à réaliser ...

Michel Bettane et Kyriakos Kynigopoulos

Michel Bettane, Kyriakos Kynigopoulos : impressions croisées sur le millésime 2010 en Bourgogne

Grand par la qualité, petit par le volume, le millésime 2010 continue sur la lancée de l'excellent 2009, mais dans un tout autre registre. Explications et impressions de dégustation avec ...

2% seulement du vignoble français est possédé par des étrangers

L’étude 2015 de Vinea Transaction – réseau d’agences spécialisées dans les transactions de vignoble – révèle que seuls 2% du vignoble français appartint à des investisseurs étrangers. Un chiffre bien ...