Vers une pénurie des vins de 2012 en Bourgogne ?

Vers une pénurie des vins de 2012 en Bourgogne ?En Bourgogne, les vignerons ont été confrontés en 2012 à une météo bien peu clémente et, à l’heure des vendanges, le bilan est sans appel : la récolte est très faible. Mais, dans le même temps, la demande nationale et internationale, ne cesse d’augmenter. Une crise de l’offre se profile…

Hiver très froid, pluie, grêle, coups de chaleur : voilà le menu météo des vignerons bourguignons pour leur millésime 2012. Et en prime, oïdium, mildiou et grillure dans les vignes avec pour conséquence d’inévitables baisses des rendements, notamment en Côte de Beaune.

Les chiffres des vendanges 2012, sur le point de s’achever, ne font que confirmer ce que tous craignaient : ce sont entre 1,2 et 1,3 million d’hectolitres de vin de Bourgogne qui sont attendus contre 1,58 million en 2011. La moyenne de l’ensemble des appellations est donc en forte baisse, mais les chiffres sont encore plus alarmants en Côte de Beaune où la récolte est inférieure de 50 à 70% par rapport à la normale !

Moins de bouteilles du millésime 2012 donc, mais une demande qui ne cesse d’augmenter. Voilà qui devrait enflammer les prix, en vertu de la loi de l’offre et de la demande : la rareté engendre presqu’automatiquement une hausse des prix. En effet, ne serait-ce qu’en France, le chiffre d’affaires des vins de Bourgogne était en progression de 5,8% entre juin 2011 et juin 2012 pour 29,5 millions de bouteilles commercialisées. Mais les vins de Bourgogne rencontrent également un franc succès à l’étranger, notamment sur le marché asiatique, Hong Kong et le Japon en tête. Sur les sept premiers mois de 2012, le chiffre d’affaires des vins de Bourgogne à l’export a atteint 405,5 millions d’euros soit une hausse de 15%. De plus, la Bourgogne reste très forte sur ses marchés historiques à l’export, les Etats-Unis et le Royaume-Uni, où le nombre de commandes s’accentue également.

Ce succès, les vignerons le ressentent déjà dans leurs caves : les stocks des millésimes précédents sont très bas et ce n’est pas le millésime 2012 qui permettra de satisfaire toute la demande. Une offre faible, des prix en hausse, voilà qui peut faire craindre la disparition sur le marché français de bouteilles de certaines appellations en raison des prix dissuasifs pour le marché intérieur.

La pénurie des vins de Bourgogne en France est donc à craindre et la nouvelle fait même trembler les fanatiques du pinot noir et du chardonnay qui se consolent avec le superbe millésime et 2010 et se terrent dans leurs caves pour veiller sur ce qui ne manquera pas de devenir un véritable trésor…

A lire également dans le blog iDealwine :

Les vins de Bordeaux s’exportent toujours aussi bien

Michel Bettane, Kyriakos Kynigopoulos : impressions croisées sur le millésime 2010 en Bourgogne

50 domaines parmi les plus recherchés dans les ventes aux enchères

Millésime 2012 : une petite récolte en perspective

 

En savoir plus sur les vins de Bourgogne

Consulter les ventes de vins de Bourgogne sur iDealwine

Consulter le prix des vins

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Le Cognac : so bling bling !

Dépassé et démodé, le cognac ? C’est peut-être l’image qu’il donne parfois en France mais pas du tout hors de nos frontières, par exemple aux Etats-Unis où il est devenu ...

Tour Haut-Causssan Moulin

Château Tour Haut-Caussan, la distinction d’un cru bourgeois

C’est au cœur du Médoc sur la rive gauche de Bordeaux que quatre générations de vignerons ont bâti, et bâtissent ...

La parade du Grand Tasting, heure par heure

Pendant que les aquaphiles pataugeaient d'aise dans les allées du salon nautique de la porte de Versailles, de l'autre côté du fleuve, les accros aux crus goûtaient à d'autres joies ...