Un panorama de la demande internationale de grands crus dans les ventes aux enchères

World map with winesL’activité d’iDealwine dans les grandes ventes aux enchères qui se déroulent en France et en Europe permet de dresser, dans les grandes lignes, un état de la demande de grands crus. Sans surprise, les amateurs étrangers se taillent une part de choix dans la vente des signatures les plus réputées.

 

Les acheteurs étrangers réalisent une part croissante des transactions observées dans les ventes aux enchères sur les crus les plus chers. Ces acheteurs, pour une bonne part professionnels, sont établis en Europe (Belgique, Luxembourg, Espagne, Grande Bretagne) mais, de plus en plus aussi, en Asie (Hong Kong, Singapour, Corée et Japon). Quels vins privilégient-ils à l’achat ? Et les Français dans tout ça ?

Depuis 18 mois, les acheteurs de Hong Kong se passionnent pour les grands vins de Bourgogne. Ils ont contribué à faire flamber les prix des plus grands noms de la côte de Nuits, au tout premier plan la Romanée Conti, les domaines Jayer et Leroy. Et le soufflé ne semble pas prêt de retomber. Depuis le début de l’année 2013 les acheteurs n’ont pas baissé la garde et restent passionnés par les grands pinots noirs de Bourgogne. Une part significative des vins du Domaine de la Romanée Conti proposés à la vente prend ainsi le chemin de la Chine, via Hongkong. Le trio que forment d’ailleurs les domaines de la Romanée Conti, Roumier et Rousseau sur le continent asiatique demeure indétrônable. Certes, des noms comme ceux de Jayer et Leroy sont toujours plébiscités, mais les flacons se raréfient dans les ventes. Du coup, ces acheteurs élargissent leurs achats à d’autres signatures, toujours en côte de Nuits, le Clos de Tart, les vins des domaines Mugnier, Dujac, ou Arnoux par exemple. Les vins blancs sont pour l’instant moins recherchés en Chine, c’est plutôt du côté du Japon qu’ils sont recherchés, et ce de longue date. Et là, les grands domaines, Leflaive et Coche-Dury en tête y sont rois.

Plus près de chez nous, en Europe, on a affaire à une clientèle très avertie. Et complètement éclectique. Par exemple, parmi les acheteurs belges ou luxembourgeois la gamme de vins recherchés est vaste, elle couvre historiquement les grands noms de Bordeaux et de Bourgogne. Les champagnes millésimés ont aussi la faveur de ces acheteurs du Nord de l’Europe. Si on regarde du côté de l’Italie, on constate que les clients penchent actuellement pour les grands vins de la vallée du Rhône, ceux de Châteauneuf du Pape notamment. La Grande-Bretagne est plus difficile à cerner : véritable plaque tournante des grands crus, Londres ne sert souvent que d’étape intermédiaire avant que les vins rejoignent des continents plus lointains. D’ailleurs, iDealwine ne couvre pas (sur le plan logistique) le marché américain, il n’est donc pas possible de cerner précisément l’état de la demande sur ce continent, même s’il est évident qu’une part significative des vins qui transitent par Londres est destinée à la clientèle américaine.

Et les amateurs français dans tout ça ? Leurs choix sont beaucoup plus éclectiques, et parfois même vraiment pointus. Par exemple, ils n’hésitent pas à faire grimper la cote de flacons issus de domaines aujourd’hui disparus, à la suite d’une vente ou à la faveur d’une transmission à la génération suivante. Le flacon de côte-rôtie Côte Brune 1989 du domaine Gentaz-Dervieux (devenu depuis le Domaine Rostaing), a ainsi atteint le prix de 334€. Leur intérêt couvre un spectre élargi de domaines et d’appellations. Ils n’hésitent pas à placer de belles enchères sur les belles signatures de la vallée du Rhône, moins prisées actuellement à l’étranger (Chave à Châteauneuf, par exemple) ainsi que les grands domaines du sud de la France (Domaine de Trévallon, Grange des Pères). Ils s’arrachent, parfois à prix d’or, les vieux flacons de Cognac ou d’Armagnac. Dernière caractéristique, et non des moindres : ils n’hésitent pas à franchir les frontières pour aller compléter leur collection de belles bouteilles avec les grands noms d’Espagne (Vega Sicilia), d’Italie (Sassicaia, Ornellaia), des Etats-Unis (Screaming Eagle, Opus One) ou d’Australie (Penfold’s Grange). A des niveaux de prix désormais comparables à celui du vin dans son pays d’origine, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années.

Demandez une estimation pour vendre votre cave

Consultez les ventes de vin

 

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

La Chine devient le deuxième plus grand vignoble au monde

Lundi 27 avril Jean-Marie Aurand, directeur général de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin), a présenté au ...

notes primeurs 2eme partie

Palmarès des Bordeaux 2012 en primeur : les meilleures notes des grands dégustateurs – 2ème partie

Après l’analyse des notes des dégustateurs français, publiée hier, passons aux anglos-saxons, avec le verdict de Robert Parker, du Decanter et du Wine Spectator sur les vins bordelais du millésime ...

jancis_robinson

Jancis Robinson : dix ans plus tard, que valent les Bordeaux 2004 ?

« On s’était dit rendez-vous dans dix ans, même jour, même heure ! » Jancis Robinson, la célèbre critique de vin et consultante de la cave de la Reine Elizabeth ...