Thé et vin : du terroir au rituel, bientôt une exposition à Paris

Teapot with bouquet of various herbs and splash isolatedLe thé et le vin. Dans l’imaginaire collectif de notre société occidentale, ces deux boissons semblent opposées. Pourtant, de leur élaboration à la dégustation, elles ont bien des points communs.  L’exposition « thé et vin » se tient actuellement dans la maison des Arts Yishu, l’ancienne université franco-chinoise de Pékin, et sera visible aux Galeries Lafayette à Paris à partir du 3 décembre.

Thé et le vin, deux boissons tout à la fois millénaires et emblématiques d’un art de vivre. Elles sont également indissociables de la religion et du culte : le vin a une place primordiale dans le christianisme, tandis que le thé occupe un rang de choix dans le bouddhisme.

La notion de terroirs est omniprésente dans le thé avec des jardins des thés. Il existe même des routes de thé, comme nous avons nos routes du vin. Puis, la dégustation se poursuit de la même façon : saveurs de fruits et légumes, aspects tanniques, longueur en bouche… tout est décrypté dans le vin, comme dans le thé.

Si pour les grands vins les cuvées exceptionnelles s’arrachent aux enchères (ce n’est pas vous qui direz pas le contraire, fidèles iDealwinners 😉 ), il en va de même pour les prix des grands crus « pu’er » de thé en Chine.

Autre point commun : l’importance du contenant, qui met en valeur la robe du produit.  Le thé doit être dégusté dans un bol spécial, en céramique, tandis que le vin doit être bu dans un verre en verre ou en cristal. Céramique, verre et cristal ne peuvent être obtenu qu’avec une maîtrise du feu.

L’analogie entre thé et vin n’est pas récente, puisqu’un manuscrit découvert au début du XXème siècle dans les grottes de Dunhuang, étape de la Route de la Soie, et écrit par Wanf Fu, il y a plus de mille ans, imagine une conversation entre les deux boissons. Dans ce texte plein d’humour, thé et vin se querellent : le vin, étant synonyme d’ivresse, y compris l’ivresse poétique, tandis que le thé est symbole de sérénité, et donc soutenu par le bouddhisme.

Ajoutons que Lam Kok, acquéreur du Château La Rivière à Fronsac en décembre 2013, et brutalement décédé le jour même de la remise des clés du domaine, avait développé en Chine la culture des thés de Pu’er dans le Yunnan. L’alliance entre le thé et le vin devait trouver son prolongement dans l’acquisition de ce château, et le développement d’une activité oenotouristique complémentaire à la production de vin.

A quand la vente de thé sur iDealwine ? Pour l’instant, nous, restons-en au vin ;-).

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

Recherchez un accord met et vins

Nos conseils pour bien associer un plat et un vin

Consultez toutes nos recettes

A lire également sur le blog iDealwine :

Drame à Fronsac lors de la cession du Château La Rivière

Quels accords avec la cuisine asiatique ?

Les accords mets et vins à la mode cantonaise

La semaine cantonaise : jeudi, c’est porc qui pique

La semaine cantonaise : mercredi, c’est poulet (pas rôti)

Quels accords mets et vins avec la cuisine de Shanghai ?

 

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Gérer sa cave, créer des alertes, système de paiement : le site iDealwine évolue !

Au cours de la semaine, vous l’avez peut être constaté en vous rendant sur notre site, certaines fonctionnalités ont été modifiées afin de faciliter votre navigation, vos paiements et la ...

Bordeaux : abondant et savoureux, le millésime 1996

Aujourd’hui à parfaite maturité, 1996 a bénéficié d’excellentes conditions climatiques et figure indéniablement parmi les très grands millésimes de la ...

Château Montrose : Robert Parker octroie 100/100 au millésime 2010

Après les grandes réussites de 1990 et 2009 à Montrose, c’est aujourd’hui le millésime 2010 qui se voit décerner la note maximale par Robert Parker, à l’issue d’une nouvelle dégustation.