Tendances aux enchères : régions et domaines à suivre en 2017

Le marché des enchères de vin suit une courbe d’évolution lente, même si d’année en année et la mondialisation aidant, l’intérêt des amateurs évolue, contribuant à faire bouger les lignes. Zoom sur les dernières évolutions enregistrées depuis le début de l’exercice.

Tout comme le vin qui se bonifie doucement dans le temps, l’évolution du marché des enchères de grands crus s’appréhende sur le long terme. Ce qui n’empêche pas de voir émerger, au fil des mois, des tendances nouvelles. L’envolée des prix de certains vins du Jura ainsi que la reprise constatée sur les prix des vins du Rhône en sont l’illustration. Parallèlement, dans toutes les régions, une poignée de domaines stars tirent vers le haut la renommée de leur appellation.

Le Rhône, un ensemble d’AOC de plus en plus recherchées :

Les indices iDealwine.net/belles-encheres-guigal-jamet-gangloff-rostaing-font-honneur-a-cote-rotie/ »>Même les appellations dont les cours sont déjà relativement élevés, comme Côte-Rôtie, poursuivent leur progression. Parmi les plus fortes hausses de cours, on retrouve les La-La-La de Guigal (La Turque, La Mouline et La Landonne), les côte-rôtie de Jamet et de Gangloff, les cornas d’Auguste Clape, les hermitages de Jean-Louis Chave ainsi que les vins de château-grillet.

Les domaines les plus pointus du Jura voient leurs prix s’envoler

Autre tendance de fond, et qui s’amplifie de mois en mois : un petit nombre de domaines jurassiens de haut vol enflamme les enchères sur iDealwine. En effet, les vins d’Overnoy, Perron, Ganevat et Jean Macle enchaînent des performances record mois après mois, depuis le troisième trimestre de 2016. Au départ, le phénomène était restreint et circonscrit essentiellement à une clientèle pointue et avertie, composée de grands amateurs, mais aussi de quelques professionnels (français avant tout et européens, mais aussi japonais, russes et américains) ; mais depuis peu, la demande s’est élargie jusqu’aux rives de l’Asie, avec de nouveaux acquéreurs en provenance de Singapour et Hong-Kong. L’envolée des prix s’est donc confirmée. Aujourd’hui, les cours de ces vins atteignent des sommets – régulièrement au-dessus des 200€ – : 300€ pour un château-chalon 1985 du domaine Perron, 264€ pour l’arbois Pupillin savagnin 1999 du domaine Overnoy (+75%), ou 258€ pour Les Vignes de mon Père 2006 du domaine Ganevat. Une reconnaissance mondiale pour ces vins si particuliers, au caractère affirmé et au potentiel de garde souvent immense.

Dans les autres régions, une poignée de domaines stars polarise les plus  belles enchères

Les autres régions du vignoble sont dans l’ensemble moins dynamiques actuellement, même si tous Les indices iDealwine 100 a crû de 7,08% en 2016. Il existe tout de même de très fortes progressions dans chaque vignoble, centrées sur quelques domaines internationalement reconnus.

En Bourgogne, la situation est contrastée : si les prix semblent s’être stabilisés au plus haut niveau pour l’ensemble des domaines, certains noms – les plus prestigieux – voient leurs prix continuer de s’apprécier. Même les grands crus du domaine de La Romanée-Conti – dont les cours sont déjà au sommet -, continuent de croître, avec des progressions qui peuvent atteindre les 30%. Par exemple, en janvier, une bouteille de romanée-conti 1997 du DRC a été adjugée 9 960€, en hausse de 39% par rapport à sa cote. Sans surprise, les autres domaines stars, dont les prix augmentent le plus en 2017, sont les suivants : Georges Roumier (+45% pour un musigny GC 1991 – adjugé 3720€ le 10/05) ; Auvenay (+150% pour un bonnes-mares 2000 – adjugé 1980€ le 10/05) ; Leroy (+158% pour un richebourg 2000 – adjugé 1920€ le 10/05) ; Coche-Dury (+64% pour un meursault Les Perrières 2008 – adjugé 1188€ le 15/03) ; Comte LigerBelair (+81% pour la-romanée 1982 – adjugé 960€ le 26/04) ; Ramonet (+60% pour un montrachet 2012 – adjugé 1200€ le 22/02).

La situation est relativement stable à Bordeaux également. Pour autant, certaines progressions méritent d’être relevées car elles atteignent 5 à 30% sur un certain nombre de crus classés. Il s’agit de certains 1er crus tels que Mouton Rothschild, des crus classés A de Saint-Emilion, de Petrus, bien sûr – valeur sûre ultime – et de certains autres crus de forte notoriété à l’instar de Lynch-Bages, Calon Ségur, Léoville Las Cases, Pontet Canet ou Branaire Ducru dans le Médoc, Troplong Mondot, Tertre Roteboeuf à Saint-Emilion, et de perles rares de Pomerol telles que Le Pin ou Lafleur.

Dans la Loire, ce sont évidemment les vins du Clos Rougeard qui focalisent l’attention des enchérisseurs. En effet, les différentes cuvées de ce domaine iconique ne cessent d’enregistrer des nouveaux records de prix. En début d’année, l’annonce par La Revue du vin de France de la cession probable de ce domaine à Martin Bouygues a probablement joué un rôle non négligeable dans la poursuite de la hausse des cours de ces vins. Lors de notre vente aux enchères on-line du 12 avril, le Saumur-Champigny Le Bourg 1989 a même atteint la somme de 924€ ! Les cours des vins du domaine Dagueneau sont également au plus haut de leur forme, tout particulièrement les cuvées de pouilly-fumé Pur Sang et Silex, dont les prix ne cessent de grimper (le pouilly-fumé Pur Sang 2002 a ainsi été adjugé 210€ le 26 avril). Dans une moindre mesure, les anjous de Richard Leroy et les sancerres d’Edmond Vatan – ainsi que ceux, dans une moindre mesure, de François Cotat – figurent également au palmarès des belles progressions depuis le début de l’année.

En Champagne, les domaines dont les prix s’envolent régulièrement aux enchères sont plus nombreux. Citons les maisons Krug, Salon et Dom Pérignon (vieux millésimes). Par exemple, la cuvée Clos du Mesnil 1996 de Krug a été adjugée 1080€ au mois de mai, tandis que la cuvée « S » 1990 de Salon est partie pour la somme de 732€ en mai également et même 3480€ sur le millésime 1959 (29/03/2017). Mais l’on retrouve aussi régulièrement parmi les plus fortes progressions de cours les cuvées prestiges des autres grandes maisons : la cuvée Bollinger Vieilles Vignes Françaises (1200€ pour le millésime 1988 le 12/04/2017), la cuvée Comtes de Champagne de Taittinger (564€ pour le 1983 le 12/04/2017). Comme dans les autres régions, les millésimes rares et anciens enregistrent de belles performances, comme ce fut le cas pour un Clos des Goisses 1947 de Philipponnat, vendu 1560€ ou un Veuve Clicquot 1964, adjugé 336€.

Dans le Sud de la France, les domaines de La Grange des Pères, Peyre Rose et Gauby, en vogue depuis déjà plusieurs années, voient leurs cours s’apprécier doucement. C’est également le cas, en Provence, des cuvées spéciales du domaine Tempier, Cabassaou ou la Migoua. Plus pointues encore, des régions comme l’Alsace, le Beaujolais, Cahors ou encore la Savoie voient les cours de certains domaines s’apprécier dans les ventes aux enchères, signe que plus aucune région n’est à l’écart de l’intérêt que les amateurs du monde entier portent à nos vins. A suivre dans le temps… Nous aurons l’occasion de vous en reparler !

Enfin, les vins de l’étranger reviennent de plus en plus régulièrement dans le classement des belles enchères. On y retrouve souvent des noms bien connus des grands amateurs internationaux, à savoir Screaming Eagle et Opus One (Napa Valley), Sassicaia de la Tenuta San Guido (Bolgheri), Angelo Gaja (Barbaresco) et Penfold et Roennfeldt Road (Greenock Creek Vineyard And Cellars, Barossa Valley). Sans oublier les superbes rieslings allemands et autrichiens, signés Egon Muller, Jos. Jo Prüm ou encore Kracher.

Consultez toutes les ventes de vin sur iDealwine

Retrouvez les rapports d’enchères des dernières ventes

Recherchez le prix d’un vin

Demandez une estimation de vos vins en vue de la vente de votre cave

Comment vendre son vin avec iDealwine ?

A lire également dans le Blog iDealwine :

Henri Jayer, Mouton Rothschild, Côte-Rôtie et Sancerre au top des dernières enchères

Belles enchères (2) : l’Asie se passionne pour les vins du domaine Leroy

Belles enchères : Petrus en miniature, Bordeaux 2005 et vieux millésimes à l’honneur

Indices vins d’iDealwine : le Rhône et la Bourgogne portent la performance des indices iDealwine

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Les 10 questions que vous vous posez sur les vins rosés

Le vin rosé suscite une de nombreuses interrogations chez les amateurs de vin et tout particulièrement les non-initiés. Nous répondons ici aux questions les plus fréquentes.

Champagne Selosse

Belles enchères : flambée de cours sur Rousseau, Verset, Château-Grillet, Clos Rougeard et Selosse

Les dernières enchères qui se sont achevées on-line sur iDealwine le 25 novembre ont été marquées par une présence renforcée des acheteurs étrangers. Ceux-ci, issus de plus de 30 pays, ...

Dégustation Hong-Kong

Premier Masterclass iDealwine à Hong Kong

L’occasion de notre présence au premier salon de ProWine Hong Kong nous a conduit à organiser une série de dîners ...