Santé : le régime méditerranéen réduirait de 30% les risques de maladies cardio-vasculaires

Olive oil,vinegar, oregano and tomato.L’étude la plus vaste publiée à ce jour aux Etats-Unis, parue dans le New England Journal of Medicine, prouve qu’un régime dit « méditerranéen », et donc riche en huile d’olive, noix, poisson, fruits, légumes et… vin rouge, réduirait de 30% les risques de développer une maladie cardio-vasculaire. Cette recherche a été effectuée en Espagne sur 4 479 personnes au total – hommes et femmes âgés de 55 à 80 ans – sur une durée d’environ cinq ans.

L’étude, dirigée par le docteur Ramon Estruch, professeur de médecine à l’Université de Barcelone, indique : « Nous avons constaté qu’un régime alimentaire méditerranéen sans restriction quantitative, complété avec des cuillerées d’huile d’olive ou avec des noix, amandes et noisettes, réduisait substantiellement le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral graves chez des personnes qui risquent davantage de développer des maladies cardio-vasculaires ».

Cette étude a été menée de la façon suivante : trois groupes ont été formés parmi les participants, dont un servant de témoin. Le premier groupe a suivi un régime méditerranéen traditionnel incluant, en plus la consommation quotidienne d’au moins quatre cuillerées à soupe d’huile d’olive par jour. Le deuxième groupe a également suivi le régime méditerranéen, mais avec, à la place de l’huile d’olive, une consommation quotidienne d’un assortiment d’environ 30 grammes de noix, amandes et noisettes. Le groupe témoin, lui, n’était soumis à aucun régime. Les deux premiers groupes devaient, dans le cadre du régime méditerranéen, consommer trois portions de fruits et deux de légumes chaque jour. Ils devaient également manger du poisson trois fois par semaine, éviter au maximum la viande rouge et préférer la viande blanche, notamment les volailles. Les produits à éviter au maximum étant les pâtisseries ainsi que les biscuits industriels, les produits laitiers et la charcuterie. Enfin, le régime incluait la consommation minimum de sept verres de vin par semaine avec leur repas. Grâce à des tests urinaires, les chercheurs étaient en mesure de vérifier que les participants suivaient leur régime sérieusement.

Pour les auteurs de l’étude, cette dernière permettrait de comparer significativement les effets de cette alimentation à base d’huile d’olive, fruits, légumes, poissons, vin, etc. à ceux d’un régime dit « occidental » notamment constitué de viande rouge, aliments industriels et sodas.

Une preuve de plus que le vin, consommé avec raison, ne nous veut que du bien !

A lire également dans le Blog iDealwine :

Consultez les ventes de vin
Recherchez le prix d’un vin

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Beaujolais

Oenotourisme : sur la route des vins du Beaujolais

C’est une petite incursion dans les terres du Beaujolais que notre partenaire Wine Chic Travel, spécialiste des voyages au cœur des vignobles. Le Beaujolais n’est pas nouveau ! L’implantation de ...

mal de tete vin santé composantes

Pourquoi dit-on que le vin donne mal à la tête ?

Certains s’en plaignent, d’autres n’ont jamais été touchés… Parmi les reproches dont on accable parfois le vin, celui de provoquer des maux de tête revient souvent. Qu’en est-il vraiment ? ...

La bonne date : 1701, Saint-Vincent de Collioure

Cap au sud, la grande bleue, la tramontane et le vignoble du Roussillon. Chaque été au mois d'août, la ville de Collioure commémore le retour de Rome des reliques de ...

Partage(s)