Revue des enchères de juillet : Rousseau, Mouton Rothschild, Cristal, Selosse, Dagueneau et Bonneau

Encheres-Mouton-RothschildEn cette période estivale certaines icônes voient leurs cours plafonner, d’autres – bourguignonnes notamment – poursuivent leur parcours enfiévré dans les ventes aux enchères. Tour de France des vins stars de la cote.

Décidément, la Bourgogne continue à concentrer tous les appétits dans les ventes aux enchères. Au cours des trois ventes qui se sont succédé sur la plateforme d’iDealwine ses vins n’ont connu aucun répit. Le grand cru La Tâche est introuvable à moins de 3000€ (3040€ pour le 2001, +30%), le chambolle Les Amoureuses de Roumier s’approche des 3000€ (2675€ pour le 2009, +37%). Aucun répit non plus pour les vins du domaine Armand Rousseau, qu’il s’agisse du Chambertin (1996 : 2067€, +85%, 2001 : 1702€, +53%, 2002 : 1946€, +34%) ou du chambertin Clos de Bèze (1996 : 1824€, +99%, 2002 : 1520€, +41%). Au sein de la Côte de Beaune c’est le volnay du Marquis d’Angerville qui se distingue : son fameux Clos des Ducs 2002 atteint désormais 268€ (+51%). A noter, la belle progression des cours du domaine Mongeard-Mugneret (grands-échézeaux 2009 : 207€, +14%, 2010 : 217€, +27%).

A Bordeaux, si les vins de Château Mouton Rothschild, très présents, se vendent à des niveaux de cours stables (ou parfois en légère hausse dans des millésimes matures tels que 1983 – 351€, +23% -), l’intérêt demeure soutenu pour les vins de Lafite. On parle du grand vin, mais aussi ses incontournables Carruades. La rive droite, et tout particulièrement Pomerol, continue à attirer les amateurs (Le Pin 2000 : 3405€, +10%, Petrus 1988 : 1763€, +14%, Clinet 1990 : 249€, +8%). Saint-Emilion demeure également attractif (Ausone 1998 : 608€, +20%, Angélus 1989 : 363€, +6%, Pavie 1986 : 139€, +9%).

Dans la vallée du Rhône, les enchères iDealwine permettent encore de mettre la main sur les flacons du domaine Henri Bonneau, voués à devenir de plus en plus rares depuis la disparition de ce vigneron emblématique de Châteauneuf du Pape. Pas moins de cinq millésimes de la cuvée Réserve des Célestins étaient offerts à la vente en juillet, avec, à la clé, de beaux résultats (608€ pour le millésime 1977, 541€ en 2007, +11%, 511€ en 2010, +14%…). Tous les clignotants restent au vert également pour le Château Rayas, dans la même appellation, même si les cours s’assagissent provisoirement. Le 2005 reste le plus cher du mois, vendu 559€ (+9%) à un amateur de Hong Kong.

Champagne : Cristal, Ruinart, Selosse

Les résultats sont plus contrastés en Champagne, notamment sur la cuvée Cristal de Roederer. Si les millésimes anciens semblent avoir atteint un plafond (les prix des 1683, 1985 ou 1988 sont demeurés stables en juillet), le 2002 continue à progresser (243€, +11%). Chez Ruinart, les niveaux de cours atteints par les millésimes matures tels que 1978 (304€, +50%) ou 1986 (365€) permettent d’augurer de belles perspectives pour les cuvées plus récentes. Quant à la maison Selosse, elle voit la cote de ses cuvées millésimées progresser (Extra-Brut blanc de blancs 1999 : 547€, +14%), de même que son rosé (231€, +22%), en revanche les « Lieux-dits » stagnent, à un niveau de cours qui demeure toutefois élevé (243€ pour La Côte Faron).

Une rareté signée Dagueneau

Dagueneau-Le-MauditEn vallée de la Loire, une petite rareté signée Didier Dagueneau aurait pu passer inaperçue si un amateur de Hong Kong ne s’y était intéressé : il s’agissait d’un flacon de la cuvée Le Maudit 1990, un liquoreux produit en minuscules quantités par le vigneron emblématique de Pouilly-Fumé, à qui l’agrément avait à l’époque été refusé. Ce simple « vin de table » destiné à être offert aux visiteurs et amis de passage avait alors été baptisé « Le Maudit ». Lors de la vente du 25 juillet un flacon de 50 cl été adjugé pour la somme de 342€. Si l’on reste parmi les signatures emblématiques de la Loire, on notera que la fièvre semble s’apaiser autour des vins du Clos Rougeard, même si la cuvée Le Bourg reste âprement disputée dans les millésimes matures tels que 1995 (535€, +24%) ou 1996 (644€, +47%). A noter, le beau résultat atteint par le chinon Les Varennes du Grand Clos 1995 de Charles Joguet, une cuvée Franc de Pied qui a atteint 176€ (+51%).

Dans les autres régions, quelques points à retenir :

  • 243€ pour un magnum de la cuvée spéciale 1982 du domaine Tempier, à Bandol (+25%)
  • La bonne tenue des arbois du domaine Overnoy (328€ pour un poulsard 2009)
  • La stabilisation des vins du domaine de la Grange des Pères, en Languedoc. D’autres signatures prennent la relève, à l’instar de Mas Daumas Gassac, Mas Jullien, La Peira ou Clos Marie.

Heitz-Cellar-Martha-s-vineyardEt enfin, parmi les vins étrangers, une star américaine se distingue : plus collector et rare que jamais, un millésime ancien (1974) de la cuvée Martha’s Vineyard de Heitz Cellar, dans la Napa Valley, s’est envolé jusqu’à 1520€ au profit d’un collectionneur suisse.

Consulter les derniers rapports des ventes aux enchères

Demander une estimation pour vendre votre cave
En savoir plus sur la revente de vin via iDealwine

Consultez toutes les ventes de vin sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le Blog iDealwine :

Enchères de juin : Liger-Belair et le domaine des Miroirs (Jura) sous les projecteurs

Margaux 2015, Rousseau ou Charles Joguet : que faut-il vendre en ce moment sur iDealwine ?

Revue des enchères d’avril : un marché orienté à la hausse sur les signatures rares

Belle enchère : 36 723€ pour une caisse assortie 2010 du domaine de la Romanée-Conti

Enchères record pour le chambolle-musigny Les Amoureuses 1978 du domaine Roumier

17 146€ pour une bouteille de romanée-conti 2000, nouveau record des enchères iDealwine

Grands crus de Bourgogne : l’envolée des cours se poursuit

Nos 5 conseils pour « investir » dans le vin

 

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Enchères Château Rayas

Enchères : stars du vignoble, le Rhône à l’honneur

Aucun répit ce mois-ci pour les chasseurs de trésors. Aux côté des incontournables de Bordeaux, de Bourgogne, ou de Champagne, ...

Enchère record à 8854€ pour un Petrus 1951

Une bouteille de Petrus 1951 a été adjugée 8854€ lors de la vente on-line qui se déroulait sur iDealwine. Un prix record pour ce flacon aujourd’hui rarissime.

Vinexpo 2013 : une dimension internationale décuplée

Nous y sommes presque ! Le rendez-vous incontournable des professionnels du vin aura lieu du 16 au 20 juin, au Parc des expositions de Bordeaux. Vinexpo, salon leader mondial dans ...