Revue d’enchères de novembre | Honneur à l’Alsace : Trimbach, Zind-Humbrecht, Ostertag, Deiss…

Les vins d’Alsace ne représentent qu’une part infime – moins de 1% – des vins adjugés aux enchères Et pourtant, c’est la fine fleur de ce que produisent les grands terroirs alsaciens que l’on retrouve dans les ventes, à des niveaux de prix qui ne reflètent pas encore l’extraordinaire qualité des terroirs composant ce vignoble, d’une part, et d’autre part au regard du travail mené pour les produire par de grandes, de très grandes figures du monde viticole, nombre d’entre elles ayant adopté les méthodes culturales de la biodynamie. Les adjudications de ces dernières semaines nous ont fourni l’occasion de voyager au cœur de cette mosaïque de terroirs.

 

Le Clos Sainte-Hune, emblème des grands crus alsaciens

Au sommet de la cote, le riesling Clos Sainte-Hune de la maison Trimbach s’impose. Cette cuvée livre une démonstration inattaquable de la droiture, la minéralité cristalline qu’incarne ce cépage cultivé au cœur du grand cru Rosacker, terroir calcaire situé à Hunawihr, un clos de 1,67 ha appartenant à la famille Trimbach depuis plus de 200 ans. La renommée de ce cru historique est avérée. Aux enchères, si l’ensemble des millésimes s’inscrit en hausse ces dernières semaines, le 1990, récemment adjugé 553€ (+25%), se détache. Les amateurs saluent son aptitude à franchir les années en gagnant en complexité, en témoignent les prix respectifs de 209€ atteints pour le 2001 et de 172€ pour le 2003 (+22%). Notons ces derniers temps, un effet de rattrapage sur des années plus anciennes encore, telles le 1979, adjugé 196€ (+141%).

Autre icône du vignoble alsacien : le grand cru Rangen de Thann Clos Saint-Urbain, un terroir volcanique situé quant à lui au sud de la région, et sur lequel Olivier Humbrecht, propriétaire du domaine cultive les grands cépages alsaciens, pinot gris et riesling principalement, complétés par du gewurztraminer. Dans les millésimes 2002 et 2010 le riesling a été adjugé au même prix de 117€, un résultat en augmentation de plus de 50% sur les précédentes cotations. Le grand cru Brand est quant à lui situé plus au nord, sur la commune de Turckheim, berceau d’implantation de la cave du domaine Zind-Humbrecht. Sur ce terroir granitique aux composantes hétérogènes selon les lieux-dits, dont il exploite 2,4 ha en sélectionnant rigoureusement les raisins destinés à le produire, le domaine tire plusieurs expressions lorsque le millésime le permet. Celles-ci peuvent aller de la cuvée Vieilles vignes – le 2010 récemment adjugé à atteint 108€ (+26%) – à la rare Sélection de Grains Nobles, en passant par la cuvée Vendanges Tardives (1989 : 111€, +31%).

 

Des prix encore doux

La variété des crus, la complexité des noms, les niveaux de sucrosité variables des vins – avec, à la clé, parfois des surprises à l’ouverture – sont autant de facteurs qui contribuent à rendre l’approche du vignoble alsacien complexe, passionnante… et parfois ardue pour les amateurs. Les vins extraordinaires auxquels ils donnent naissance – et c’est une sincère afficionado qui vous l’écrit – sont parfois injustement reconnus. A la clé, des prix encore étonnamment doux. Prenez le grand cru Muenchberg, par exemple, situé au nord du vignoble, dans le Bas-Rhin. Il est notamment exploité par André Ostertag, brillant vinificateur, qui a récemment transmis le relais à son fils. L’aromatique puissante et la superbe complexité que les vins tirent de ce terroir volcanique séduisent, et les prix s’inscrivent à la hausse, certes, mais dans des proportions encore raisonnables (72€ pour l’exceptionnel 2009, +26%). Plus au sud dans le haut-Rhin, à proximité de Turckheim également, sur le terroir granitique du Schlossberg, le domaine Weinbach décline plusieurs cuvées, dont « l’Inédit », issu de vignes âgées d’au moins 60 ans. Ce riesling réalisant un merveilleux équilibre entre richesse et finesse a été adjugé 68€ (+11%).

 

L’inclassable domaine Marcel Deiss

Que dire enfin des somptueux flacons issus du domaine Marcel Deiss, implanté à Bergheim ? Jean-Michel Deiss, et désormais son fils Matthieu défendent becs et ongles leur choix de la complantation de cépages, destinée à laisser toute sa place à l’expression du terroir, selon les conditions propres à chaque millésime. Les ventes aux enchères permettent d’exhumer des flacons collectors, portant encore pour certains une mention du cépage. Le grand cru Schoenenbourg, étiqueté en riesling, et offert aux enchères dans sa version SGN, a ainsi pris le chemin d’une cave anglaise, le bienheureux enchérisseur l’ayant remporté pour la somme de 117€. Les prix atteints par les grands crus Altenberg de Bergheim – cuvée phare du domaine – ou Mambourg (adjugés entre 55 et 65€) constituent aujourd’hui d’excellentes opportunités d’accueillir au cœur d’une belle cave d’amateur de grands vins de méditation.

 

Consultez le rapport d’enchères de vin sur les dernières ventes

Voir les ventes de vin d’Alsace sur iDealwine

Vous souhaitez vendre votre cave ? Découvrez comment se déroule la revente de vin via iDealwine

Vous vous interrogez sur la valeur de certaines bouteilles ? Vous souhaitez des conseils pour revendre au bon moment ? Demandez une estimation de vos vins

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Foire aux vins iDealwine (à partir du 8 septembre) : une large sélection de grands vins et de millésimes à maturité

Le mois de septembre commence avec les célèbres foires aux vins, grand rendez-vous des amateurs à la recherche de bonnes affaires. iDealwine affirme sa spécificité lors de cet événement avec ...

Glenelly : un domaine à suivre en Afrique du Sud

Le domaine Glenelly, à Stellenbosch en Afrique du Sud est un vignoble réputé, fondé au XVIIe siècle. Il constitue aujourd’hui l’une des belles références du pays, un domaine à suivre.

Covid-19 | Une vente de vins exceptionnelle au profit des soignants : à vos marques, prêts… Partez !

Jusqu'au 7 mai prochain une vente exceptionnelle de vins se déroule au profit du collectif #ProtegeTonSoignant. Un délicieux prétexte pour faire un joli geste à l’égard du monde hospitalier.

Partage(s)