Recettes de confinement de l’équipe (6) | « Ndunderi » au gorgonzola et noix chez Grace

Gnudi

Comme un peu tout le monde en ce moment, je rêve de partir en vacances. La cuisine permet de voyager en quelque sorte, et cette semaine j’avais envie de partir en Italie…  

Très difficile à prononcer, les « ndunderi » sont un type de pâtes très ancienne typique de la côte Amalfitaine, dans la province de Salerno plus particulièrement. Ils ressemblent à des gnocchis, la seule différence c’est qu’on remplace la pomme de terre par de la ricotta. Ils sont donc plus légers que les gnocchis traditionnels, parfaits pour l’été qui arrive.

Pour les ndunderi, il vous faudra :

  • un pot de ricotta
  • 2 jaunes d’œufs
  • 50g de pecorino (ou parmesan)
  • 100g de farine blanche
  • De la muscade, du sel et du poivre pour assaisonner

Bien mélanger tous les ingrédients dans un bol afin de créer une pâte. Formez des cylindres de 3cm de diamètre de pâte et découpez en petits morceaux d’environ 3cm. Mettez-les sur un plateau fariné et réservez au réfrigérateur si vous ne comptez pas les faire cuire directement.

Gnudi 2

Faites cuire les ndùnderis dans un grand volume d’eau bouillante salée. Dès qu’ils remontent à la surface (au bout de 3 minutes environ), sortez-les à l’aide d’une écumoire.

Traditionnellement, les ndunderi vont très bien avec une sauce classique à la tomate, au citron ou encore du beurre à la sauge… Puisque j’avais envie de quelque chose de très gourmand j’ai décidé de les servir avec une sauce au gorgonzola et noix.

Pour cela, faites revenir un oignon finement haché avec du thym. Quand les oignons deviennent bien transparents (et non pas colorés), ajoutez le gorgonzola, une cuillère de crème fraiche et les noix. Faites cuire pendant quelques minutes jusqu’à ce que tous les éléments soient bien incorporés. Versez les ndunderi dans la sauce, ainsi qu’un peu de l’eau utilisé pour la cuisson des pâtes et mélangez. Servir avec quelques feuilles de basilic et encore quelques noix.

Gnudi 1

Accords mets-vin

Nous avons affaire à un plat très riche, il faut donc trouver un vin avec une belle fraîcheur pour contrebalancer, mais pas trop délicat non plus, cela risquerait d’être écrasé par le plat.

Pour continuer le tour d’Italie, je conseillerais le Nosiola d’Elisabetta Foradori en Trentin-Haut-Adige. J’adore ce domaine et j’aime particulièrement l’équilibre de tension et onctuosité dans cette cuvée.

Sinon, dirigez-vous vers la Bourgogne et ses chardonnays. Je pense particulièrement à ceux de Vincent Dureil-Janthial ou Domaine de la Soufrandière.

Buon appetito !

 

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Recette de la semaine – Papillotes de truite au jambon de Parme

Cette recette est celle d’un plat de la tradition campagnarde italienne, issue des vallées des Apennins, entre Milan et Florence, là où les truites abondent, pas très loin non plus ...

Recette de la semaine – Gigot d’agneau à l’ail confit

Avec le printemps et à l’approche de Pâques, voici venu le temps du gigot d’agneau. La recette est simple, l’essentiel étant d’avoir un bon boucher ! A accompagner d’un joli ...

Recette de la semaine : moules au safran

Un clin d’œil à Jean-Marie Guffens avec cette recette qui est sa préférée pour accompagner ses vins du Mâconnais lorsqu’ils atteignent au moins dix ans de bouteille. On peut lui ...