Comment les vins de Bordeaux, Bourgogne et vallée du Rhône ont-ils évolué en 2009 ?

clip_image002Nous vous l’annoncions périlleuse : l’année 2009 n’a pas contredit nos pronostics. Les crus classés de Bordeaux ont subi une véritable cure d’assainissement ces derniers mois. Les grands crus de Bourgogne ont été protégés par leur rareté, avec une baisse de prix moins significative. En Vallée du Rhône, l’heure est aussi à la sagesse en termes de prix.

Avec une baisse globale de 12% sur l’année, les grands crus bordelais affichent la plus forte chute. Mais cette tendance générale masque deux évolutions distinctes :

– Certains vins ont bien tiré leur épingle du jeu. Ce sont les crus qui sont actuellement plébiscités sur les marchés asiatiques, et tout spécialement chinois. Le Château Lafite Rothschild et son second, Carruades de Lafite, sont les grands vainqueurs de cette année dans les ventes. L’engouement croissant du marché chinois pour les grands crus français s’étend également à Petrus et Latour (dans une moindre mesure). Apparemment anecdotique, mais peut-être pas tant que ça, on a également vu progresser ces dernières semaines les prix des châteaux La Fleur Petrus et Beychevelle. Le premier bénéficie, sans aucun doute, de son nom, qui s’apparente à celui du grand seigneur de Pomerol. Le dragon figurant en proue du bateau qui orne son étiquette n’est peut-être pas étranger au succès du château Beychevelle…

– En dehors de ces quelques succès, le marché des grands crus bordelais a dû s’adapter à une conjoncture plus difficile, les vendeurs ont eu à consentir des baisses de prix parfois significatives. Et la phase d’assainissement n’est peut-être pas terminée…

clip_image003Tendances générales sur les vins de Bourgogne

Le volume de vins de Bourgogne échangés aux enchères s’est nettement contracté. Les vins du domaine de la Romanée Conti, en particulier, n’ont fait que de rares apparitions dans les ventes. D’une manière généralement, les vins blancs ont davantage souffert de la situation que les rouges, pour lesquels les prix sont restés stables. Le millésime 2009, qui s’annonce magnifique dans cette région aussi, pourrait venir relancer l’ensemble du marché.

Tendances générales sur les vins de la vallée du Rhône

La stabilité a également prévalu pour les vins de la vallée du Rhône, dans un marché rendu plus étroit par le manque d’offre. Les vendeurs se sont sans doute montrés réticents à accepter des baisses de prix sur les grandes cuvées de Châteauneuf du Pape, d’Hermitage et de Côte-Rôtie.

Tendances générales sur les vins deChampagne

Si les grandes cuvées connaissent un engouement sans faille, l’heure est plutôt, pour les cuvées plus classiques (Bruts sans année ou millésimés « classiques ») à la baisse des prix, pour le plus grand bonheur des amateurs…

Retrouvez tout le détail de notre analyse, domaine par domaine, dans le document

Les ventes aux enchères de vin – Bilan 2009 et perspectives :
2010, l’année de toutes les opportunités ?

En savoir plus et commander l’étude.

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Belles enchères : magnums, jéroboams ou impériale, prime aux grands formats

Magnums, doubles-magnums, jéroboams ou impériales ont occupé le devant de la scène lors des enchères on-line qui se sont achevées sur iDealwine le 8 juillet dernier. Ces formats généreux bénéficient ...

Premiers crus de Bordeaux : photographie des cours à la mi-année

Une analyse des cours des premiers crus classés de Bordeaux dans les grands millésimes récents, auquel nous avons adjoint Petrus, fait ressortir deux clans : d’un côté, des prix qui ...

RECORD : un riesling allemand TBA 1976 d’Egon Müller vendu 12 160€

Les records s’enchainent actuellement sur iDealwine. Après la vente de la cuvée d’hermitage Cathelin 2003 du domaine Chave, il y a quelques jours (8 512€), c’est au tour d’un riesling ...