Primeurs 2015, les coups de cœur d’iDealwine à Margaux et Pessac-Léognan (Episode 2)

Primeurs-Bordeaux-2016Verre et carnet en main, l’équipe d’iDealwine, se rend chaque année depuis 10 ans à Bordeaux à la découverte du nouveau millésime. L’occasion de dresser une première photographie de ce que nous réserve les 2015 à Bordeaux. Pour commencer cette revue, deux appellations au sommet du millésime, Margaux et Pessac-Léognan.

Nous vous l’avions déjà indiqué la semaine dernière : la dégustation des primeurs est un exercice difficile, généralement austère, et parfois même franchement ingrat. Les vins sont en effet présentés aux dégustateurs au cours de la première semaine d’avril, 6 mois à peine après la récolte. Ce qui signifie que l’on goûte alors les prémices de ce que pourra devenir le vin à l’issue de la période d’élevage, tout juste entamée. Et pourtant, cette année, les vins se présentaient, pour une bonne part, sous un jour charmeur et gourmand, et l’exercice s’est donc révélé infiniment moins rude que d’habitude !

Notre équipe a dégusté environ 150 vins au cours de ce périple bordelais. Autant dire rien en comparaison avec les critiques chevronnés qui analysent des centaines de cuvées au sein de chaque appellation, goûtent plusieurs fois, à quelques jours d’écart, différents échantillons d’un même vin pour conforter leur jugement. Notre objectif n’est pas le même, iDealwine ne délivrant pas de notes de dégustation. L’idée est plutôt de prendre une photographie du millésime pour vous livrer nos premières impressions. Et cette année, comme toujours, plusieurs appellations se distinguent. En tout premier lieu, le sud du Médoc tient la corde. L’appellation Margaux est celle qui tire son épingle du jeu de la manière la plus homogène. Une belle réussite à laquelle la climatologie n’est pas étrangère, l’appellation ayant plus que tout autre dans le Médoc été épargnée par les pluies qui ont frappé le vignoble à l’approche des vendanges. Il suffisait de voir le monde qui se pressait au Château du Tertre – c’est lui qui accueillait les vins de l’appellation dégustés dans le cadre de l’Union des Grands Crus – pour saisir d’emblée qu’il se passait quelque chose dans cette partie du vignoble. Une situation qui mérite d’être soulignée cette année, car généralement, Margaux n’est pas l’appellation la plus facile à goûter en primeur, les vins se présentant souvent sur un jour austère, fermé dans les premiers temps. Parmi les vins que nous avons aimés à Margaux, nous avons retenu :

Primeurs-Bordeaux-2016-LeTertre
Dégustation des vins de Margaux dans les chais du Château du Tertre

Château Brane Cantenac 2015
70% CS  26% M – 3% CF – 1% Carmenère

Nez charmeur, belle richesse aromatique, fruit rond, tannins bien enrobés. En bouche, texture fine, soyeuse et veloutée, de la rondeur et de la délicatesse. Fin de bouche élégante, sans aucune trace d’amertume. Belle trame tannique et longueur en bouche.

Château Ferrière 2015

1er millésime en bio à l’issue des trois ans réglementaires de conversion. En 2017 le domaine devrait être certifié en biodynamie.

Pureté du fruit, étincelant, nez gourmand, très fin, relevé de belles notes minérales (graphite) beaucoup de fraîcheur

En bouche beaucoup d’énergie et de tension, trame fine, jolie acidité, fruit bien mûr. Finale caractérisée par la fraîcheur, très élégante.

Château Giscours 2015
70% CS – 25% M – 5% PV

Au nez le vin offre une belle complexité d’arômes autour d’un beau fruit, exubérant.

En bouche la texture est souple, veloutée, le vin semble déjà presque prêt à boire. En fin de bouche on décèle de fines notes grillée, de moka qui apportent une touche gourmande en finale (le vin est élevé à 50% en fûts neufs).

Château Kirwan 2015
50% CS – 35% M – 10% CF – 5% PV

La proportion de CF est l’une des particularités de Château Kirwan.

Nez très élégant et charmeur. En bouche, texture suave, délicate, finesse de tannins. Dans le cuvier récemment rénové de Kirwan le remplissage des cuves s’effectue par gravité, ce qui permet des vinifications plus douces. Aucune agressivité effectivement dans ce vin.

Château Labegorce 2015
50% CS – 44% M – 4% PV – 2% CF

Suite au rachat intervenu en 2004, les deux vignobles de Labegorce et de Labegorce Zédé sont réunis en une seule production depuis le millésime 2009. Nez très séducteur, le fruit généreux s’offre tout en rondeur. En bouche, attaque pleine de vivacité, trame puissante mais en même temps tannins très fins. Bonne persistance.

Château Lascombes 2015
50% CS – 47% M – 3% PV

Un vin à la texture soyeuse, élégante, des tannins fondus, sans trace d’agressivité, en dépit d’une trame puissante.

Château Malescot Saint-Exupéry 2015

Beaucoup d’élégance. Fruit à belle maturité, persistant en bouche, jolie texture qui se déploie en douceur en bouche, des tannins présents mais élégants.

Château Monbrison 2015
25% M – 57% CS – 14% CF – 4% PV

Nez élégant, très fin rond, fruit gourmand, qui témoigne d’une bonne maturité. Joli équilibre en bouche entre le fruit et la trame tannique. Belle finale sur le fruit. Bonne longueur.

Château Prieuré Lichine 2015
66% CS – 30% M – 4% PV

Le nez de petits fruits rouges s’accompagnent de légères notes fumées, élégantes. En bouche, une texture de velours, des tannins très fins, bien fondus, aucunement agressifs, le vin semble presque prêt. Acidité moyenne, beaucoup de douceur dans un ensemble au fruit bien mûr (aucune trace de verdeur dans les tannins).

Château Rauzan Ségla 2015
63 % CS – 33% M – 1% PV – 1% CF

Très gourmand au nez, beaucoup de finesse en bouche, texture veloutée et soyeuse. Jolie longueur.

Château Siran
55%M – 38% CS – 7% PV

Le domaine renoue avec des rendements plus conformes après quelques années moins généreuses (52 hl/ha).

Le vin, élevé à 35% en barriques neuves, offre un nez séduisant combinant un fruit bien mûr et des notes légèrement épicées. En bouche l’attaque est souple, la texture veloutée offre beaucoup de douceur, la matière est élégante, avec beaucoup de finesse dans la trame tannique et une bonne longueur. Bel équilibre entre la puissance et la vivacité dont fait preuve le vin en bouche et la fraîcheur qui s’exprime en finale.

Primeurs-Bordeaux-2016-LeTertre2
Le comité d’accueil au château du Tertre, pour les dégustations des vins de Margaux 😉

Château du Tertre 2015
70% CS – 10% M – 10% CF – 10% PV

Tant au nez qu’en bouche le vin offre un fruit bien mûr mais sans excès. En bouche la puissance apparait parfaitement maitrisée, beaucoup de charme et d’élégance car la texture est fine et soyeuse. Tannins parfaitement mûrs.

Château Paveil de Luze 2015

Nez assez charmeur, beau fruit très gourmand.
Bien structuré en bouche, des tannins élégants et mûrs. Belle finale.

Parmi les vins qui font le buzz, que nous n’avons pas eu la possibilité de goûter cette année :

Château Margaux, en lice pour le titre de « vin du millésime », caractérisé par un fruit magnifique et un équilibre exceptionnel. Certains nous ont dit avoir goûté le « meilleur » château-margaux de très longue date… A suivre.

Château Palmer, désormais en biodynamie (la conversion a été achevée fin 2013). Un choix qui permet au vin de s’exprimer plus précisément, avec beaucoup de finesse.

Autre star du millésime, Pessac-Léognan

Primeurs-Bordeaux-2016-2
A l’affiche du Grand Stade de Bordeaux : dégustation des Bordeaux 2015 de l’Union des Grands Crus

Nous avons eu, au cours de cette semaine d’avril, plusieurs occasions de découvrir les vins de cette appellation. Plusieurs dégustations se tenaient en effet au Grand Stade de Bordeaux (qui réunissait une centaine de producteurs sous la bannière de l’Union des Grands Crus), au château Malartic Lagravière qui accueillait également la dégustation de l’UGC pour l’appellation ou, pour certains, dans le cadre de la dégustation offerte par l’équipe de Stéphane Derenoncourt au Château La Gaffelière – une dégustation passionnante, au passage, car organisée non pas par appellation, mais par type de sol -.

Pour revenir à Pessac, les domaines ont produit un beau millésime en blanc, équilibré, assez homogène dans l’ensemble. Une belle tension se dégage des vins, dans un style classique.
Quelques rares vins présentent certaines  « lourdeurs » (impression de surmaturité). Parmi nos coups de cœur :

Primeurs-Bordeaux-2016-CarbonnieuxChâteau Carbonnieux 2015 – blanc
60% CS – 30% M – 5% CF – 5% PV

Petits volumes pour le Château Carbonnieux en rouge cette année. Il en résulte un vin au fruité très pur, qui jaillit du verre. Beaucoup de gourmandise, très charmeur, avec une belle vivacité et de la puissance. Très persistant. Une réussite.

Domaine de Chevalier 2015 – blanc
70% S – 30% SEM

Nez puissant mais fin sur les agrumes, très belle acidité. Bon équilibre.

Château Pape Clément 2015 – blanc

Grande puissance aromatique au nez caractérisé par des arômes de pamplemousse et de cédrat, très forte densité en bouche, un vin serré avec une belle allonge. Superbe.

Et aussi :

Château Picque Caillou 2015 – blanc

Un bel équilibre dans ce vin. Puissance et fraicheur.
Un vin gourmand et élégant.

Château Haut Bergey 2015 – blanc 

Beau nez sur le fruit mûr, très rond en bouche, belle densité.

Graves et Pessac au sommet en rouge

Pessac-Léognan a produit un grand millésime en rouge. Les vins, très réussis dans l’ensemble, se caractérisent par leur gourmandise et un fruit étincelant. Les plus réussis combinent finesse et grande élégance. La matière est belle, avec de formidables concentrations mais sans sur-extraction. On est sur un très beau millésime mais différent des 2009 ou 2010. Les meilleurs présentent un profil fraîcheur / concentration très intéressant. On du plaisir déjà à boire certains comme le Domaine de Chevalier. Les vins se goûtaient bien, avec peut-être une phase tannique plus prononcée que sur les Margaux.

Primeurs-Bordeaux-2016-Pessac
Domaine de Chevalier et Carmes Haut Brion : deux propriétés conseillées par Stéphane Derenoncourt

Château Les Carmes Haut Brion 2015
44% de CF – 32% M – 24 % CS

L’une des références du directeur technique est le domaine Jamet, dans le Rhône. D’où le choix d’une vinification en grappes entières, par exemple, qui cette année apporte plus de fraîcheur au vin. L’assemblage compte une belle proportion de vieux merlots à petits rendements, particulièrement réussis en 2015. L’élevage est quant à lui réalisé en amphores, ce qui confère un petit côté salin au vin.

Nez gourmand de fruits rouges, relevés de notes animales et épicées. Belle vivacité à l’attaque, le fruit est particulièrement gourmand. Puissant, dense, et concentré, le vin déploie en bouche une matière riche et onctueuse, des tannins très fins, avec une belle acidité, aucune trace de verdeur, l’élevage reste très discret. Sucrosité légère en fin de bouche qui apporte de la gourmandise, belle longueur sur le fruit, beaucoup de finesse.

Domaine de Chevalier 2015
65% CS – 30% M – 5% PV

Tout ce que l’on aime d’un grand vin classique de Bordeaux.

Nez élégant de petits fruits rouges (cassis), relevé de notes délicatement épicées (poivrées) et fumées. Bouche ample, belle tension avec fruité parfaitement mûr, gourmand.

Beaucoup de fraîcheur en fin de bouche, excellente persistance, longueur. Bel équilibre.

Château Haut Bailly 2015
60% CS – 36% M – 4% PV

Véronique Sanders parle des raisins de sa vendanges comme nous parlerions de nos enfants : avec une immense fierté ! Les mois de juin et juillet, très chauds, ont laissé place à un mois d’août plus frais, arrosés de pluies bénéfiques (très précisément les quantités nécessaires, d’après la directrice de Haut-Bailly). En septembre, les raisons sont magnifiques et c’est une vendange parfaitement saine qui est rentrée entre le 15 septembre et le 8 octobre.

Le 2015 ne trahit pas la réputation des vins de Haut-Bailly : il se caractérise par son élégance et sa finesse, il déploie une texture onctueuse et soyeuse. De délicates (et gourmandes) notes de moka se distinguent, agrémentées de belles nuances épicées. La finale est puissante et veloutée. Longueur remarquable. Un grand vin du millésime.

 Château Smith Haut Lafitte 2015
60% CS – 33% M – 2% CF – 2% PV

Avec une production en baisse de 10% par rapport à un millésime « normal », le domaine a enregistré quelques pluies début août et début septembre. A la dégustation, le 2015 livre un nez relativement discret, qui exprime avec beaucoup de fraîcheur un fruit superbe. En bouche, le vin se déploie avec exubérance, beaucoup d’énergie et de tension. Tannins d’une grande élégance, parfaitement mûrs, la masse tannique est importante mais la puissance maîtrisée, et la finale s’exprime en fraîcheur, sur un fruit éclatant. Superbe !

Château Pape Clément 2015
56% CS – 40% M – 4% CF

Le 2015 se distingue par un assemblage atypique (d’ordinaire, les cabernets sont moins présents mais cette année ils ont atteint une belle maturité, d’où leur présence renforcée). Le vin offre une belle tension en bouche, et déploie une matière puissante, volumineuse, avec une légère sucrosité en fin de bouche, beau fruit. Très long.

Château de Fieuzal 2015
75% CS – 10% M – 10% CF – 5% PV

Nez de fruits mûrs relevé de notes de graphite, belle minéralité, élégant.
En bouche la matière n’est pas énorme, le vin se montre élégant, avec en finale une belle fraîcheur mentholée. Bonne longueur.

Château Larrivet Haut Brion 2015
33% M 62% CS 5% CF

Vendangé du 18/09 au 07/10

Nez sur le cassis, vin d’une grande richesse aromatique, vin suave présentant un bel équilibre et un joli toucher de bouche. Tout est déjà bien en place pour une belle évolution.

Parmi les vins qui font le buzz, que nous n’avons pas eu la possibilité de goûter cette année :

Grand regret de n’avoir pu goûter cette année le Château Haut-Brion 2015 – et cela nous a été amèrement reproché 😉 -. un monument d’élégance et de puissance. Un vin qui ne souffre manifestement pas de sa teneur importante en alcool. L’une des grandes réussites du millésime.

Et aussi :

Château Haut-Peyrous 2015 (Graves)
55% M – 33% CS – 10% CF – 2% PV

Un coup de cœur dégusté avec les domaines conseillés par l’équipe d’Hubert de Boüard. Vinifié en bio le rouge produit sur 9 hectares d’un sol de sables et de graviers sur argile livre un fruit très précis, étincelant, et une matière onctueuse et gourmande. Délicieux ! Coup de cœur iDealwine

Château Haut Bergey 2015 (Pessac-Léognan)

Robe sombre et dense, vin présentant une grande souplesse avec des tannins déjà bien intégrés. Ensemble harmonieux doté d’une bonne « buvabilité »

Primeurs2016-JJ-Dubourdieu
Jean-Jacques Dubourdieu (Domaines Dubourdieu)

Clos Floridène – rouge (Graves)
Goûté en compagnie de Jean-Jacques Dubourdieu avec l’ensemble des vins du domaine familial.
Richesse aromatique au nez, des notes mentholées apportent de la fraîcheur. On retrouve cette richesse en bouche, très ronde proposant un très bel équilibre dans la construction entre gourmandise et profondeur, l’ensemble étant marqué par une belle minéralité.

Parmi les autres vins de la famille Dubourdieu, nous avons aimé :

Château Doisy-Daëne 2015 – sec
100% sauvignon sur calcaire.

Très vif et minéral mais en même temps enjôleur et gourmand car subtilement gras. Une persistance impressionnante. Un vin assez bluffant !

Primeurs-Bordeaux-2016-DubourdieuChâteau Doisy-Daëne – Barsac 2015
100% sémillon

Nez de fleurs blanches, miel d’acacia. En bouche, très belle longueur, aucune lourdeur, matière aérienne. Délicieux !

Extravagant de Doisy-Daëne 2015
100% sauvignon

Sélection grain à grain. 3 barriques produites uniquement

204g s/litre. Ce vin est donc une prouesse technique en termes de fermentation. Impressionnant à la dégustation, impossible de le recracher, une intensité incroyable et pourtant ce fin est de la dentelle, c’est ciselé et l’impressionnante finale reste très nette.

Malgré une teneur en sucre significative, on ne sent aucune lourdeur. Un très grand vin !

 

Consultez les ventes de vins de Bordeaux

En savoir plus sur les Primeurs

Recherchez le prix d’un vin

A lire également dans le Blog iDealwine :

Primeurs 2015, épisode 1 – Le millésime que Bordeaux espérait
Primeurs 2015, les coups de cœur d’iDealwine dans le Médoc (Episode 3)

Primeurs 2015 à Bordeaux : Saint-Emilion, Pomerol et appellations satellites, nos coups de cœur (Episode 4)
Dégustation : le millésime 2013 des grands crus de Bordeaux

 

Voir l’interview BFM d’Angélique de Lencquesaing « Primeurs à Bordeaux : faut-il investir dans le millésime 2015 ? » :

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Sauternes : le Clos Dady racheté par un investisseur russe

Le Clos Dady, une belle propriété du Sauternais, vient d’être racheté par un investisseur russe pour 1,5 million d’euros. C’est le troisième château bordelais acquis par des Russes.

Master-class Grand Tasting iDealwine

Grand Tasting 2018 et master-class : demandez le programme !

Le Grand Tasting approche à grands pas. Il est temps d’organiser votre visite et de vous inscrire aux masterclass qui le rythmeront. Description du programme.

Achat direct : les nouveautés du mois d’août dans notre sélection d’été

Pour le mois d'août, trois petites nouveautés se sont glissées dans notre sélection d'été … Et on vous prévient : elles valent le détour !