Primeurs 2011 : un mini-marathon de dégustation à Bordeaux

Les dégustations primeurs se sont déroulées, traditionnellement, la première semaine d’avril. Premiers échos du vignoble, en attendant les notes, et la commercialisation…

Bien malin qui réussira à dégager une tendance sur le millésime 2011 ! On le savait difficile, marqué par des conditions climatiques extrêmes : maladies inédites dans la vigne chez certains, de la grêle un peu partout, des températures inhabituellement froides aux moments cruciaux de la floraison pour tout le monde. Les dégustations primeur l’ont confirmé : 2011 est bel et bien un millésime hétérogène, plus que jamais technique pour les viticulteurs. Et, ô combien difficile à déguster. Lors de notre traditionnelle journée marathon, nous avons voulu, comme chaque année, nous faire une première idée. Coup de projecteur sur les quelques appellations dégustées.

manquent de maturité. Pour d’autres la persistance est moyenne. Il est évidemment bien trop tôt pour les apprécier, nous restons longtemps, sans réussir à dégager une impression d’ensemble sur cette appellation.

Cap sur les vins du Médoc ensuite, au Saint-Julien. Premier constat : les châteaux absents de la dégustation se font de plus en plus nombreux. Il va s’avérer difficile, voire presque impossible d’établir un jugement à partir de la seule découverte des vins présentés dans le cadre de l’Union. Deuxième constat : peu (ou pas) de propriétaires présents derrière les bouteilles. Dommage, nous apprécions ces contacts directs et manquons de temps pour aller les rencontrer, un à un, derrière les grilles de leur propriété. Saint-Julien se distingue avec des vins souples, un fruit généreux, des tannins élégants. Coup de cœur pour le Château Gruaud Larose, le Château Léoville Barton et le Château Léoville Poyferré. Nous apprécions toujours l’élégance classique et la concentration du Château Branaire Ducru. Beaucoup de finesse au château Beychevelle, un bel équilibre au Château Gloria. A Pauillac, la palme de l’élégance et de l’équilibre reviennent aux vins des châteaux Grand Puy Lacoste et Pichon Longueville Baron. Lynch Bages, Batailley et Grand Puy Ducasse ont produit des grands classiques de Pauillac, dégageant de belles flaveurs de cassis et de fruits noirs. Clerc Milon se distingue par sa finesse. A Saint-Estèphe, le Château Phélan Ségur sort du lot avec un 2011 particulièrement gourmand, fin et exubérant.
Pourquoi tant de bois ?

Ula Croix de Gay se montrent, à ce stade, moins séducteurs.

En dépit de l’organisation parfaitement huilée de l’Union des Grands Crus, la journée a filé, plus rapide que jamais. L’affluence raisonnable (moins de monde, des asiatiques mais aussi beaucoup d’Anglais et d’Américains) et les excellentes conditions de dégustation ont contribué à adoucir un exercice dont on avait commencé à oublier le caractère austère (le somptueux vins de Sauternes (à grand regret, car la rumeur les annonce fort réussis), ni ceux de Pessac-Léognan. Et encore moins tous ceux, et non des moindres, qui se dégustaient au domaine. Rendez-vous dans quelques jours dans ce blog avec Véronique Raisin qui, elle, a passé plus de temps à déguster, en auguste compagnie, dans le vignoble bordelais.

Cette journée vient tout de même confirmer un point : dans une année difficile, sans relief évident en termes de qualité, le prix, plus que jamais, fera ou non le succès de cette campagne. A suivre dans un prochain article qui sera consacré, justement à la fixation des tarifs….

Retrouvez sur la page Facebook iDealwine les photos de cette journée.
En savoir plus sur les primeurs

A lire également dans le Blog :
Primeurs 2010 à Bordeaux : premières impressions du millésime (08/04/2011)
Primeurs 2009 : une journée de dégustation à Bordeaux (01/04/2010)

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Belle enchère : 30 000€ pour une caisse de Château Haut Brion 1945

Une caisse de 12 bouteilles de Château Haut Brion 1945 a été adjugée 30000€, frais compris, lors de la vente on-line qui se déroulait sur iDealwine jusqu’au 28 mai.

Primeurs | Nos dégustations du millésime 2018 à Bordeaux – Partie 2 : La rive gauche

Voici nos coups de cœur des primeurs 2018 sur la rive gauche. Un indice : ils sont nombreux à Pauillac, Margaux et Pessac-Léognan. 😊

Bordeaux : des investisseurs chinois rachètent quatre domaines viticoles

Les Chinois continuent à faire leurs emplettes dans le bordelais. Ils poursuivent leurs achats de châteaux de moindre renommée avant tout pour assurer des approvisionnements conséquents (et à des prix ...