Olivier Cousin, Anjou or not Anjou ?

Olivier CousinLe vigneron bio Olivier Cousin a comparu le mercredi 5 mars devant le tribunal correctionnel d’Angers. Lui est reproché, entres autres, l’emploi du nom « Anjou » figurant sur les bouteilles qu’il produit, terme normalement réservé aux vins se trouvant sur l’aire de l’appellation d’origine protégée et se conformant à un cahier des charges particulier. En effet, les vins d’Olivier Cousin ne sont pas agréés par l’AOC Anjou et sont classés en Vin de Table ou Vin de France.

Engagé dans l’agriculture biologique depuis la fin des années 1980, Olivier Cousin pratique depuis 1996 une vinification bio, naturelle et sans sulfites sensée ne pas altérer le goût naturel du vin.  Olivier Cousin remet également en question le système des appellations. Il a d’ailleurs, exprimé son point de vue quant à cette affaire dans une interview accordée à La Revue du vin de France le 5 mars : « Le système des appellations confisque l’usage de termes qui appartiennent à tous, et surtout aux vignerons qui travaillent. Pour moi, le mot Anjou sur mon étiquette indique la région où ma famille produit son vin depuis quatre générations, pas l’AOC. »

En soutien à Olivier Cousin un pique-nique avait été organisé le jour du procès devant le tribunal. L’événement avait attiré environ 200 militants défendant les vins dit « naturels », comme ceux du prévenu. Les méthodes d’élaboration de ce type de vin reposent sur des techniques traditionnelles, lesquelles cherchent à ne pas altérer l’action naturelle de l’environnement sur la culture des vignes. Le vigneron préfère travailler la terre avec un cheval plutôt qu’avec un tracteur par exemple, et utiliser des engrais naturels plutôt que chimiques. Prônant la dissociation de la viticulture paysanne de la viticulture industrielle, Olivier Cousin défend également l’idée que la composition d’un vin devrait figurer sur son étiquette, comme pour la plupart des aliments commercialisés, afin de mettre en lumière les différences entre les méthodes d’élaboration du vin artisanales et industrielles.

Finalement une peine de 5 000 euros d’amende avec sursis a été requise contre le viticulteur. Le procès a été placé en délibéré jusqu’au 7 juin.

Une affaire à suivre donc !

 

Recherchez le prix d’un vin

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

Les vins de la Vallée de la Loire en vente sur iDealwine.com

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

 

A lire également dans le Blog iDealwine :

Deux grands crus de Bordeaux passent au 100% bio

Château Falfas, pionnier de la biodynamie à Bordeaux : retenez bien ce nom

La biodynamie à l’œuvre dans le terroir du domaine de la vieille Julienne à Châteauneuf du Pape

La maison Roederer teste la biodynamie

Tags:

  • Voir les commentaires (1)

  • Claude C

    Vin de table produit-vinifié-élevé en Anjou; voilà et le tour est joué !.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Les indices WineDex d’iDealwine progressent de 4,93% au premier semestre 2016

Face à un CAC 40 soumis à de fortes pressions, les indices vin d’iDealwine ont montré une remarquable stabilité au cours du premier semestre : depuis le mois de janvier ...

Robert Parker_Wine Future Magical 20

Dégustation de Bordeaux 2009 : Robert Parker donne la fièvre à Hong Kong !

Dans le cadre de la conférence Wine Future à Hong-Kong, Robert Parker vient de bousculer le mythique classement de 1855 lors d’une dégustation monstre de grands bordeaux face à un ...

Château-Grillet rejoint le giron d’Artémis, propriétaire de Château Latour

Château-Grillet, un domaine qui était resté aux mains de la même famille depuis 1830, vient d’être cédé au groupe Artémis, propriétaire de château Latour à Pauillac.