Nous sommes allés voir le film « Premiers crus »

premiers crusTourné en majeure partie en Bourgogne, le second film de Jérôme le Gris fait vivre cette superbe région viticole au cours de l’instant clé de la vie d’un domaine : la transmission.

 

Au bord de la faillite, ne croyant plus en ses vignes, François Maréchal (Gérard Lanvin)  se voit forcé de céder le contrôle du domaine à son fils, Charles Maréchal, célèbre critique du vin, le film en fait un Robert Parker à la française. Après quelques débats houleux, Charles se laisse convaincre et accepte de redresser le domaine. S’il produit un grand vin, ce que le domaine n’a plus fait depuis des années, il montrera sa valeur aux yeux de tous, en tant que critique et en tant que fils de vigneron. S’il rate, il perd tout, le domaine acculé à la faillite et sa réputation en tant que critique.

Pour être tout à fait honnête, la qualité du scénario laisse par moments à désirer. Il convient de préciser que la genèse de ce film est avant tout la Bourgogne, l’histoire à y raconter ressemble plus à un prétexte.

« Précisons d’abord que je ne suis pas bourguignon mais que j’ai passé pas mal de temps dans cette région il y a quelques années. Je me suis toujours demandé pourquoi aucun film n’avait jamais été fait sur cette partie de notre territoire, pourtant connue dans le monde entier pour ses vins. Rares sont ceux qui savent exactement à quoi ressemble la Bourgogne. En me baladant dans les vignes, dans ces décors incroyables, j’ai senti qu’il y avait de très belles histoires à y raconter » précise Jérôme Le Maire, le réalisateur.

 

Le film a un mérite primordial : mettre en scène les coulisses du vin. Il explique parfaitement au public qu’un grand vin ce n’est pas seulement une bouteille. Que le travail commence dans la terre, dans la compréhension du terroir et de la nature. Premiers crus met en scène de nombreuses étapes de la culture de la vigne (labour, taille, vendange), de la vinification (tri, foulage, macération…) et de l’élevage (ouillage, élevage pendant une saison complète), de l’entretien (nettoyage des fûts…) et de la mise en bouteille (mise en bouteille, étiquetage, capsulage, mise en caisse). Premiers crus n’est naturellement pas un film didactique pour devenir vigneron et omet certaines étapes du processus.

Finalement un film intéressant, agréable à regarder et des acteurs qui semblent comprendre l’enjeu de ce qu’ils jouent ou plutôt l’enjeu de ce qui se joue dans la vie d’un vignoble bourguignon. La dualité Bourgogne/Bordeaux est jouée avec beaucoup d’humour dans une scène où Gérard Lanvin envoie valser des négociants bordelais venus racheter ses stocks avec un langage particulièrement fleuri. Premiers crus est un film à voir en famille, un bon moyen de comprendre ce qui se joue dans les terroirs français. Après avoir couché les enfants, prévoyez tout de même une petite dégustation. Le film est un défilé de vins légendaires. Soirée dégustation au Clos Vougeot, Romanée Conti 1966, et une foule de vins anonymes arborant des robes tuilées superbes qui feront vibrer vos papilles pendant plus d’une heure et demi…

NB : si le film fait envie, les acteurs, eux, n’ont bu que du jus de raisin…

Film actuellement en salles

Achetez des Premiers Crus de Bourgogne sur IDealwine

 

Consultez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le Blog iDealwine :

Vol de raisin : 850 pieds de viognier vendangés en une nuit chez Guigal

Pourquoi certains vins rouges assèchent-ils la bouche ?

Chablis en partie dévasté par la grêle

Les promesses du millésime 2015

Publication : Rémi Krug – Carnets de Champagne Chroniques de petits & grands bonheurs

Tags:

  • Voir les commentaires (1)

  • Benjamin

    Ca donne envie d’y jeter un oeil. Ca rappelle un certain « Tu seras mon fils », qui traite d’un thème équivalent quoi qu’avec une intrique différente. Je ne l’ai pas vu personnellement et je n’ai pas envie de le faire, car j’ai lu tellement de vauvaises critiques disant de ne surtout pas aller le voir…décourageant.
    Mais la critique ici présente donne plus envie 😉 merci

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

VP 225 f

Bruno Clair, Rossignol-Trapet et des Perdrix : le pinot star, de Marsannay à Nuits-Saint-Georges

Pour de nombreux amateurs, le pinot noir est le roi des cépages et la Côte de Nuits son royaume. Et il est difficile de dire le contraire en goûtant les ...

Couverture_Bullesfatales-HD

Parution : Bulles fatales, quand la Champagne se fait le théâtre d’un roman policier

Le colonel Moutarde a tué le Docteur Lenoir dans le jardin avec le chandelier. Classique ! Imaginez maintenant : mais qui a agressé un grand chef de maison de Champagne ...

Saint-Joseph : les introuvables du Domaine Coursodon

Pleins feux sur un domaine qui fait aujourd’hui figure d’exemple au sein de l’appellation Saint-Joseph. Des vins introuvables, actuellement proposés ...