Le meilleur sommelier du monde est suédois

concours meilleur sommelier du monde suède

Jon Arvid Rosengren, 31 ans, a triomphé de deux candidats français lors de la finale à Mendoza (Argentine). Une reconnaissance pour la Suède, qui s’est récemment distinguée par sa sommellerie dynamique. Et une déception pour notre champion français David Biraud.

Le concours du Meilleur Sommelier du Monde est organisé tous les trois ans par l’ASI (Association de la Sommellerie Internationale). Cette année, il se déroulait à Mendoza (Argentine), région célèbre pour le cépage malbec qui fait la renommée croissante de ses vins dans le monde. 60 candidats de 58 pays s’affrontaient, dans un large processus de sélection qui s’est achevé mardi au Théâtre de l’Indépendance de Mendoza.

Notre ambassadeur national, David Biraud, a malheureusement trébuché une seconde fois sur la plus haute marche du podium. Jon Arvid Rosengren (Suède) a également écarté l’autre finaliste « irlandaise » Julie Dupouy… née à Clermont-Ferrand, mais le concours veut que les candidats portent les couleurs de leur patrie d’adoption, celle où ils travaillent depuis au moins trois ans. L’Argentine Paz Levinson, a quant à elle décroché la quatrième place, une petite consolation pour le pays d’accueil.

Le parcours du jeune Suédois de 31 ans était déjà plus que prometteur. En 2010 et 2011, il gagne le titre de meilleur sommelier de Suède, en 2013 celui d’Europe. La Suède était loin d’être un outsider : déjà, Andreas Larsson avait été sacré en 2007, projetant le pays sur la scène mondiale de la sommellerie. Le reste du peloton des demi-finalistes incluait les nationalités suivantes : Argentine, Danemark, Finlande, Pologne, Russie, Norvège, Afrique du Sud, Japon, Canada et Lettonie… autrement dit, une surreprésentation du Nord et de l’Est de l’Europe.

Chaque finaliste a dû traverser une série de onze épreuves, visant à évaluer sa connaissance des vins et de la gastronomie, mais également son professionnalisme  dans le service habituellement dispensé par un sommelier. Pour l’occasion, le Théâtre de l’Indépendance avait réuni tous les éléments d’une salle de restaurant : des tables de « faux convives » (en réalité les membres du jury), un bar et une table centrale avec les outils nécessaires au service du vin.

Pendant une épreuve, par exemple, chaque participant disposait de huit minutes pour répondre aux souhaits de la table, à savoir : servir trois coupes de Moët & Chandon Extra Brut (qui se révélaient indisponibles, obligeant le sommelier à offrir une alternative cohérente avec le goût du client) pour trois personnes, et un Martini Extra Dry pour une quatrième. Une autre épreuve consistait à décanter et servir un magnum (1,5 L) de Tomero Malbec pour une table de huit convives, avec un piège : au dernier moment le sommelier était prévenu que l’un d’entre eux préférait un sylvaner allemand, le contraignant à optimiser les minutes restantes pour adapter le service.

Entre les épreuves avaient lieu des sessions de dégustations à l’aveugle, au cours desquelles les participants devaient affronter tout type de boissons. D’un torrontés blanc argentin à un bourbon américain, il fallait l’identifier ou décrire ses qualités organoleptiques en moins de trois minutes.  Avec (encore) un piège : l’impossibilité de faire usage de leur langue maternelle pendant l’épreuve… Bravo donc à Jon Arvid Rosengren, qui a brillé dans cette série de rudes épreuves.

Organisé par l’ASI depuis 1969, ce concours vise à promouvoir les échanges professionnels entre sommeliers, qu’ils soient issus d’hôtels, restaurants, bars, cavistes et autres établissements liés au vin et à la gastronomie. C’est la première fois qu’une édition avait lieu en Amérique Latine, preuve de la nouvelle place gagnée par ce continent sur le marché mondial du vin.

En 2010, lors du concours du Meilleur Sommelier du monde qui se déroulait au Chili, le Vendéen David Biraud, actuellement chef sommelier du Mandarin Oriental, à Paris, avait terminé sur la 3e place du podium, derrière le vainqueur Gérard Basset, suivi de … Paolo Basso, qui a ensuite remporté le titre en 2013. Cette année, David Biraud se classe deuxième. Une déception certes, mais aussi la perspective de devenir un jour premier, après un si beau parcours ? Réponse lors de la prochaine édition qui pourrait se tenir… en France !

Consultez toutes les ventes de vin sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le Blog iDealwine :

A la découverte des vins argentins

Concours de dégustation Sciences-Po International Tasting 2016 : le trophée revient en France

La Suède au sommet de la sommellerie européenne !

Sommelier ou œnologue, quelle différence ?

 » Somm « , un film retrace le parcours du combattant pour devenir Maître Sommelier

Meilleur sommelier du monde : le Suisse Paolo Basso consacré !

Gérard Basset remporte le titre de meilleur sommelier du monde

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Les master-class du Grand Tasting 2016, un programme de choc

Les 25 et 26 novembre prochains, le Grand Tasting vous offre une occasion unique : rencontrer vos vignerons préférés, et aussi parfaire vos connaissances en matière de vin et de ...

idealwine languedoc

Spécial Languedoc-Roussillon | 10 coups de cœur de l’équipe iDealwine

Découvrez la sélection de Joffrey, notre expert du Languedoc qui dévoile ses coups de cœur.

BEAUJOLAIS_ 004

Damien Coquelet, la relève à Morgon

Le jeune Damien Coquelet, beau-fils de Georges Descombes, installé depuis six ans vinifie dans le même esprit que ce dernier ...