Loi Evin : informer sur le vin est enfin autorisé

Marisol Touraine en Mai à l'Assemblée - Source AFP
Marisol Touraine en Mai à l’Assemblée – Source AFP

La semaine dernière, une vaste majorité de députés ont voté une extension de la loi Evin apportant la distinction essentielle entre la publicité pour les boissons alcooliques et l’information œnologique.  

102 députés pour, 29 contre. Les chiffres parlent d’eux même quant à l’amendement de cette loi qui a longtemps pénalisé le secteur.  Les députés ont largement attesté le fait que le vin, tant culturellement que économiquement, était absolument incontournable en France. De gauche comme de droite les élus ont soutenu ce projet et se sont opposés en grande majorité à d’autres amendements.

Par exemple Catherine Lemorton (PS), la présidente de la commission des Affaires Sociales, soutenue par la ministre de la santé à titre personnel, a proposé de supprimer cet article très contesté, notamment par des addictologues. Elle a été repoussée à 102 voix contre 32. La proposition d’amendement du rapporteur M.Sebaun (PS) visant à préciser que les supports de communication ne devaient pas délivrer de message ou de mise en scène incitant à la consommation d’une boisson alcoolique a été reçue de la même manière.

La ministre de la santé Marisol Touraine regrette un article qui représente une « modification profonde » de la loi Evin qui ne « se contente pas de clarifier » mais « déverrouille la publicité ». Au contraire, le député maire de Reims, Arnaud Robinet (LR) déclare « arrêtons de nous tirer une balle dans le pied ».

Finalement les arguments des tenants d’un assouplissement ont convaincu puisqu’il n’a fallu qu’une heure de débat à l’assemblée avant de trancher sur cette question. Pour autant les voix discordantes n’ont pas baissé d’un ton. La cancérologue Michèle Delaunay a déclarée qu’elle était «bordelaise, particulièrement fière de [son] territoire » aux « routes sillonnées d’oenotouristes heureux ». Pourtant pour elle « ce serait un très mauvais signe donné au Parlement de détricoter un texte fondateur de la santé publique » dans une loi sur la santé.

Finalement cette mesure, soutenue par l’exécutif, a été largement appuyée par l’Assemblée Nationale et permettra à la filière du vin, producteurs et régions de mieux communiquer sur les produits et promouvoir le tourisme.  En toute modération, s’entend.

L’association Vin et Société, qui milite depuis de nombreuses années, s’est dite satisfaite de ce vote. Son président Joël Forgeau a ainsi jugé que  «  La clarification de la loi Evin est une avancée significative.” Ajoutant “ Nous sommes convaincus par ailleurs que nous devrions travailler tous ensemble, professionnels et acteurs de santé publique, sans passion, en faveur d’une politique de santé publique ambitieuse fondée sur la prévention et l’éducation. »

Une evolution bienvenue, donc, et ce d’autant plus que ce vote fait écho à un sondage mené en juin 2015 auprès des Français. A 75% les personnes interrogées avaient indiqué que la clarification de la Loi Evin était une nécessité pour distinguer ce qui relève de l’information et ce qui relève de la publicité sur les vins et alcools.

Consultez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

 

A lire également dans le Blog iDealwine :

Où en est la loi Evin ?

Loi Evin, suite et fin : le choix de la clarification (en demi-teinte)
Loi Evin modifiée : la victoire de la filière vin se dessine
Le Sénat vote en faveur d’une distinction claire entre information et publicité sur le vin
Statu quo pour la loi Evin
Amendement sur la loi Evin : vers un durcissement de la législation ?
 
  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Sociando-Mallet

Foire aux vins : 4 millésimes de Sociando-Mallet, la bonne affaire bordelaise

Depuis bien longtemps maintenant, Sociando-Mallet est reconnu comme digne d’un troisième cru classé alors qu’il s’agit d’un “simple” cru bourgeois. Aux prix auxquels nous vous proposons quatre millésimes (2005, 2006, ...

Primeurs 2010

Primeurs 2010 : quelle stratégie pour les amateurs de grands bordeaux ?

Le niveau des derniers prix de sortie en primeur des grands crus classés de Bordeaux 2010 le confirme : un fossé s’installe entre les tarifs de vente en primeurs et ...

Quand vendre son vin ?

Savoir quels vins de sa cave vendre est déjà une chose. Savoir quand les vendre en est une autre. Faut-il choisir un millésime particulier, un domaine ou une cuvée spéciale ...