Les vins de Mouton Rothschild aux enchères, la revanche

etiquettes-mouton

Dans la famille Rothschild, je demande désormais… Mouton ! Nous l’évoquions déjà depuis quelques mois. Les ventes récentes le confirment. Le cours des vins du Château Mouton Rothschild sont entrés dans une spirale haussière. Le mouvement est-il de même nature que celui qui a atteint le prix des vins du "cousin" Lafite ? Les grandes ventes de fin d’année le confirmeront.

Un Premier Cru Classé de Pauillac, comme Lafite. Un nom qui sonne et qui résonne comme celui de son cousin. Tous les ingrédients semblaient réunis depuis quelques mois pour que la fièvre s’empare des vins du Château Mouton Rothschild. C’est désormais chose faite. Les dernières ventes aux enchères de vin ont confirmé la forte hausse des cours des vins issus du domaine de Philippine de Rothschild. Avec un signe qui ne trompe pas : ce mouvement atteint non seulement les grands millésimes, mais aussi les années dites "intermédiaires", telles que 1994, 2001, 2002…

Le second vin de Mouton Rothschild encore protégé
On notera que Mouton Rothschild ne ravit pas la vedette aux vins de Château Lafite Rothschild, toujours aussi prisés aux enchères. En revanche, on ne retrouve que très épisodiquement dans les catalogues de vente Le "Petit Mouton" : le second vin de Mouton Rothschild ne suit pas encore la trajectoire fulgurante du second de Lafite, les Carruades de Lafite, qui s’adjuge désormais rarement en dessous de 200€. En effet, parmi les premiers crus classés de Bordeaux, des seconds vins tels que Pavillon Rouge de château Margaux ou les Forts de Latour sont eux aussi activement recherchés. Le Petit Mouton suivra-t-il le mouvement ? Réponse dans quelques mois.

Quelques adjudications récentes sur les vins de Château Mouton Rothschild

Vin

 

Prix

Prix

Cote

Variation

 

 

d’adjudication

d’adjudication

iDealwine

 

 

 

du lot

unitaire

 

 

1 Bouteille(s)

Château Mouton Rothschild 1975

163

163

133

23%

1 Bouteille(s)

Château Mouton Rothschild 1981

163

163

140

16%

2 Bouteille(s)

Château Mouton Rothschild 1982

2015

1008

767

31%

1 Bouteille(s)

Château Mouton Rothschild 1983

198

198

165

20%

6 Magnum(s)

Château Mouton Rothschild 1990

3220

537

437

23%

1 Bouteille(s)

Château Mouton Rothschild 1993

195

195

187

4%

6 Magnum(s)

Château Mouton Rothschild 1994

2875

479

374

28%

12 Bouteille(s)

Château Mouton Rothschild 1994

2359

197

169

17%

12 Bouteille(s)

Château Mouton Rothschild 1995

3450

288

255

13%

4 Bouteille(s)

Château Mouton Rothschild 1996

1265

316

236

34%

6 Bouteille(s)

Château Mouton Rothschild 1997

1415

236

180

31%

8 Bouteille(s)

Château Mouton Rothschild 1998

2760

345

251

37%

3 Magnum(s)

Château Mouton Rothschild 2000

5897

1966

1450

36%

1 Bouteille(s)

Château Mouton Rothschild 2001

244

244

199

23%

6 Bouteille(s)

Château Mouton Rothschild 2002

1769

295

188

57%

A lire également :
Après Lafite, quel sera le vin le plus recherché ?
Les amateurs s’arrachent les seconds vins aux enchères

Tags:

  • Voir les commentaires (2)

  • Jack

    Les cours qui montent sont ceux des marques.

    Lafite est une marque pour laquelle l’effet millésime est gommé et homogénéisé.

    Margaux travaille énormément son image en Asie grâce notamment à l’événementiel.

    Le travail de l’image de Mouton est aussi impressionnant. A contrario pour Mouton c’est l’étiquette elle même qui distingue artistiquement chaque millésime et qui est un vrai outil de fidélisation. Parmi ces vins le Mouton 2000 est une oeuvre d’art ce qui explique pourquoi sa cotation dépasse la valeur intraseque.

    Cet effet marque explique la hausse de seconds vins.
    Si un chinois ne trouve pas de Lafite, ce n’est pas Latour ou Mouton qui le substituera, c’est le “little lafite” (Carruades), qui est et reste du Lafite pour eux.

  • Angélique de Lencquesaing

    @Jack, je suis d’accord avec vous sur l’idée que l’effet millésime est aujourd’hui moindre sur Lafite. Des années comme 2002 par exemple, dont le marché ne voulait pas entendre parler jusqu’à une période récente, sont aujourd’hui très recherchées.

    S’agissant de Mouton Rothschild, la personnalisation des étiquettes n’est pas récente (1945…), en revanche la hausse de prix remonte à quelques mois, avec une accélération ces dernières semaines qui mérite d’être soulignée.

    Ce n’est peut-être pas tant la relative pénurie de Lafite que l’intérêt croissant du marché chinois pour les grands crus bordelais qui bénéficie à Mouton Rothschild aujourd’hui et, sans doute dans un avenir proche, à une gamme plus large de vins de Bordeaux.

    A quand la pénurie de grands crus classés de Bordeaux sur le marché français ?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

top 100 idealwine

Grands crus : les 100 bouteilles les plus chères du marché

Au palmarès des 100 bouteilles adjugées au plus haut niveau lors des ventes on-line du premier semestre 2014 sur iDealwine, Bordeaux compte 60 représentants, contre 37 pour la Bourgogne. Un ...

Belle enchère : 2100€ pour la cuvée Cathelin 1990 du domaine Chave en Hermitage

Une fois n’est pas coutume, la vallée du Rhône s’est retrouvée sous le feu des enchères lors de la vente qui s’est achevée on-line sur iDealwine le 26 novembre. La ...

Grands crus de Bourgogne et verticales : les enchères flambent toujours à Hongkong

Pas de répit pour les grands crus de Bourgogne dans les ventes aux enchères de vins de Hongkong. Surtout et d’autant plus lorsque les vins sont réunis en «verticale ». ...