Les tendances du marché des enchères de vin en 2019 : les 5 points à retenir

Dans un marché du  vin en forte croissance, cette année, certaines tendances s’accentuent comme la baisse de la part des bordeaux au profit du Rhône et de la Bourgogne, le grand dynamisme d’une poignée de régions qui ont le vent en poupe ou la relative stabilité de celles qui ne sont pas (encore) sous les feux des projecteurs. Le boom des vins bio, biodynamiques et naturels est quant à lui transversal et n’épargne aucune région. Enfin, les spiritueux s’installent progressivement mais surement dans le paysage des enchères.

  1. Régions phares : les cartes sont rebattues et la suprématie de Bordeaux entamée 

Les régions phares des enchères de vins sont traditionnellement Bordeaux, la Bourgogne et le Rhône. Cet ordre ne varie pas depuis des années, même si la part des vins de Bordeaux ne cesse de diminuer au profit des deux autres depuis déjà plusieurs années. Cette année, ce repli s’est nettement accentué avec la perte de 11 points en six mois, passant de 44% en 2018 à 33% du nombre de flacons échangés au premier semestre 2019. Voici la répartition actuelle : Bordeaux représente désormais 33% des volumes et 41% de la valeur ; la Bourgogne 26% des volumes et 33% de la valeur et le Rhône 14% et 13%.

Ainsi, la Bourgogne qui était déjà au sommet, continue de s’apprécier fortement. Bordeaux perd donc du poids dans la répartition globale des vins vendus aux enchères et reste assez stable en termes de prix, mais la région demeure tout de même incontournable et regorge de valeurs sûres, pour ses grands crus les plus prestigieux dans de vieux et grands millésimes. Enfin, le Rhône est en bonne forme et offre lui aussi son lot d’opportunités, avec de nombreuses variations de cotes au-delà de 30%.

  1. Dynamisme des vignobles de Loire, Jura, Beaujolais, Provence, Corse et des vins étrangers

Après le trio de tête, le second cerle est composé des vins de Loire, du Jura, du Beaujolais, de Provence, de Corse ainsi que des vins étrangers. Un groupe assez hétérogène, mais dans l’ensemble bien dynamique et aux prix encore très sages (c’est moins vrai pour les vins étrangers qui sont déjà assez haut en termes de prix). Ces régions ont particulièrement le vent en poupe et offrent de très belles progressions.

Le Jura est un cas un peu à part puisque quelques domaines ont atteint une renommée mondiale qui assurent à leurs vins des prix au plus haut et toujours en progression. Mais cette belle dynamique profite à l’ensemble de la région ; les prix restent donc très doux, mais en forte croissance.

  1. Les champagnes, alsaces, sud-ouest, languedoc et roussillon en croissance plus modérée

Les variations de prix des champagnes, sud-ouest, alsaces, languedoc et roussillon restent nettement plus mesurées, à l’exception d’une poignée de champions régionaux.

Si les champagnes millésimés les plus recherchés sont déjà hauts en termes de prix, les vins du Languedoc, du Roussillon et surtout d’Alsace et du Sud-Ouest demeurent très attractifs en termes de prix : ces régions intéressent  avant tout les amateurs pointus, moins les investisseurs.

  1. Le boom des vins bio, biodynamiques et naturels

S’il est compliqué de calculer la part des vins bio, biodynamiques et naturels dans les ventes aux enchères – car il s’agit souvent de millésimes matures, alors que les conversions aux bio et autres le sont généralement moins -, il est indéniable que leur proportion explose dans ces ventes, comme c’est le cas en achat direct. Et aucune région n’échappe à la tendance : partout, ce sont eux qui attirent le plus les amateurs et ce sont généralement des domaines engagés dans ces modes de production qui émergent et tirent leur épingle du jeu.

  1. Les spiritueux : cognacs, armagnacs, whiskys et rhums, de plus en plus recherchés

Depuis quelques années la part des spiritueux progresse régulièrement. Qu’il s’agisse des spiritueux français – principalement cognacs et armagnacs – ou étrangers – principalement whiskys et rhums -, les produits les plus rares et les plus anciens peuvent atteindre des sommets et sont de plus en plus recherchés. Du fait de leur potentiel de garde immense, les amateurs n’hésitent pas à mettre le prix pour des cuvées qui approchent le centenaire.

Voir les rapports semestriels 2019

Voir tous les vins en vente aux enchères iDealwine

 

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Recette de la semaine : bouchées apéritives de fête

Voici trois petites recettes de délicieux amuse-bouches à préparer pour un buffet - lors de votre réveillon du nouvel an par exemple-. Simples et rapides, elles vous permettront de vous ...

Parution : « Bordeaux, les grands crus classés 1855 » un ouvrage sur l’histoire du plus célèbre classement viticole

Ce livre, écrit par Jean-Charles Chapuzet avec une préface de Michel Bettane, est illustré par de somptueuses photographies de Guy Charneau. Il met en exergue la beauté des crus qui ...

Parker retraite

Semi-retraite de Robert Parker, les réactions

En annonçant la vente de son titre The Wine Advocate et qu’il allait prendre un peu de recul sur ses activités de dégustateur, Robert Parker a secoué le monde du ...