Le vin en débat à l&#039assemblée

Soulagement dans le milieu viticole : les députés ont adopté hier, à une quasi-unanimité, l’amendement visant à corriger la rédaction initiale de l’article 24 de la loi Hôpital, Patients, Santé, Territoire, portant sur les dégustations gratuites.

Face à un auditoire particulièrement mobilisé
pour défendre notre patrimoine viticole, la ministre de la santé
Roselyne Bachelot a rappelé que le gouvernement ne souhaitait « en aucun cas installer une politique de la prohibition ». Elle a souligné que « les dégustations menées par les viticulteurs n’ont jamais été concernées par ce projet de loi ».

Les foires, salons pourront donc continuer à se tenir. Les formules
d’open-bars, visant un public jeune et les pratiques dangereuses de «
binge-drinking » – la forme alcoolisée de la défonce – sont quant à
elles interdites. Les ventes d’alcool dans les stations-service (autre
point visé par l’article 24 du projet de loi) devraient également être
interdites entre 18 heures et 8 heures du matin.

Publicité sur Internet : débat reporté

S’agissant de la publicité sur Internet, les députés ont, toute
tendance politique confondue, demandé que, enfin, Internet soit reconnu
en tant que véritable outil de travail pour la filière. En matière de
promotion de l’oenotourisme tout particulièrement, ils ont tenu à
souligner que ce media s’avère un irremplaçable moyen d’information,
rappelant au passage que le tourisme viticole draine chaque année 5
millions de visiteurs Français dans le vignoble et 2.5 millions
d’étrangers, et que cette activité contribue à la vente de 15 à 20% du
volume de vin écoulé par les exploitations viticoles. Dénonçant les « coups insupportables portés contre la filière » dans un contexte économique désastreux, ils ont demandé que soit
favorisé tout ce qui permet aux professionnels de continuer à
promouvoir ce secteur économique qui contribue positivement aux
résultats de notre balance commerciale – le vin en constitue le premier
poste excédentaire.

Les débats concernant le point précis de la publicité sur Internet
reprendront lundi 9 mars à l’Assemblée. La ministre Roselyne Bachelot a
rappelé cette nuit que la loi Evin avait favorisé l’émergence d’un « bon équilibre entre la liberté d’entreprendre et la protection de la santé ».
Souhaitons que, sur ce point également, le gouvernement choisisse de
s’opposer aux courants prohibitionnistes qui tentent de limiter au
maximum le champ de la publicité autorisée sur Internet, un media
pourtant unanimement reconnu comme incontournable. La fameuse « liberté d’entreprendre » de l’ensemble des professionnels du vin, que madame Bachelot entend
protéger, dépend donc du vote qui interviendra lundi sur les bancs de
l’Assemblée.

Lisez nos précédents articles sur le sujet :

Débat parlementaire : le lobby du vin fait entendre sa voix (05/03/2009)
Alcool et cancer : le rapport qui dérange (24/02/2009)
Le vin sur Internet en danger de mort ? (17/02/2009)
La modernisation de la Loi Evin (31/10/2008)

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

A Chablis, inauguration de la nouvelle cuverie Long-Depaquit

Jeudi dernier (26 mars) a eu lieu l’inauguration de la nouvelle cuverie ultramoderne du château Long-Depaquit, propriété de la maison Bichot à Chablis.

Un point sur les tendances estivales du marché des enchères de vin

Chers amateurs, même si vous avez passé une partie du mois d’août sur votre serviette de plage/bateau/avion, vous n’avez pour ...

Investissement vin | Comment éviter les arnaques ?

Angélique de Lencquesaing, cofondatrice d’iDealwine, vous livre quelques conseils pour investir dans le vin en déjouant les pièges.