Le vignoble de François Ier ressuscité 500 ans plus tard

Chambord-soir-®ludovic_letot-2
®Ludovic Letot

En ce mois de juin 2015, le domaine de Chambord entreprend de replanter les vignes de François Ier, 500 ans après leur introduction en Val de Loire en 1519.

Le célèbre château de Chambord, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, fut construit pour François Ier à partir de 1519 sur la commune du même nom, à l’emplacement de l’ancien château des comtes de Blois et de l’église du village, et ce, dans le but d’affirmer son pouvoir et de lui servir de résidence de chasse. Dès le commencement des travaux, François Ier ordonna d’importer 80 000 pieds de Bourgogne probablement issus d’un croisement de pinot noir et de gouais blanc et qui prendra le nom de romorantin (à cause de la petite ville toute proche), ce qui marqua le début de la viticulture dans ce château. Si par la suite, les vignes disparurent du domaine, elles sont aujourd’hui de retour avec cette initiative étonnante, entérinée par le projet « Chambord ou la cité idéale » voté par le conseil d’administration fin 2014. A noter que le cépage romorantin qui caractérise aujourd’hui l’appellation Cour-Cheverny n’est présent dans le monde que dans cette seule partie du Loir-et-Cher !

Plantation_vigne_(c)_Ludovic_Letot_-_Domaine_national_de_Chambord_120615_BD_2
®Domaine national Chambord

Le choix du cépage, identique à celui planté cinq siècles plus tôt, est fort intéressant. En effet, une partie de la vigne plantée sera constituée de plants pré-phylloxériques (datant d’au moins 1840, propriété de la famille Marionnet, de célèbres viticulteurs de Touraine). Ce choix de ceps de vigne engendre donc un risque non négligeable que la vigne soit touchée par le phylloxéra, même si apparemment, les pieds de la famille Marionnet sont épargnés comme l’affirme, sans avoir lui-même trop d’explications, Henry Marionnet (« Même l’INRA ne trouve pas d’explication. Elles sont peut-être génétiquement un peu différentes des autres, ou bénies« ). La création du vignoble est prévue en deux étapes avec la plantation de six hectares en juin – les premiers pieds ont été plantés le 12 juin –  (deux hectares de romorantin pré-phylloxérique et quatre hectares de pinot noir), puis six hectares supplémentaires en 2016 (deux hectares de romorantin pré-phylloxérique, trois hectares et demi de romorantin greffé et un demi-hectare de gamay). Les vignes de Chambord seront exploitées en régie directe, en partenariat avec de la famille Marionnet.  Les 12 hectares d’un seul tenant sont situés dans l’enceinte du domaine, près d’une ancienne ferme située à moins d’un kilomètre du château, au lieu-dit de l’Ormetrou à l’endroit où un clos de 6 ha est attesté par un plan de 1786 et par un acte notarié de plantation et d’entretien de cette vigne qui date du 9 février 1787. De ce lieu, on a une vue exceptionnelle du château.

Plantation_vigne_(c)_Ludovic_Letot_-_Domaine_national_de_Chambord_120615_BD_
®Ludovic Letot

Ce projet répond à de multiples objectifs. Il a tout d’abord une visée écotouristique évidente, puisque le vignoble sera ouvert au public dans le cadre de visites à vélo ou en calèche, avec la possibilité de participer aux vendanges et il existe également une ébauche de projet d’hébergement. Selon Jean d’Haussonville, directeur général du domaine « Les vignes étant visibles des terrasses, on restitue la beauté du paysage, » l’objectif oenotouristique sera en lien direct avec  le but de conservation du patrimoine puisque les vignes de romorantin choisies sont issues de la seule vigne pré-phylloxérique connue pour ce cépage, qui en fait en quelque sorte une lointaine descendante de la vigne plantée au XVIe siècle ! Le vin devrait ainsi être légèrement différent de celui issu de romorantin greffé. Toujours en lien avec les deux précédents, ce projet vise aussi à accroître la biodiversité du domaine qui s’est engagé écologiquement au sein du réseau Natura 2000. Le vignoble sera d’ailleurs cultivé en agriculture biologique (à la demande de Ségolène Royal). Enfin, les raisons pécuniaires ne sont bien sûr pas absentes et les ressources financières qu’il générera devraient permettre d’accroître l’autofinancement du domaine, conformément aux objectifs (la part de l’autofinancement étant actuellement de 86,8%). A noter d’ailleurs que le financement du projet se fera également par mécénat à partir du mois de septembre avec la possibilité de parrainer un pied de vigne qui portera son nom et un droit d’option pour l’acquisition des futures bouteilles qui auront (pour celles issues du romorantin) l’appellation Cour-Cheverny.

La première récolte de ce nouveau vignoble de Chambord est prévue pour 2019, soit exactement 500 ans après le début de la construction du château, de quoi fêter un anniversaire marquant. La production devrait atteindre 50 à 60 000 bouteilles … Un projet prometteur !

 

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le Blog iDealwine :

Une vigne de chenin à Amboise

Saumur, Vouvray, Montlouis : les différentes expressions du chenin dans la Loire

Riesling, un très grand cépage

Clos Cibonne et son cépage fétiche, le tibouren

Domaine des Roches Neuves : au sommet de la Loire

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Enchères | Inspirations estivales en 4 200 vins

Grands crus, vins de méditation, vieux millésimes français et étrangers… Profitez de l’été pour vous inspirer et refaire votre cave !

Grand cru Marcel Deiss vignes iDealwine

Récit | Une journée au domaine Marcel Deiss

Écoutons notre rédactrice Constance raconter sa journée au domaine Marcel Deiss. Un moment exceptionnel pour découvrir le travail unique et controversé de cet alsacien.

Interview BFM Business | Comment se porte le marché des enchères de vin ?

Alors que l’épidémie de Covid 19 n’appartient pas encore au passé, un point sur le marché des enchères de vin avec Angélique de Lencquesaing, cofondatrice d’iDealwine.