Le Muscadet | Un champ des possibles extraordinaire

La vallée de la Loire passe par pas moins de 14 départements de la Vendée au Puy de Dôme. On peut la diviser en quatre sous-régions dans laquelle une multitude de cépages s’épanouissent grâce à une exceptionnelle diversité de climats. Tout à l’est, nous avons le Centre Loire où règnent le sauvignon blanc et le pinot noir. Ensuite, nous avons la Touraine et l’Anjou, les terres de prédilection du chenin blanc et du cabernet franc. Et le long de l’Atlantique, bien évidemment… nous avons le Muscadet avec son célèbre melon de bourgogne.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il va falloir tordre le coup à certaines idées reçues… Le muscadet ne jouit pas d’une grande réputation dans l’imaginaire de beaucoup de personnes et ce pour plusieurs raisons. On a tendance à l’associer à des vins bas de gamme, à l’acidité élevée voire parfois tranchante. Et si ça a pu être vrai par le passé, dire cela aujourd’hui reviendrait à ranger tous les vins du Languedoc dans la case des vins puissants et sans subtilité, une belle erreur !

Revenons à nos muscadets. Le seul cépage que vous trouverez là-bas s’appelle le melon de bourgogne ! Selon les ampélographes (scientifiques spécialisés dans l’études des cépages), il aurait navigué jusqu’à Nantes depuis la Bourogne, il y a maintenant quelques siècles.

Le melon de bourgogne apprécie particulièrement le climat océanique du pays nantais et résiste également très bien aux froids hivernaux, il n’en fallait pas plus aux vignerons du Muscadet pour qu’ils l’adoptent. Il donne des vins explosifs, frais aux arômes de citron, d’amande et même de miel après quelques années. Après, on peut retrouver énormément d’expressions de ce cépage, tout dépend du sol sur lequel il pousse et du style de vinification.

L’élevage sur lies, qu’est-ce que c’est ?

La mention « sur lies» fait référence à une méthode de vinification bien particulière née de l’habitude qu’avaient certains vignerons de garder leur meilleure barrique pour fêter les grands événements. S’il est généralement d’usage d’enlever les dépôts solides dus à la fermentation après celle-ci (soutirer), cette « barrique de noces » avait le droit à un traitement différent. Les vignerons du muscadet n’effectuaient aucun soutirage et la laissait se reposer tout l’hiver dans un coin du chai. Ils ont remarqué que les vins n’avaient rien à voir. Ils étaient sapides, plus souples, parfois perlants mais pouvaient surtout être gardés bien plus longtemps.

Cette coutume est tout naturellement entrée dans les codes de l’appellation (en 1977). Pour obtenir la mention « sur lies », il faut que le vin passe au moins un hiver en contact avec ses lies et soit embouteillé entre le 1er mars et le 31 décembre suivant la récolte.

Envie de vous faire une idée plus concrète ? La cuvée Les Laures 2018 du domaine Bonnet-Huteau en est un parfait exemple. On y retrouve toute la richesse et la souplesse des grands vins du muscadet élevés sur lies.

Autant d’expressions du muscadet qu’il y a de terroirs

Il n’y a pas que l’élevage sur lies qui est important, le sol joue également un rôle primordial. On retrouve une structure très variée de roches issues de l’éruption de volcans ayant eu lieu des millions d’années auparavant. Pour vous faire une idée, nous vous proposons de déguster deux cuvées du même producteur, réalisées dans les mêmes conditions, à une seule différence près… les sols.

Pour cet exercice pratique, nous avons choisi de faire confiance au domaine de l’Ecu qui en plus de très bien travaillé dans la vigne est connu pour n’utiliser aucun artifice en cave.

Commençons avec sa cuvée expression de gneiss 2018 qui comme son nom l’indique a été faite à partir de vignes plantées sur du gneiss. On y retrouve une belle minéralité bien sûr mais ce qui va caractériser le vin sera un gras persistant dû, à l’élevage sur lies mais également au sol. Alors que dans sa cuvée expression de granite 2018 le caractère iodé et minéral prend complètement le dessus sur la rondeur provoquée par l’élevage sur lies.

Vous voulez en savoir plus sur le vignoble ligérien ? Cet article est fait pour vous !

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Tuber melanospurum : la chasse à l’or noir dans le Vaucluse

Savez-vous où l’on peut trouver les meilleures truffes ? Richerenches, dans le Vaucluse, s'est auto-proclamée "capitale de la truffe". Chaque année elle accueille le plus important marché aux truffes d'Europe.

Patrimonio

Oenotourisme : les vacances des iDealwinneuses

Le vin n’est pas l’apanage exclusif des hommes ! Trois iDealwinneuses nous racontent leurs découvertes estivales, entre Corse, Ardèche et Alsace. A la clé, une rencontre avec la famille Deiss.

Londres by night

La cave du gouvernement anglais vendue aux enchères !

L’heure des économies a manifestement sonné dans toutes les grandes capitales ! Après la vente de la cave de la Mairie de Paris, il y a quelques années, c’est au ...