Le château Haut-Bailly rachète son voisin, le château Le Pape

Robert Wilmers, banquier américain et propriétaire du château Haut-Bailly, vient de racheter son plus proche voisin, le château Le Pape et ses sept hectares de vignes détenues jusqu’alors par la famille Monjanel.
Le château Haut-Bailly est une propriété 28 ha de vignes, situées à Léognan et acquise par Robert Wilmers en 1998. L’encépagement est réparti entre cabernet sauvignon (65%), merlot (25%) et cabernet franc (10%).
Les vignes existaient déjà au XVe siècle sur le lieu-dit du Pujau, à l’emplacement du terroir actuel de Château Haut-Bailly. Au XVIIe siècle le domaine devient la propriété de deux banquiers parisiens, Firmin Le Bailly et Nicolas de Leuvarde, tout deux créanciers des précédents propriétaires. Lepremier laissera son nom au château Haut-Bailly.
En 1872, Alcide Bellot des Minières achète le terrain, sur les conseils de Monseigneur Bonnet, archevêque de Bordeaux et fait édifier le château actuel. En quelques années, cet entrepreneur et viticulteur avisé hisse les vins de Haut-Bailly au plus niveau. En 1955, le domaine est racheté par le négociant Daniel Sanders. Cette famille, aujourd’hui représentée par Véronique Sanders, directrice générale, est depuis lors restée aux commandes du domaine, bien que celui-ci ait fait l’objet d’un rachat par l’Américain Robert Wilmers en 1998. D’importants investissements ont été consentis dans la vigne, le cuvier et les chais. Le vignoble de Haut-Bailly repose sur un terroir magnifique : un sol de sable mêlé de graves, sur un sous-sol composé de pierres fossiles. Parfaitement drainé en raison de l’inclinaison des pentes, le vignoble est conduit de manière traditionnelle, labouré à l’ancienne, sans recours aux désherbants. Il compte encore de très vieilles vignes, aux cépages très variés, plantés juste après le phylloxéra : cabernet franc, carmenère, merlot, malbec, petit verdot, cabernet sauvignon. Les rendements sont volontairement limités et après des vendanges manuelles, plusieurs opérations de tri interviennent à la vigne, au chai, puis sur une table vibrante, après l’égrappage des ceps. La vinification est effectuée dans des cuves séparées selon les parcelles. A l’issue de l’assemblage, les vins sont élevés 18 mois dans des fûts de chêne dont 50% à 65% son renouvelés chaque année. La prédominance du cabernet sauvignon donne des vins racés et aptes à une très longue garde, mais aussi très recherchés pour leur finesse et leur équilibre.
Le domaine produit un Pessac-Léognan », et un rosé produit depuis 2004 (lorsque le millésime le permet). À la différence de la majorité des autres crus classés de Graves, Haut-Bailly ne produit pas de vin blanc.
Le Château Le Pape, quant à lui, est une propriété plantée à 80% de merlot et 20% cabernet Sauvignon et il produit en moyenne 33 000 bouteilles par an.
Véronique Sanders sera désormais en charge des deux propriétés et sera accompagnée de Gabriel Vialar (directeur technique) qui se voit confier les décisions techniques du château Le Pape.
Enfin, à la question brûlante de savoir si les raisins du château Le Pape seront destinés à augmenter la production du grand vin de château Haut Bailly, Véronique Sanders a répondu par un non catégorique : «  Nous avons l’intention de garder l’identité de cette belle propriété ». Notons que, légalement, rien n’empêcherait les Wilmers d’inclure la production du château Le Pape dans celle de son château Haut-Bailly, les deux châteaux étant situés sur l’appellation Pessac-Léognan.
Affaire à suivre !
La cote du Château Haut-Bailly dans les ventes aux enchères
Cote de Château Haut-Bailly Cote

iDealwine
Château Haut-Bailly 1990 77 €
Château Haut-Bailly 1995 43 €
Château Haut-Bailly 1996 40 €
Château Haut-Bailly 2000 58 €
Château Haut-Bailly 2001 41 €
Château Haut-Bailly 2003 35 €
Château Haut-Bailly 2005 72 €
Recherchez le prix d’un vin
Consultez les ventes de vin sur iDealwine

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Carte postale 3 : Hugel, 380 ans de tradition alsacienne

Immersion dans l’un des domaines historiques d’Alsace, patrimoine que nous avons eu la joie de découvrir au cours de l’été.

Clos Rougeard : sa cote a explosé en quelques années

Qui aurait pu croire il y a cinq ou six ans à peine qu’un rouge de Saumur-Champigny atteindrait aux enchères des prix bien supérieurs à de grands crus classés bordelais ...

Domaine de La Tour du Bon : des bandols très purs et jamais fatigants

A Bandol, le domaine de La Tour du Bon travaille dans un esprit très proche du bio. Il produit des rouges à la sève nourrie par de superbes mourvèdres bien ...