J’ai couru le premier Marathon de Sauternes

Samedi 4 juin, 8h30, me voilà donc sur la ligne de départ du premier marathon de Sauternes de l’histoire, avec 514 coureurs et buveurs de fond. En verre. Fluo. Comme le raisin pas mûr.

C’est la première édition pour Sauternes, la première aussi pour moi mais je ne le saurai qu’au 31e kilomètres. A cet instant précis, mon objectif est clair : le semi, en 1h50 pépère. Je sais, grosse feignasse, mais comme je revenais du marathon du shopping à New York, de celui des primeurs un peu plus tôt, j’ai su « dire non ».

Bref, entraînement sérieux, appliqué (c’est tout moi ça !) mais pas téméraire pour autant.

6e kilomètre : je croise une connaissance « ça passe pas vite » que je lui dis, à la connaissance, qui l’a encore toute.

13e kilomètre : 1h15. Une sorte de Simon de Cyrène m’apparaît sous les traits d’une dame avec un casque à vélo : « Très belle foulée bravo ! Vous êtes super bien vous allez aller au bout ! » « Euh, non y a comme un malentendu : moi je fais le semi » « Ah non pas possible, faut que vous alliez au bout ! » Bon que je me dis (économie de pensée = gain d’énergie)

18e kilomètre
: Château Suduiraut. LE château partenaire où il était prévu de s’arrêter.

Bon – que je me redis – je pousse jusqu’au 21e.

21e kilomètre : bon, je pousse jusqu’au 23e, claquer la bise à Bernard Sirot, l’excellent confrère et propriétaire du non moins excellent Château Closiot dont j’avais pris une petite lampée de 2005 la veille.

Je croise Pascal, de l’équipe Suduiraut. Un dur à cuir. Claquage de la cuisse. Tu t’arrêtes je demande ? Jamais, je vais au bout ! Tiens, d’un coup, là, je dirais que j’ai plus tellement mal à la cheville. Et si je m’arrachais un peu les tripes ?

22e kilomètre : état de grâce. Je suis super bien, dans le rythme, grosse patate. J’accélère.

23e kilomètre : sourire, dents, photo de Bernard.

26e kilomètre : c’est long quand même leur bazar. 1ère station.

Un beau brun musclé m’offre un massage. Je dis pas non. De toute façon je vais exploser le chrono alors tant qu’à faire, autant se faire tripoter.

28e kilomètre. Château Climens. Une gorgée de Cyprès, bonjour Bérénice Lurton, deux minutes de discute, ça repose les gambettes.

30e kilomètre. Je croise Jésus. Dimanche ordinaire sans doute car pas de résurrection de mes jambes : ça tiraille dans les cuisses, début des crampes. Je dois courir depuis environ trois heures. Je n’ai pas de montre, je voyage léger.

33e kilomètre : la chaleur commence à bien se faire sentir. Faut que j’m’hydrate faut que j’m’hydrate faut que j’m’hydrate. De l’eau, du glucose. Objectif : Sigalas-Rabaud. Je marche un peu (beaucoup).

36e kilomètre. Laure Lambert des Granges (Château Sigalas-Rabaud) et son équipe font la holà. Sympa, merci !

, je me prends une crampe et pour sa cote, ça dégringole cul sec. On le saura donc : Yquem ne fait pas buvette pour le peuple, c’est vulgaire.

40e kilomètre. Ah !!!! Cela doit faire plus d’une heure que je marche. Il avait pas un cheval le premier marathonien ? Pipi. Une gentille dame m’offre l’hospitalité, je fais ma mine d’abandonnée de tous, banco ! (vivent les cours de théâtre !)

41e kilomètre. Panneau Filhot. Au rond-point, tournez à droite. Puis avancez sur un kilomètre.

41e kilomètre et demi. Portail de Filhot. « Non c’est pas là l’entrée, c’est deux cents mètres plus loin ». Vous rigolez que je dis ?????!!!???? « Non non continuez encore ». (…….)

42e kilomètre : verre verre !

Allez hop, petite foulée sur 195 mètres.

La médaille autour du cou, des magazines, une bouteille (Prieuré du Château d’Arche 2005).

Bilan : pour une première c’était réussi, ambiance familiale, public très accueillant (on l’espère plus nombreux la prochaine fois, surtout si ce n’est pas un week-end de pont…).

Je reviendrai l’année prochaine c’est sûr !

NB : Un kilomètre à pied, ça use les souliers. Après 42,195 km, je n’ai plus qu’à aller chez Raymonde* m’en racheter une paire.

Toutes les photos et plus encore sur le site www.marathon-sauternes.com

* Raymonde, la Boutique du Marathon, 26 rue Léon Jost, 75017 Paris. On essaie sa paire de chaussures dans la rue, et interdit de prendre celle qui est la plus jolie (j’ai essayé ça n’a pas marché). Ici c’est le pied qui décide.

A lire également :
Nouveau : Un marathon à Sauternes en juin 2011

Recherchez la cote d’un vin de Sauternes
Consultez les ventes de Sauternes en cours

Tags:

  • Voir les commentaires (5)

  • tiuscha

    Excellent témoignage, drôle, et quand même bravo, faut le faire !

  • FORGET

    ça change du marathon des primeurs; au lieu d’en avoir plein les papilles, on en a plein les pattes !

  • run baby run !

    Prêt pour la 2ème édition ?

  • arsene bacchus

    Moi aussi, j’y étais, mais je dois avouer que je n’ai pas eu votre courage. En tous les cas toutes mes félicitations, de même qu’aux organisateurs (http://blog.winetourbooking.com/le-marathon-de-sauternes-sur-les-pas-du-marathon-du-medoc/)

  • Véronique Raisin

    Merci ! La suite le 8 septembre prochain pour le Marathon du Médoc. L’entraînement a déjà commencé… Ora et labora :-))

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

exporations premier pays producteur oiv vin

La France perd son titre de premier producteur mondial de vin

Les derniers chiffres pour l’année 2015 confirment un léger décrochage des producteurs français par rapport à ses voisins méditerranéens. Néanmoins, les signes positifs existent puisque les exportations françaises maintiennent leur ...

Accords mets et vins

Accords mets et vins : quelques règles essentielles

Les repas de Noël et du Réveillon approchent. Pour ces grands moments de partage et avec les mets prestigieux qui seront sur la table, quels vins servir ? Voici quelques ...

hotel

Une idée de weekend : l’Ermitage de Corton

Tenté par une escapade en Bourgogne ? Voici une bonne adresse pour profiter pleinement durant un court weekend ou plus longtemps! La preuve, l’Ermitage est aussi un hôtel labellisé « ...