Interview BFM | Foires aux vins : sur quels crus miser à la rentrée ?

 

BFM-Foire-aux-vins-2020La rentrée sonne traditionnellement le coup d’envoi des Foires aux vins. Dans le contexte actuel, Angélique de Lencquesaing dresse un état des lieux du marché et donne quelques clés pour bien choisir ses vins, pour des achats effectués dans une perspective patrimoniale. Une interview réalisée par Cédric Decoeur dans l’émission BFM Patrimoine.

Qui dit septembre dit rentrée, qui dit rentrée dit Foires aux vins. La saison a-t-elle commencé, quelle est l’ambiance ?

Oui je vous le confirme, nous entrons dans le vif du sujet ces jours-ci ! L’ambiance est toujours assez fiévreuse autour de cet évènement assez joyeux en fait. Sur notre site où la vente spéciale, notre Festival d’Automne des Vins a débuté mardi, la fréquentation a comme chaque année, explosé. C’est un rendez-vous que les amateurs apprécient car il s’agit de remettre leur cave à niveau.

Cette année de Covid est un peu particulière, ressentez-vous un effet sur les Foires aux vins justement ?

Oui bien sûr, la situation est particulière à bien des égards. Déjà, chez certains amateurs, le confinement a eu pour effet de vider leur cave. Ces Foires aux vins leur offrent l’occasion de la remplir à nouveau, et peut-être pas de la même manière qu’avant.

Comment cela ?

Trois points méritent d’être soulignés.
Tout d’abord et ce n’est pas sur ce plateau que je vais le développer, les craintes qui pèsent sur la situation économique incitent à une certaine prudence dans les achats de vin.

Le deuxième point est également directement lié au contexte de la pandémie de Covid. Les amateurs ont plébiscité durant le confinement des vins de plaisir immédiat, relativement faciles. Et aussi à des niveaux de prix pas trop élevés. Je ne dis pas qu’ils n’ont bu que cela, mais en tout cas ils savent qu’il est important d’en avoir sous la main. D’ailleurs, c’est un fait assez général, les belles opportunités sont nombreuses dans les catalogues des Foires aux vins pour des vins vendus à prix doux.

Troisième point important. La quête de vins produits de manière propre a continué à s’étendre. Je veux parler des vins en bio, biodynamie, et même des vins nature pour lesquels le phénomène continue à s’amplifier, à l’échelle mondiale.

C’est donc sur des vins de petit budget que vous recommandez de se concentrer cette année ?

Tout dépend de votre objectif. Si vous prévoyez d’ouvrir vos vins prochainement, vous allez trouver une myriade de belles affaires un peu partout, c’est à y perdre la tête. C’est d’ailleurs un autre des effets de la situation actuelle, les stocks disponibles à la vente sont relativement importants, même si ce n’est pas le cas pour tous les vins.
Mais comme nous sommes ici pour parler d’investissement, on peut s’autoriser à augmenter légèrement son budget car là, il y a également beaucoup, beaucoup d’achats passionnants à réaliser !

Quels sont vos conseils, sur quelles régions, quels types de vins faut-il se tourner ?

La région traditionnellement majoritaire en Foire aux vins, ou en tout cas la plus visible est Bordeaux. Là, les trésors sont légion. Et la bonne nouvelle est que nous avons vu se succéder plusieurs très belles années dans ce vignoble, récemment. Privilégiez les millésimes de belle garde (une condition sine qua non pour l’investissement vin) comme 2018, 2016, 2015. A certains égards, 2017 est intéressant aussi (notamment en termes de prix) mais plus dans un objectif de consommation que de placement stricto sensu.

Et vous recommanderiez certains vins en particulier, ou des appellations ?

Il y a des trésors dans toutes les appellations de Bordeaux. Qu’il s’agisse des grands noms du Médoc, des Graves ou de la rive droite, Saint-Emilion et Pomerol en tête. Avec un petit coup de cœur pour cette dernière car en raison de la superficie des domaines, les vins sont plus difficiles à trouver, plus rares – deuxième critère clé pour l’investissement -. Privilégier, une fois encore, les belles années, et, pourquoi pas si vous les trouvez, les grands formats. Mais attention, les appellations moins sous le feu des projecteurs, voire les vins produits sans AOC, sont parfois passionnants aussi, et les efforts menés pour les réaliser importants, ils méritent toute l’attention des chasseurs de bonnes affaires.

Pas de Sauternes ?

Si, vous en trouverez d’incroyables à des prix indécents, au regard du travail mené pour les produire. Mais attention, dans une perspective patrimoniale, le sauternes se valorise à très long terme.

Et dans les autres régions ? La Bourgogne peut-elle se retrouver en Foire aux vins ?

La rareté des vins de Bourgogne ne facilite pas les choses, bien sûr. Et pourtant, à dose homéopathique, on trouve de très beaux flacons dans certains catalogues, plutôt du côté de la côte de Beaune que de la Côte de Nuits, certes, mais on trouve de beaux pinots et aussi et surtout, de superbes chardonnays dans des appellations majeures comme Meursault, par exemple. On touche là de beaux vins de placement.

La vallée du Rhône est aussi une région à explorer dans ces Foires aux vins ?

Oui, même si les vins plus abordables sont légion, notamment parmi les côtes-du-rhône qui offrent des rapports qualité-prix incroyables. On trouve aussi de grandes étiquettes de Côte-Rôtie et parfois, en cherchant un peu, de beaux saint-joseph, condrieu… mais il est intéressant de creuser au Sud de la région, dans les appellations autour de Châteauneuf du Pape (une appellation intéressante en FAV cette année, au passage), je pense à Cairanne, à Beaume de Venise… ce sont des vins qui bénéficient encore de prix relativement doux au regard de leur qualité.

Et dans les autres régions ?

Difficile de faire le tour de tout le vignoble, mais nous avons la chance de trouver cette année des trésors un peu partout, notamment dans la vallée de la Loire, avec des cabernets francs de belle garde et des chenins sublimes, en Languedoc avec une belle série de grands domaines, dans le Jura et en Savoie avec des noms qui aujourd’hui sont devenus des icônes. C’est incroyable ce que les Foires aux vins sont devenus un repaire de signatures pointues que les amateurs plébiscitent. Et attention, parmi ces vins se trouvent les étoiles d’aujourd’hui et de demain, qui vont se valoriser dans votre cave, nos derniers résultats d’enchères sont là pour en attester…

Peut-on acheter des vins étrangers en Foire aux vins ?

Oui, les vins étrangers sont passionnants ! On trouve d’élégantes signatures italiennes, de grands rieslings allemands, quelques fiers espagnols. Voire des vins venus de contrées plus lointaines (Afrique du Sud notamment). Une belle occasion de voyager, et aussi de découvrir d’autres profils de vins et de cépages. En termes de placement, les vins qui se valorisent le mieux sont encore les grandes signatures italiennes du Piémont et de Toscane, mais dans tous ces pays le cercle s’élargit, c’est vraiment le moment de s’y intéresser. Les prix ne sont pas d’ailleurs si abordables que cela, je pense notamment aux micro-productions des grands vignobles américains, vendus très chers dès la sortie de la winery. Enfin, ceux-là, vous ne les trouverez pas a priori en FAV…

Mais comment s’y retrouver quand on n’est pas spécialement connaisseur ?

Les revues spécialisées font un travail exceptionnel au moment des Foires aux vins. Même nous, qui organisons un tel évènement sur le site d’iDealwine, jetons un œil sur les offres de nos confrères, les tentations sont nombreuses. Nous qui connaissons bien les prix et les domaines prisés des amateurs les plus pointus, nous pouvons attester du travail remarquable effectués par les dégustateurs tels que Le Point (le précurseur en la matière), la RVF, l’équipe bettane+desseauve ou Terre de vins, et aussi les grands journaux plus généralistes qui consacrent des dossiers spéciaux à cet évènement. Leurs coups de cœur nous font souvent craquer nous aussi !

J’ajoute que ces spécialistes se sont attachés à débusquer les vins abordables dans les différentes enseignes. Le magazine Le Point notamment, se concentre sur les flacons vendus à moins de 12€. Une quête bienvenue car si tout le monde sait qu’un grand cru classé de belle facture est un achat sans grand risque de déconvenue, il est souvent difficile de s’y retrouver parmi des appellations méconnues ou des domaines émergents.

Donc il faut se documenter….

Oui, avant d’acheter, c’est intéressant de lire toute cette belle prose, de comparer les prix… et de se montrer réactifs ! Car tous les vins ne sont pas disponibles en quantités infinies. Et ce sont justement ceux-là qui seront parfois les plus intéressants à acquérir dans une perspective patrimoniale.
Lire, s’informer, comparer les prix… à la cote habituelle de ces vins, c’est un entrainement nécessaire avant de se jeter dans l’arène des Foires aux vins !

Découvrir le Festival d’Automne des vins, la Foire aux vins d’iDealwine

Voir les ventes de vin sur iDealwine

Demander une estimation gratuite de vos vins

 

 

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Palmarès Rhône | Les plus belles enchères du 1er semestre 2020

Vieux millésimes, grands classiques ou nouvelle vague, grands formats et domaines disparus sont encore et toujours les clefs du succès des vins du Rhône aux enchères.

chateau-des-jacques

Château des Jacques à Moulin à Vent : une ambition bourguignonne

Cyrille Jomand nous raconte l'inauguration de la nouvelle cuverie du Château des Jacques (Beaujolais), comme si vous y étiez

Domaine Josmeyer : le meilleur de la grande tradition alsacienne

Josmeyer c’est à la fois la grande tradition alsacienne dans ce qu’elle a de meilleur et la modernité d’une biodynamie certifiée. Des vins bien secs, d’une pureté et d’une droiture ...