Indices WineDex® iDealwine : +9,44% en 2014

Les indices iDealwine ont terminé l’année 2014 sur une hausse de 9,44%. Une performance qui doit beaucoup à la méthode de calcul de l’indice. Si les Bordeaux ont connu une longue période de stabilisation à partir du deuxième trimestre, les autres régions, la Bourgogne et la vallée du Rhône, ont continué à progresser jusqu’en fin d’année.

l'indice

L’indice iDealwine a, d’une manière générale, et toutes régions confondues, été porté par l’entrée du millésime 2009 dans le panier des valeurs qui composent cet indicateur. Pour mémoire, chacun des vins qui figurent dans l’indice est décliné sur dix millésimes, afin de refléter au plus près l’évolution du marché. Et chaque année, la composition de l’indice « glisse » : un millésime sort (en 2014, il s’est agi du 1999) et un nouveau millésime fait son entrée (le 2009 en 2014), et ce afin de conserver 10 années de millésimes dans le panier de valeurs. L’impact de l’entrée du 2009, marqué par une explosion des prix de vente en primeur à Bordeaux, a donc été significatif. L’indice iDealwine a mathématiquement enregistré une très forte hausse en début d’exercice.

Les vins de Bordeaux ont subi, à compter du mois d’avril, une période de baisse des cours, décrue qui s’est stabilisée en fin d’année, période traditionnellement faste pour les achats de belles étiquettes. L’affaissement des cours a principalement impacté les millésimes les plus récents, et notamment les 2009, pour lesquels le marché a peiné à s’équilibrer. En revanche, le millésime 2000 est resté très recherché, de même que le 2005 qui a retrouvé les faveurs du marché. Les années moins prestigieuses telles que 2007 ont en revanche peiné à trouver preneur.

Près de 10% de hausse pour les vins de Bourgogne

Les vins de Bourgogne, portés par leur rareté, sont ceux qui ont enregistré la meilleure performance, avec 9,97% de progression en 2014 pour l’indice iDealwine Bourgogne. Les vins du domaine de la Romanée Conti ont continué à progresser, portés par une demande mondiale. Le succès des vins des domaines Roumier et Armand Rousseau ne s’est pas démenti, et l’on a vu émerger aussi dans les ventes un engouement marqué pour les vins du domaine Mugnier. Les blancs eux aussi ont contribué au succès de cette région aux enchères. Quelque peu délaissés ces dernières années, ils ont opéré un retour en force en 2014. Au tout premier plan, les vins du domaine Coche-Dury, et notamment son rare Corton-Charlemagne, mais aussi les montrachets du domaine Leflaive. Incontournables également, les chablis du domaine Raveneau.

Dans la vallée du Rhône, les quatre derniers mois de l’année ont vu la reprise des échanges (et la hausse des prix) sur les grandes cuvées de Côte-Rôtie (Guigal, Jamet), d’Hermitage (Chave) et de Châteauneuf-du-Pape. Au sein de cette dernière appellation, le Château Rayas continue à faire des étincelles. C’est bien simple, on  n’a pratiquement pas vu de baisse de cours en 15 ans d’analyse ! La vallée du Rhône semble se réveiller après plusieurs années d’atonie, tant en terme de prix que de volume de vins proposés à la vente. Cette région a paradoxalement subi les effets d’une succession très rapprochée de grands millésimes : 2005, 2007, 2009, 2010. La demande, notamment en panne aux Etats-Unis (pays traditionnellement fortement acheteur) a peiné à absorber un volume significatif de flacons, à des niveaux de prix élevés, mais justifiés par la qualité des vins. Les amateurs désireux de vendre leur cave ont rechigné à mettre sur le marché ces belles cuvées, les prix attendus n’étant pas jugés suffisamment incitatifs. La reprise de la demande sur ces belles cuvées devrait signer la reprise pour les vins de cette région.

Quelles perspectives pour 2015 ? Les indicateurs économiques, le volume de vins disponibles et l’état actuel de la demande n’incitent pas à penser que, au cours des semaines ou des mois à venir, le marché va s’emballer sur les millésimes récents. La stratégie va avant tout consister à suivre de près les cours, guetter ce que l’on appelle les « creux des ventes », les bonnes affaires, en suivant de près la cote des vins. De belles opportunités devraient ainsi permettre aux amateurs de (re)constituer une très belle cave à des niveaux de cours attractifs, mais dans une perspective de valorisation à moyen, voire à long terme.

Vous souhaitez vendre vos vins ? Vendre son vin avec iDealwine

Demandez une estimation gratuite

En savoir plus sur l’investissement vin

Recherchez le prix d’un vin

Consultez les ventes de vin

A lire également dans le Blog iDealwine :

Palmarès 2014 des vins les plus chers vendus aux enchères sur iDealwine

Belles enchères : vieux bordeaux, bourgognes blancs et châteauneufs en tête d’affiche lors de la vente du 14 janvier

Que valent les bourgognes 2013 ?

Bordeaux 2005 : dix ans après, comment évolue la cote ce millésime de légende ?

Enchères mondialisées pour les Bordeaux 1990, les flacons d’Henri Jayer et les vins du domaine Roumier

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

La société MMD distribuera Petrus aux Etats-Unis

Filiale de la maison champenoise Louis Roederer, la société Maisons Marques & Domaines (MMD) ajoute à son portefeuille de distribution quatre châteaux bordelais : Petrus, Certan de May, de Sales ...

Recette de la semaine : pigeon en cocotte et petits pois

Succulente, cette recette de pigeon en cocotte avec des petits poids à la française ! A accompagner d'un pinot noir de Bourgogne alliant à la finesse une certaine puissance, ou ...

iDealwine vente en salle

Lafite, Petrus, Yquem, Moët, Côte-Rôtie La Turque, laissez-vous tenter !

Plus de 650 lots proposés pour cette vente ! Découvrez des caisses de Châteaux Lafite de 1993 à 1996, ainsi que des bouteilles du Château Léoville Barton 1989 et Yquem ...