Grands Jours de Bourgogne : 2010, grand millésime à Chablis et dans le Mâconnais

de Chablis et du Mâconnais.

En goûtant sur plusieurs appellations des dizaines et des dizaines de domaines aux styles parfois très différents, il y a une information qu’on ne peut manquer, c’est celle de la qualité du millésime. La quasi totalité des producteurs présentant leurs 2010, il est vite devenu évident, au fil des dégustations, que ce millésime est une excellente année pour les blancs bourguignons, qu’ils soient nordistes (Chablis) ou sudistes (Mâcon, Pouilly-Fuissé et Saint-Véran). Le profil général des 2010 est assez proche des 2008, c’est à dire des vins dotés d’un joli fruité mûr tenu par une belle acidité intégrée. La nuance, par rapport à 2008, est que les maturités semblent en moyenne plus accomplies et que l’acidité est un peu moins en avant. Bref un équilibre magnifique qui donne envie de boire ces vins très rapidement mais qui permettra également de les garder sans problème.

A Chablis, la réussite du domaine Louis Michel est impressionnante. L’ensemble des premiers crus est absolument remarquable avec une mention particulière pour une nouvelle cuvée, Séchet, qui entrait jusque-là dans le Vaillons et qui possède un équilibre magnifique ! Belle réussite aussi de Forêt et de Montée de Tonnerre. Les grands crus 2010, pas encore en bouteille devraient être extraordinaires !

Toujours à Chablis, belle gamme homogène chez Christian Moreau qui est en conversion bio et vinifie maintenant en levures indigènes (comme Louis Michel depuis quelques années). Des vins dynamiques avec du caractère et cet équilibre formidable des 2010 qui allie fruit et tension. Ressortent particulièrement, le premier cru Vaillons et le grand cru Vaudésir.

A noter encore à Chablis, le domaine Oudin (un chablis générique “de comptoir”, frais et désaltérant et un premier cru Vaucoupins mûr et qu’on a terriblement envie de boire tout de suite !).

Dans le Mâconnais, de nombreux domaines présentaient des vins forts plaisants qui surfent sur les qualités du millésime 2010. La multiplicité des sélections parcellaires est parfois un peu déroutante dans certains domaines, même si elle se base sur des caractéristiques de sol ou de sous-sol. Six ou sept cuvées de Pouilly-Fuissé pour un même producteur, est-ce bien nécessaire ?

légèrement plus marqués chez les premiers, qui ont tendance à alourdir les vins. Ressortaient ce jour-là le Pouilly-Fuissé Clos de la Roche chez Saumaize-Michelin (frais, finale minérale, sensation de calcaire) et chez Jacques et Nathalie Saumaize, un Mâcon-Bussières Montbrison (pur, net, direct), un Saint-Véran Poncetys (fin, frais, minéral) et un magnifique Pouilly-Fuissé Vieilles Vignes (aérien, délicat, élégant).

Gamme très homogène aussi, et dans un style assez proche de Jacques et Nathalie Saumaize, chez Daniel et Martine Barraud. Un beau Saint-Véran “Les Pommard” (dense mais fin), et deux splendides Pouilly-Fuissé, que ce soit “La Verchère” (aérien, délicat, finale saline minérale) ou “Les Crays” (plus dense et plus puissant, mais qui reste élégant).

Les plus beaux blancs de Mâcon il faut aller les chercher chez Nicolas Maillet avec trois cuvées merveilleuses de gourmandise fruitée et de fraicheur, que ce soit le Mâcon-Izé, le Mâcon-Verzé ou le Mâcon-Verzé “Le Chemin Blanc”, le seul à mériter deux ou trois ans de patience, les deux autres étant trop bons tout de suite pour résister ! A noter aussi dans ce domaine un aligoté étonnant de présence et de densité !

A suivre, un point sur les grandes appellations de la Côte de Nuits qui sera publié d’ici peu.

En savoir plus sur les vins de Bourgogne

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Le Grand Tasting by B+D, Shanghai juin 2019

Notre équipe de Hong Kong s’est rendue à Shanghai pour rencontrer des amateurs chinois et participer au Grand Tasting de Shanghai, organisé comme chaque année par B+D.

Recette de la semaine : fricassée de volaille crémée à la truffe

On ne pense pas assez souvent à associer la chair délicate d’une belle volaille avec un vin blanc. L’accord fonctionne pourtant toujours très bien, particulièrement avec une sauce à la ...

Recette de la semaine – Côte épaisse de veau aux girolles

On n’y pense pas assez souvent mais un vin blanc un peu riche s’accorde parfaitement à une belle viande blanche (ou volaille) rôtie ou poêlée. C’est le cas de cette ...