Grand Tasting 2019 : iDealwine emporté par la foule

Grand-Tasting-2019-iDealwineNous avons voulu, cette année, frapper un grand coup et ouvrir des flacons rares et uniques au monde. On le pressentait, il fallait donc vérifier : le test est concluant, quand on ouvre du lourd, on retourne le Louvre.

Tout avait commencé, comme nombre de méfaits, sous couvert d’expérience scientifique. Une question taraudait en effet depuis des mois notre équipe, pourtant titulaire à elle seule de 3 prix Nobel et 2 médailles Fields.

Que se passerait-il, si, au cours d’un salon réputé et ouvert au grand public, des individus venaient à déboucher des flacons extrêmement recherchés (toutes choses égales par ailleurs) ?

Grand-Tasting-2019-iDealwine-3

Si vous pensez connaître la réponse, prenez garde. Il n’est pas dans nos habitudes de grands scientifiques de prendre pour argent comptant de simples intuitions. Encore faut-il les prouver ! « L’expérience scientifique est une raison confirmée », disait Bachelard. Certes, vu comme cela, ça parait un peu futile de prendre la peine de travailler dans nos laboratoires. Mais, l’expérience consistant à déguster des sublimes vins, mettons Bachelard au placard et écoutons plutôt Goethe : « Grise est toute théorie, vert l’arbre doré de la vie ». Vivons donc cette science de 75cl au plus près, sur le terrain, de manière évidemment désintéressée, puisque c’est bien connu, les grands crus nous laissent, chez iDealwine, de marbre.

Après avoir écumé toute la documentation disponible sur ce sujet captivant, dont l’éclaircissement ouvrirait sans doute notre compréhension de la plus profonde essence humaine, le comité de recherche réuni sous la houlette d’Angélique de Copernic, Elsa Einstein, Constance Mendeleïev et Astrid Ohm, dessina peu à peu les contours de l’expérience, en retournant l’axiome habituel de ce type de stratagème : il fallait cacher l’aspect scientifique derrière un aspect à première vue commercial, et non l’inverse ! Une idée qui aurait sans doute pu inspirer nombre de baleiniers japonais.

Ainsi, la veille au soir, dans un travail d’orfèvre, notre algébrique équipe vint, comme à l’habitude, préparer moult affiches, présentoirs, petits cadeaux, tire-bouchon de toutes sortes et écrans géants d’« en moyenne 60,4 demi-pouces carrés par once de livre cube sur une distance de 0,08 miles par barrique de pieds », d’après notre britannique Grace Newton, quelque peu à part sur le plan des unités.

Dès le vendredi matin, nos instruments étaient en place : applaudimètres, hygromètres, baromètres, sismographes et autres capteurs thermiques devaient aider à comprendre et quantifier les réactions du public au fur et à mesure de l’expérience. Mais tout scientifique est avant tout moderne, c’est bien connu, et une énergie particulière fut donnée à l’analyse des réseaux sociaux, nouveau faisceau du monde. Instagram est-il autre chose qu’une application qui partage un nombre incommensurable de photons ? (et toc !)

Grand-Tasting-2019-iDealwine-5

Alors que se pressèrent les premiers visiteurs, cobayes ne connaissant pas encore leur chance, les premiers flacons furent débouchés avec précision. Les effervescents et leurs 6 bars, soit environ 6400 hectopascals en bouteille, soyons précis, furent les premiers touchés, à travers les cuvées d’Alain Voge « Les Bulles » 2013, et de Jacques Lassaigne, « La Colline Inspirée », bien évidemment tout sauf choisie au hasard. Ce petit échauffement matinal, que l’on pourrait qualifier d’étalonnage, de tare sur la balance, allait laisser la place à ce que la science comptait de plus sombre dans son histoire : la popularité, phénomène souvent mal vécu par la communauté des chercheurs, qui désapprouve systématiquement ceux qui se laissent attirer par ses sirènes trop concrètes. Mais chez iDealwine, pourtant, nous n’avions pas succombé à la vulgarisation, loin s’en faut.

Avec en permanence plus d’une dizaine de cuvées à déguster sur le stand, de toutes les régions et pour tous les goûts, nous voulions créer un terreau fertile et redondant, les passants passant et repassant par cent fois non sans cinq sens mais sans cinsault (olé). Vous retrouverez le détail des vins dans l’annexe 586b alinea 3 des paramètres choisis, ou plus simplement ci-dessous :

Les blancs :
Alexandre Bain L. d’Ange 2014 (Loire)
Belluard Les Alpes 2016 (Savoie)
Château de Reignac 2017 (Bordeaux)
Chablis Tête d’Or Billaud Simon 2016 (Bourgogne)
Crozes-Hermitage Domaine Graillot 2016 (Rhône)
Riesling cuvée Albert domaine Albert Mann 2016 (Alsace)
Côtes Catalanes Olivier Pithon Maccabeu 2015 (Languedoc Roussillon)
Côtes-du-Jura Jean Macle 2014 (Jura)
Reuilly Domaine Les Poëte « Orphée » 2015
Château Lafaurie-Peyraguey 1997 (Liquoreux de Bordeaux)

Grand-Tasting-2019-iDealwine-2

Les rouges
Château Léoville Las Cases 2003 (on se donne les moyens de l’expérience, vous l’aurez compris)
Château les C de Carmes Haut Brion 2016 (Bordeaux)
Aloxe Corton Maison en Belles Lies 2017 (ce vin participait également à une expérience d’un comité d’orthophonistes sur la prononciation des x en Bourgogne durant la période du brâme).
Volnay Joseph Voillot 2016 (Bourgogne)
Côte Rôtie Tupin’s Coulet 2016 (Rhône)
Chinon les Charmes Charles Joguet 2014 (Loire)
Patrimonio Grotte di Sole Jean Baptiste Arena 2018 (Corse)
Pézenas Languedoc Domaine des Aurelles cuvée Solen 2012 (Languedoc)
Bandol la Bégude La Brûlade 2004 (bien mature !)
Mendoza El Enemigo Cabernet Franc 2012 (Argentine)
Château Pierre 1er 2015 (Saint Emilion Grand Cru, Bordeaux)
Château Haut-Bailly 1996 (Bordeaux, au bon âge !)

Grand-Tasting-2019-iDealwine-6

Une sélection qui vous parait sans doute brillante mais désordonnée ? Notre réponse sera double :

  • Il n’est point de génie sans folie (Aristote)
  • Cette sélection est le fruit de dizaines d’années de recherches et d’expériences en laboratoire et sur le terrain, pour savoir comment rendre fou un stand, attirer un maximum de personnes et tout simplement rendre heureux les visiteurs. De plus, elle a été corroborée par tous les instituts de sondages disponibles, sans parler des modèles probabilistes les plus pointus.

Résultat de l’expérience :
Une foule des grands soirs, à toute heure, des hôtes dépassés, des rires, des sourires, et, beaucoup de bruit. C’était pressenti, c’est désormais prouvé, quand iDealwine s’énerve, ça fait du dégât 😊

Stands alentours vidés, sujet de conversation principal dans les travées du palais, nous avions tué le match, comme disent vulgairement les sportifs, ceux-là mêmes qui firent de nos années de collège et de lycée des sacerdotes sous prétexte que nous calculions l’angle des coups francs au lieu de les tirer, ce qui n’était pas « cool ». Mais nous nous égarons. Nous avions réussi notre coup et les vins eurent les effets escomptés en transformant notre stand en salle de concert bacchique surchauffée.

Mais, quels insignifiants scientifiques serions-nous sans pousser l’expérience à des niveaux tout simplement dangereux ? La science n’a-t-elle pas progressé grâce à de courageux hommes et femmes qui y risquèrent parfois la vie ? Ne pourrait-on pas devenir les Docteur Bombard de la recherche oeno-salonique ?

C’est ainsi qu’au cœur de la bataille, au firmament de l’affluence, à demi emportés par la foule, d’un geste vif et sec, deux merveilles supplémentaires furent débouchées. Un magnum de morgon Cuvée 3.14 de Jean Foillard (un fin jeu de mots sur la Côte du Py que nous avons évidemment apprécié, même si un petit millier de décimales supplémentaires n’eût pas été superflu) transforma l’arène en chaudron bouillant avant que, coup de grâce, un Château des Tours 2014 ne fasse basculer l’expérience dans l’au-delà.

Le bouche à oreille, phénomène pourtant maintes fois étudié, prit des proportions jamais observées depuis le début des mesures. Des dizaines, des centaines de personnes arrivaient, tel un flux imagé par la célèbre Loi de Poisson, corrélées par l’idéal d’Emmanuel Reynaud. Les stories Instagram pleuvaient, occasionnant une panne du compteur pour surchauffe, tandis que les palais comblés s’exclamaient leur chance. La température montait, le son explosait, de la fumée commençait à sortir des appareils de mesure, les gens étaient euphoriques, tout s’accélérait et l’on semblait se destiner à une explosion dévastatrice, quand soudain, le refroidisseur le plus efficace au monde fût employé : la dégustation mystère.

Si les gens s’y amusent, jouent, gagnent parfois, force est de constater que c’est un appel à la discrétion et à la modestie, car si l’erreur n’est jamais loin, les moqueries de ses meilleurs amis non plus.

C’est ainsi que furent débouchées :

  • Pierre Morey Meursault 2003 (Premier vin du vendredi)
  • Tavel domaine de l’Anglore 2014 (Deuxième vin du vendredi, mais sa position en temps que liquide de refroidissement est à revoir car ce fût plutôt un aimant à passionnés !)
  • Château Pichon-Longueville Comtesse de Lalande 2005 (3e vin, même remarque)
  • Riesling Markus Molitor Zeltinger Sonnenuhr Spätlese 2017 (Premier vin du samedi)
  • Cornas Renaissance Auguste Clape 2016 (Deuxième vin du samedi)
  • Charles Joguet Clos de la Dioterie 2015 (troisième vin du samedi)

L’équipe « refroidissement » a par la suite été convoquée, car le moins que l’on puisse dire, c’est que ce fût un échec. Une fois les étiquettes montrées, tout le monde voulut regoûter, une, deux, trois fois, ce qui ne freina la surchauffe que modérément…

Cependant, la démonstration du postulat de départ fût sans équivoque. Au salon de Thierry Curie et Michel Descartes, plus l’on sert de grands vins, plus la température monte. Ainsi, T°=GVxiDw (souligné et encadré en rouge). Le résultat devrait, soyez vigilants, faire le tour des plus grandes publications scientifiques internationales dans les semaines qui viennent.

En vous remerciant tous, visiteurs, organisateurs, toujours plus nombreux et souriants, d’être venus sur notre stand déguster quelques vins en notre compagnie, nous vous disons tout simplement à l’année prochaine !

Après enquête conjointe du MIT, du comité Nobel et du British Institute of Fine Wines, notre papier a malheureusement été réfuté. En cause, selon eux, un biais dans le postulat de départ et dans l’intention de notre expérience. Ces scélérats cultivés en biodynamite (fin jeu de mots sur Alfred Nobel) ont en effet considéré que nous avions débouché tous ces vins qui font rêver pour en profiter également nous-mêmes. L’histoire nous rendra raison, mais on notera tout de même un bonheur tout sauf scientifique chez les personnes présentes derrière le stand…

Merci donc à :

Astrid Ohm

Astrid Volt

Constance Mendeleïev

Guénola Galilée

Sophie Pascal

Laura da Vinci

Fanny Tchebytchev

Justine Bernoulli

Jean-Baptiste Biot

Nathan Gauss

Elsa Einstein

Et une pensée de reconnaissance infinie pour Andrée Dalton, qui a encore réussi on ne sait comment à organiser un tel événement !

Grand-Tasting-2019-iDealwine-4

  • Voir les commentaires (1)

  • Epicure45

    Quelle tristesse que mon emploi du temps ne me permît de vous rencontrer tous, moi qui avais eu l’indicible bonheur d’être invité à ce noble exercice de dégustation. Mélomane, j’y serais venu avec mon Saint-Saëns mais sans mes cinq sceaux (je n’en ai qu’un dans ma famille) ni mes cinq seaux, laissés à l’entrée, et encore moins mes cinq sots (j’ai en haute estime ma femme et mes quatre fils, tous très intelligents).
    Merci pour ce petit moment de lecture qui m’a fait sourire pour la journée, et je l’espère à l’année prochaine pour participer en votre compagnie à ces beaux instants de partage que constitue l’ouverture d’un flacon respectable.
    Pierre

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Restaurant chateau Guiraud

A table ! Le château Guiraud ouvre son restaurant

Amis bordelais gourmets et œnophiles réjouissez-vous : le château Guiraud, 1er cru classé 1855, ouvrira son restaurant le 2 février prochain ! Baptisé "La Chapelle", ce sera ainsi le premier ...

Blockchain | WineDex, une appli pour authentifier et tracer les vins

Découvrez la nouvelle application WineDex d'authentification et de traçabilité des vins, basée sur la blockchain et la technologie RFID.

Percée du vin jaune 2015 : demandez le programme !

Se déroulant chaque année lors du premier week-end de février, la Percée du vin jaune 2015 se tiendra à Montigny-les-Arsures le samedi 31 janvier et dimanche 1 février et sera ...