Festival : la route des vins du Médoc en musique !

Cette année, du 30 juin au 12 juillet ont lieu les « Estivales de Musique en Médoc, grand rendez vous pour les passionnés de musique et de vin. Parrainé par Frédéric Lodéon, violoniste, chef d’orchestre renommé et, depuis 2006, animateur sur Radio France, ce festival met à l’honneur les lauréats des concours de musique internationaux. Un rendez vous à ne pas manquer ! Et l’occasion pour vous de venir écouter les futurs « Grands » de la musique lors de concerts organisés dans de prestigieux châteaux du Médoc.

Les violons, violoncelles, pianos, flûtes et le chant lyrique accompagneront tout en légèreté la puissance et la complexité des vins du Médoc. Un savoureux mélange qui permettra à tous de passer un agréable moment.

 

 

Vous écouterez une Quintette avec piano, réalisée par les lauréats du Young Concert Artist International Auditions 2006, dans le prestigieux Château Lafon Rochet avant de vous rendre le lendemain au célèbre Château Lafite Rothschild qui accueillera une jeune lauréate du concours Chopin pour son interprétation de la sonate n°2.

La suite vous emmènera au château de Malleret où une double lauréate du 1er prix Fritz Kreisler 2005 et des Violin Master 2007 interprétera Brahms, Ysaye, Mozart et Beethoven.

Pour le plus grand plaisir du public, la route se poursuit jusqu’au château Talbot où flûte et piano s’accorderont dans un concert présenté par le parrain de cette édition : Frédéric Lodéon.

Enfin, le concert du 12 juillet achèvera cette tournée estivale au château de Branaire Ducru où une jeune coréenne, lauréate du Grand Prix Maria Callas 2011 sera accompagnée par un pianiste.

Tous ces moments musicaux seront suivis d’une dégustation proposée par le château hôte de la soirée. Un moment de double convivialité, vécu dans un cadre magnifique, que demander de plus ?

Pour avoir plus d’informations, n’hésitez pas à vous rendre sur le site www.estivales-musique-medoc.com

Vous pouvez aussi consulter la côte des vins sur notre site : www.iDealwine.com

Rappel sur le Château Lafon Rochet :

L’histoire de ce château remonte en 1650 lors du mariage entre Antoinette de Guillemottes et Etienne Lafon, union à l’origine du nom Lafon Rochet. 150 ans plus tard le château est considéré comme l’un des plus gros producteurs de Saint-Estèphe ; La suite de son histoire est animée d’évènements difficiles comme la révolution ou la crise du phylloxera mais le château les surmonte, et devient 4ème grand cru classé en 1855. Le château a dû ensuite subir une succession de ventes aux enchères avant d’être racheté en 1960 par Guy Tesseron qui le géra avec son fils Michel et sa sœur la princesse Caroline Poniatowska.

A la tête du château depuis 2004, Basile Tesseron, petit fils de Michel et donc héritier de la nouvelle génération, est un viticulteur passionné qui définit son métier comme un travail de patience.

Aidé de l’œnologue, Denis Dubourdieu qui s’occupe de la conduite des vignes et de la vinification, il gère son domaine par des méthodes traditionnelles et accorde un traitement de faveur à la vigne parce que chez lui « le pied de vigne est roi ! »

Le domaine est situé sur un plateau en croupe frappé par les vents du Nord Ouest qui sèchent les vignes et font de ce terroir l’un des plus prestigieux de l’appellation Saint-Estèphe. Les 45 ha situés entre le Château Lafite Rothschild et Cos d’Estournel, sont traités avec dévouement et offre l’un des saint-estèphes les plus opulents et harmonieux.

Rappel sur le Château Lafite Rothschild :

L’histoire du vignoble de Lafite est ancienne. Sur un domaine qui comportait déjà des plants de vigne, Jacques de Ségur structure le vignoble à la fin du XVII° siècle et la réputation de ce vin s’établit déjà à un bon niveau. Son fils Alexandre étend le domaine en épousant en 1695 l’héritière de Château Latour. De cette union naît Nicolas-Alexandre, qui construit au début du XVIII° siècle le prestige et la renommée de Lafite, le vin étant plébiscité à Versailles et déjà également outre-Manche.

Au décès de ce dernier, Lafite connait une succession de propriétaires, il sera notamment vendu aux enchères après la Révolution, mais la qualité sera maintenue au meilleur niveau grâce aux soins de ses régisseurs, la famille de Joseph Goudal. Le Château Lafite sera ainsi classé 1er cru en 1855.

En 1868, le Baron James de Rothschild acquiert, aux enchères de nouveau, le domaine qui est depuis resté propriété de sa famille. En dehors de son terroir exceptionnel (un sol de graves profondes, reposant sur des marnes et sur un sous-sol calcaire), la qualité s’explique notamment par l’âge moyen du vignoble (plus de 40 ans), un faible rendement à l’hectare et une sélection très sévère. Dans les années 1960-1970 les vins se sont révélés d’une qualité moindre, en raison d’une gestion moins stricte du domaine et du processus de vinification.

Depuis 1975, le château, célébré par les amateurs du monde entier, produit des vins magnifiques, grâce à la direction dynamique d’Eric de Rothschild. D’une finesse exceptionnelle, ils déploient une complexité aromatique fabuleuse. D’une matière impressionnante, leur potentiel de garde semble illimité. Pour en savoir plus, consultez le site du Château Lafite

Consultez la cote des vins du château Lafite Rothschild cliquez ici.

Rappel sur le château de Malleret

On doit le nom du Château à Pierre de Malleret, écuyer anobli par Louis XIV, propriétaire en 1597. Le grand renouveau de Malleret et son entrée dans l’ère contemporaine débutent avec son successeur, Philippe Frédéric Clossmann, important négociant bordelais. Il fait bâtir le Château que l’on connaît aujourd’hui et aménager le parc. Son fils, Paul Clossmann, reprend le flambeau.

Si l’activité viticole est omniprésente, le cheval devient aussi une des raisons d’être du Château de Malleret. Les écuries, réputées pour être les plus belles du Sud-Ouest, sont encore le témoin du fameux Haras de course, de renommée européenne.

Héritière du Château, la petite fille de Philippe Frédéric Clossmann épouse le Marquis du Vivier, dernière grande famille propriétaire qui va continuer de parfaire l’activité viticole tout en perpétuant la tradition équestre des lieux avec le Haras et la chasse à courre. Le négociant de Luze rachète la propriété en 2000 qui la revendra en 2006 à la SCEA Malleret

Ce château vinifie ses vins selon des méthodes traditionnelles. Les vendanges sont effectuées manuellement. Les vins sont élevés en fût de chêne. Ils se révèlent directs et francs et développent des arômes fruités associés à de subtiles notes de boisé.

Consultez la cote des vins du château de Malleret, cliquez ici.

Rappel sur le Château Talbot

L’histoire de ce cru est riche. Il porte le nom d’un célèbre homme de guerre anglais, ancien gouverneur de Guyenne qui fut vaincu à la bataille de Castillon en 1453. La suite de l’histoire est majestueuse : promu 4ème Cru classé de Saint Julien lors du classement conduit par Napoléon III en 1855, il a été dirigé par la bienveillance des marquis d’Aux avant d’être propriété de la famille Cordier.

Actuellement entre les mains de Lorraine Cordier et Nancy Bignon Cordier, château Talbot a toujours été considéré comme le frère jumeau du château Gruaud Larose. Situé au nord de celui-ci, Talbot jouxte les vignes de Léoville Poyferré. Reposant sur des graves au sous-sol calcaire, son vaste vignoble de 107 hectares d’un seul tenant jouit d’un terroir exceptionnel.

Elevés dans des cuves en bois commee autrefois, les vins produits sont excellents, charnus et fruités et mériteraient un meilleur classement.

Consultez la cote des vins du château Talbot, cliquez ici.

Rappel sur le Château Branaire-Ducru

Le château Branaire, connu sous le nom de Branaire-Ducru, était auparavant une parcelle du vaste domaine du château Beychevelle. Classé quatrième cru en 1855, il appartient depuis 1988 à un groupe familial français présidé par Patrick Maroteaux. Le vignoble est situé sur l’une des plus belles croupes graveleuses de la commune de Saint-Julien-Beychevelle. Le vin se distingue par une grande richesse aromatique et beaucoup de souplesse. Depuis 1991, la vinification s’effectue dans un cuvier moderne fonctionnant par gravité. Le pompage de la vendange et du vin est ainsi évité, ce qui préserve l’intégrité des baies de raisin. Les vins, parfumés, riches et profonds, représentent la quintessence de l’esprit des vins de Saint-Julien.

Consultez la cote des vins du château Branaire Ducru, cliquez ici.

 

 

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Le vin et la génération Y : de l’importance de l’héritage familial

La dernière étude Ifop/Vin & Société vient apporter un nouvel éclairage sur le rapport des jeunes au vin, en mettant en lumière le poids de l’héritage et de l’éducation familiale.

Classement de Saint-Emilion valide

Classement de Saint-Emilion | La justice le valide après 7 ans de procédure

Ça y est, le classement de Saint-Emilion a été définitivement validé par la justice. Retour sur cette affaire qui fait battre le mondovino depuis sept ans déjà.

Vente à prix fixe spéciale Rhône : de Côte Rôtie à Châteauneuf, les 40 domaines qui comptent

La vallée du Rhône est devenue au fil des ans une région où les connaisseurs se font vraiment plaisir : on y trouve de très grands vins facilement disponibles comme ...