Faut-il vendre vos primeurs 2008 ?

Les bordeaux 2008, désormais en bouteille et livrés à ceux qui les avaient réservés en primeur, font progressivement leur apparition dans les ventes aux enchères. A des niveaux de prix qui font apparaître, pour certains crus, de belles plus-values. Faut-il les vendre maintenant ?

Pour l’instant les bordeaux 2008 sont encore rares dans les catalogues. Mais les niveaux de prix enregistrés confirment ce que tout le monde avait commencé à réaliser lors de la sortie des primeurs 2009 : le millésime 2008 pourrait bien se révéler LA bonne affaire de la décennie.

Prenons le cas de Château Latour. Certains amateurs ont pu acquérir le 2008 à 192€ (TTC). Plus généralement, la moyenne du prix en primeur s’est établie pour ce vin à 259€ (source : http://bleguern.fr/). Et aujourd’hui, les premières adjudications font apparaître une cote de …816€ ! Même situation pour le Château Mouton Rothschild. Ce premier cru de Pauillac qui caracole en tête des plus fortes hausses de ces derniers mois, ne fait pas exception sur le 2008. Acquis, selon les marchands, entre 163 et 195€, il s’échange actuellement aux enchères à près de 700€. Et on osera à peine citer le cas des vins du Château Lafite Rothschild, proposés entre 179€ et 259€ la bouteille en primeur, ils ont aujourd’hui franchi le seuil des 1000€ (1099€ sur la dernière adjudication) dans les ventes aux enchères de vins….

Les premiers crus classés, s’ils enregistrent des hausses de prix foudroyantes, n’ont pas l’exclusivité de la tendance. A un autre niveau de prix, le second vin de Château Lafite, les Carruades de Lafite, qui avait été proposé entre 49 et 54€ en primeur, vaut aujourd’hui un peu plus de 320€ aux enchères. Pas étonnant pour ce vin qui, dans le sillage de son aîné, enflamme les marchés asiatiques. D’autres crus classés, particulièrement attractifs en primeur, ont également enregistré une hausse de prix spectaculaire. C’est notamment le cas de Château Léoville Barton, l’un des plus beaux rapports qualité prix de la campagne primeur 2008 : vendu entre 34 et 39€ à l’époque, sa cote s’est établie à 64€ aux enchères. Sur d’autres crus, plus chers en primeur, la plus value reste significative, mais moins élevée. Par exemple, le Château Pape Clément, vendu 89€ en primeur, vaut aujourd’hui 116€.

Sur la rive droite, Château Angélus, qui s’achetait entre 80 et 85€ lors de la campagne primeurs, atteint 110€ dans les ventes.

Les facteurs qui ont contribué à renchérir le prix de marché des 2008 sont de plusieurs ordres. Sur les crus les plus spéculatifs, recherchés par le marché asiatique, le chiffre 8, porte bonheur en Chine, a indéniablement joué. Une opportunité que ni Lafite, ni Mouton Rothschild n’ont laissé passer. Le premier a frappé ses bouteilles de 2008 d’un emblème porte-bonheur. Pendant ce temps, au Château Mouton Rothschild 2008, la baronne de Rothschild faisait appel à l’artiste chinois Xu Lei pour réaliser l’illustration de son étiquette. Par ailleurs, l’appel d’air créé par la demande asiatique a entraîné la hausse de prix que l’on sait sur les millésimes 2009, puis 2010 en primeurs. Faisant passer, mécaniquement, le prix des 2008 comme une excellente affaire. En dépit des mises en garde de Robert Parker (voir ci-dessous notre article à ce sujet), cette politique de hausse exponentielle des cours a eu pour effet de surenchérir le prix, aux enchères, de ces 2008, une fois mis en bouteille et livrés à leurs acquéreurs. Il est indéniable que le marché acceptera de payer un prix plus élevé que le tarif primeur sur les vins de ce millésime, en tout cas pour la catégorie des vins susceptibles d’enregistrer une demande mondiale. C’est aujourd’hui le cas d’une bonne cinquantaine de marques. Et, probablement demain, de beaucoup plus encore : le millésime 2008 a indéniablement de beaux jours devant lui !

Vous hésitez à revendre vos Bordeaux 2008 ? Demandez une estimation

Consultez les ventes de Bordeaux en cours

Recherchez la cote d’un vin

En savoir plus sur les primeurs

A lire également :

Un artiste chinois signe l’étiquette du château Mouton Rothschild 2008

Lafite Rothschild 2008, pas encore en bouteilles, mais déjà un must have

Primeurs : quand Robert Parker s’inquiète d’une possible manipulation des prix

Tags:

  • Voir les commentaires (1)

  • Martin Eylat

    J’aimerais connaître de quelle façon à été « fabriqué » la bouteille de Mouton 2000
    Martin Eylat

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Château-Chalon : vers une enchère record ?

L’appellation Château-Chalon, au cœur du Jura, est connue pour produire des vins de très grande garde. Aux enchères, certains millésimes peuvent atteindre des prix très élevés comme ce sera sans ...

10 320€ pour un romanée-conti 1991 (+28%) adjugé le 14 décembre sur iDealwine

Les dernières enchères, conclues en ligne sur iDealwine le 14 décembre dernier, ont mis en lumière les grands crus de ...

Les belles enchères de la vente du 27 mai 2015 : Petrus, Rousseau, Jamet, Salon, Huet…

Plus de 550 amateurs, venus d’une trentaine de pays différents, se sont battus sur iDealwine pour les quelque 3000 lots proposés lors des dernières enchères on-line. Un point sur les ...