Enchères on-line : les Bordeaux 1990, Rousseau, Rayas et vieux armagnacs sur le podium

DSC00411Réunissant plus de 550 acheteurs, les enchères on-line se sont achevées le 29 avril dernier sur une flambée des prix de certains vins de Bourgogne. Les champagnes de la maison Krug et quelques vieux alcools ont aussi inscrit de beaux résultats.

La vente de fin avril a rencontré un vif succès auprès d’amateurs qui enchérissaient on-line depuis plus de 25 pays. Des quatre coins du monde ils se sont disputé les grands crus de Bordeaux, de Bourgogne, du Rhône ou de Champagne, sans oublier les vins de la Loire ou les vieux alcools.

A Bordeaux, le grand vainqueur des enchères demeure Petrus. Même les petits millésimes tels que 2007 (1680€) ou des années plus « classiques » comme 2004 (1620€) se vendent à la hausse. Une tendance qui profite également, toutes proportions de prix gardées, au château La Fleur Petrus (+7% pour le millésime 1995 à 157€). Le Château Mouton Rothschild est lui aussi recherché dans les petites années, dont le prix est jugé attractif, à l’instar du 1999 (288€, +4%). 1990, grand millésime aujourd’hui parfaitement mûr, sort tout de même du lot, avec de  belles enchères pour … Petrus encore une fois (2700€, +2%), mais aussi le château Cheval Blanc (670€, +8%) ou encore le château Montrose (438€, +6%). On note aussi la bonne tenue des cours du château Léoville Barton, recherché dans les millésimes 2000 et 2003. La seule baisse de cours notable concerne un millésime récent du château Lafite Rothschild, dont le 2011 se vend 391€ (-12%).

En Bourgogne, les vins, déjà rares dans leur jeunesse, atteignent des sommets lorsqu’arrive la maturité. En haut du podium on trouve le domaine Leroy, dont les grands crus frôlent les 2000€, tant pour un Musigny 1978 (1980€) que pour un Richebourg 1955 (1920€). Le domaine Armand Rousseau voit ses prix bondir à la faveur d’un euro jugé attractif par les amateurs de Hong Kong et de Singapour. Parmi les vins qui ont pris le chemin de l’Asie, un Chambertin 1988 a ainsi été adjugé 960€, soit une hausse de 80% par rapport à la cote iDealwine. Dans le millésime 1993, ce même vin atteint 1380€ (+24%). Dans la côte de Nuits, toujours, l’échézeaux du domaine Dujac, en 1986, trouve preneur à 336€ auprès d’un amateur japonais. On note que les grands crus de Bourgogne sont plébiscités dans des millésimes prêts à boire, mais également dès qu’ils sont mis en vente. Parmi les 2012 récemment parvenus sur le marché, on a ainsi enregistré 1140€ pour le Chambertin du domaine Rousseau, et 960€ pour le Chambertin Clos de Bèze du même producteur. En blanc, les prix des vins du domaine Coche-Dury n’en finissent pas de grimper : un meursault Perrières 1999 a atteint lors de ces récentes enchères on-line la somme de 1260€, en hausse de 77% sur la cote.

En vallée du Rhône, le Château Rayas 1990 à Châteauneuf du Pape, un vin mythique, particulièrement recherché dans ce millésime, a franchi le seuil des 1000€ la bouteille, à 1050€ très exactement (+15%). Plusieurs vins issus de la galaxie Rayas ont d’ailleurs inscrit de beaux résultats, qu’il s’agisse du côtes-du-rhône du château de Fonsalette 1978, dont un magnum s’est vendu 600€, ou de la cuvée Pignan de Château Rayas, adjugée 168€ dans le millésime 1989. Beau succès également de l’Hermitage la Chapelle 1985, proposé en magnum, qui a atteint 288€ (+40%). Les vins de Côte-Rôtie de Guigal retrouvent la faveur du marché, les prix s’inscrivent en hausse pour les trois cuvées phares du domaine, La Turque (228€ en 1996, +12%), La Landonne (1995 : 252€, + 27%) et La Mouline (174€ pour le 2004, +21%).

En Champagne, le succès ne se dément pas pour les flacons de la maison Krug, avec un Clos du Mesnil 1979 adjugé 2520€, un prix en hausse de 117% sur la cote iDealwine. Succès aussi pour la cuvée « S » de la maison Salon 1997 (336€, +14%) et pour les cuvées de la maison Cédric Bouchard (Roses de Jeanne, La Bolorée). Dans la vallée de la Loire les vins du Clos Rougeard se stabilisent au plus haut niveau, à 232€ pour le Bourg 2005, 160€ pour le Poyeux 2005 et 110€ pour le Clos 2005. Les enchères se sont emballées, en revanche, pour les flacons de vieux alcools, allant jusqu’à 1080€ pour un bas armagnac Laberdolive 1935. Notons aussi, à Porto, les 720€ déboursés par un amateur français pour un Colheita 1900 de la maison Niepoort.

Accédez aux rapports mensuels d’iDealwine sur les ventes aux enchères de vins.

En savoir plus sur l’investissement dans le vin

Recherchez le prix d’un vin

Consultez les ventes de vin

A lire également dans le Blog iDealwine :

Dopés par l’attractivité de l’euro, Les indices iDealwine progressent de 2,23% en avril

Succès aux enchères des vins du domaine Roulot à Meursault

Clos Rougeard : sa cote a explosé en quelques années

Belles enchères sur les Bourgognes du domaine Clair-Daü, les hermitages de Chave et les vins du Clos Rougeard

Les bourgognes blancs des domaines d’Auvenay et Coche-Dury au top des enchères le 11 mars

Belles enchères sur le Clos de Tart, les vins de Côte-Rôtie et grandes cuvées de Champagne

Belle enchère : envolée des prix en Côte-Rôtie sur les vins du domaine Jamet

Belles enchères sur Mouton Rothschild, La Romanée Conti, Méo-Camuzet lors de la vente du 11 février 2015

Selosse, Krug et la Grange des Pères au top lors des enchères on-line du 28 janvier 2015

Palmarès 2014 des vins les plus chers vendus aux enchères sur iDealwine

Le palmarès par région des ventes aux enchères iDealwine en 2014

 

 

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Londres : iDealwine sera au Chelsea Wine Show ce weekend

Un grand salon des vins se tiendra à Chelsea du vendredi 16 au dimanche 18 octobre, le Chelsea Wine Show et iDealwine sera évidemment de la partie pour cette première ...

Chinese billionaire Lam Kok (L) and his spouse pose for a photograph on December 20, 2013, in front of the Chateau de La Riviere, in La Riviere. The deal which was concluded on December 19 for Chinese billionaire Lam Kok to buy a Bordeaux vineyard, le Château de La Rivière, turned to tragedy today after the helicopter which the billionaire and the vineyard's French former owner James Gregoire were using to fly over the property crashed into the Dordogne river. This photograph was taken less than an hour before the crash. The French former owner of the vineyard James Gregoire, the new Chinese buyer Lam Kok, and Lam Kok's 12-year-old son are still missing. AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH

Drame à Fronsac lors de la cession du Château La Rivière

Quelques heures seulement après la conférence de presse au cours de laquelle les clés du Château de La Rivière lui avait été officiellement remises, l’acquéreur chinois Lam Kok du Château ...

Le bourguignon Boisset rachète le languedocien Skalli

Le géant bourguignon Boisset et la maison Skalli viennent de signer un protocole d’accord portant sur la cession des actifs de la maison Skalli (Vallée du Rhône et Languedoc-Roussillon) à ...