Enchères de vin sur iDealwine | Un premier semestre prometteur

Romanée-Conti enchères vin iDealwine

Après une année record en 2018, iDealwine poursuit sa belle lancée en 2019 avec un premier semestre prometteur. Chiffres à la hausse, tendances qui s’affinent et phénomènes émergeant… Décidément, tout nous porte à croire que cette année sera, une fois de plus, riche. On fait le point.

Chers amateurs, laissez-nous le privilège de rouler un peu des mécaniques en vous rappelant que 2018 a été une année record pour notre activité d’enchères. Au 31 décembre 2018, nous enregistrions ainsi un montant total d’adjudication (frais compris) de 17,5M€ pour 143 000 flacons échangés. Mais pour autant, chers amateurs, vous ne vous êtes pas arrêtés en si bon chemin :). 2019 a démarré en beauté, et le premier semestre est venu confirmer la bonne santé du marché : le montant total adjugé sur la plateforme d’iDealwine a franchi le seuil des 10M€, soit plus de 84 000 flacons qui ont changé de main en 6 mois. Vous l’aurez calculé de vous-même, avec des volumes affichant une hausse de 15% par rapport au premier semestre 2018, l’effet prix est net : car la progression, en valeur, s’établit à 23%. La signature d’un marché en quête de grands vins, toujours plus rares.

BFM-Bilan-encheres-vins-premier-semestre-2019-regions-volumeBFM-Bilan-encheres-vins-premier-2018-regions-volume

Au total, 21 ventes aux enchères ont été organisées sous l’égide de notre filiale IWA Auction, dont deux ventes étaient consacrées à des collections particulières (un seul et même vendeur). Depuis le début de l’année, des tendances se sont confirmées, d’autres s’esquissent. Alors, que recherchent réellement les amateurs ? Comme toujours, une part de rêve. Bien sûr, les régions traditionnelles que sont Bordeaux, la Bourgogne et la vallée du Rhône forment le trio indétrônable du podium, représentant ensemble 73% des échanges.

Bordeaux fait toujours figure de leader au premier semestre 2019, avec une part de 33% des volumes échangés aux enchères, et de 41% en valeur. Grands formats (jéroboam de château-mouton-rothschild 1986 adjugé à 7 296€), vins rares, millésimes emblématiques (château-clinet 1989 adjugé à 2 675€) ou historiques (crème-de-tête 1945 de château Gilette à 851€) et vieux flacons (château-pavie 1928) sont les clés de son succès. Attention, tout de même, sur ce marché, la progression des volumes concerne essentiellement les autres régions, diminuant la part de Bordeaux dans les ventes aux enchères. Pour mémoire, à fin 2018, les grands crus bordelais représentaient encore 44% des volumes échangés et 45% de la valeur vendue. Dans le même temps, la Bourgogne, située en seconde position poursuit sa belle lancée, passant de 23% en volume à fin 2018 à 26% au terme du 1er semestre. Sans surprise, le domaine de la Romanée-Conti reste au sommet des flacons les plus chers : une romanée-conti 2000 a atteint 14 957€ en mars dernier.

L’ascension de la vallée du Rhône est plus discrète mais elle est menée tranquillement et sûrement, avec 8 000 cols cédés au premier semestre, soit une part de 14% des ventes (contre 13% à fin 2018). Notons que les vins les plus recherchés proviennent essentiellement des terrasses escarpées, au travail mécanique impossible, de la partie septentrionale. Appellations prestigieuses (Hermitage, Côte-Rôtie, Cornas), cuvées non produites tous les ans (Cathelin 1990 de Jean-Louis Chave adjugée à 8 026€) ou domaines disparus (côte-brune 1985, la côte-rôtie de Marius Gentaz-Dervieux) sont au cœur de toutes les attentions.

Mais, malgré l’aura prestigieuse que dégage ce triptyque, nous notons une baisse proportionnelle globale (80% des échanges en 2018 vs 73% au premier semestre 2019) qui ouvre la voie à une quête de stars et de pépites de régions méconnues et de contrées étrangères. De la même manière, le bio poursuit sa percée, atteignant aujourd’hui 31% des ventes. De ce fait, des figures ligériennes comme Stéphane Bernaudeau (les-nourissons 2012 adjugé à 207€) et Richard Leroy (les-noëls-de-montbenault 2012) poursuivent, une fois de plus, leur ascension.

Inutile de vous rappeler que ce qui fait la grâce de la Champagne est l’éclat de ses fines bulles, de ses maisons et de certains millésimes. Alors, cette région septentrionale poursuit sur sa lancée (3% des volumes échangés) animée par l’intérêt des amateurs avertis en quête de grands formats (mathusalem de cristal 2002 de Louis Roederer – 6 202€), de vieux millésimes (cuvée S 1959 de Salon – 4 134€) et de champagnes de vignerons (Dégorgement Tardif Jacquesson Signature 1989 – 372€).

Preuve de l’attractivité des vins bio, biodynamiques et natures, le Jura maintient sa croissance (3% des volumes échangés au premier semestre versus 2% en 2019 pour cette petite région viticole). Si les vins oxydatifs et les vieux millésimes concentrent toutes les convoitises, certains noms connus pour leurs vinifications naturelles assoient définitivement leur succès (Pierre Overnoy avec son vin jaune 1990 adjugé à 1 763€) tandis que d’autres saillent de façon fulgurante (côtes-du-jura- ja-nai 2011 du domaine des Miroirs, acquis à 693€).

Force est de constater que depuis quelques années, le Languedoc-Roussillon a su renaître de ces cendres. De ce fait, certains amateurs ont bien compris que face à des régions dont les prix s’affolent flèche, les flacons se raréfient et réclament une longue garde, il vaut mieux explorer de nouveaux terroirs tout aussi exceptionnels. Par conséquent, ici aussi, de nouvelles figures sont apparues et/ou ont découvert leur potentiel au cours de ces dernières décennies. En tête du peloton, Frédéric Pourtalié du domaine de Montcalmès (terrasses-du-larzac 2015 adjugé à 292€) et Hervé Bizeul du Clos des Fées (côtes-du-roussillon La Petite Sibérie 2003 à 290€).

Espérons que ces chiffres et ces tendances qui se sont dessinées à l’aube de ce millésime 2019 auront accroché votre esprit d’amateur averti. Restez bien connectés, nous préparons soigneusement les palmarès régionaux des enchères de ce premier semestre avant de les publier sur le blog. Comme toujours, ils vous permettront creuser plus avant dans chacun des territoires français et étrangers, en quête de ces étoiles, établies ou émergentes qui émaillent le vignoble mondial.

Retrouvez toute notre analyse des dernières tendances sur le marché des ventes aux enchères de vin

En savoir plus sur la vente de votre cave

Consultez les ventes de vin

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Salon RVF

Salon de la RVF (19-20 mai) : iDealwine vous attend !

Au mois de mai se tient le Salon de La Revue du Vin de France qui rassemble les professionnels et ...

Château Latour poursuit avec son 2003 sa stratégie de vente en direct de millésimes prêts à boire

Château Latour, grand vin bordelais par excellence, ne l’est plus que par le goût. Commercialement, la stratégie du Château s’éloigne de plus en plus de celle de ses semblables. Après ...

Quel vin pour accompagner la galette des rois ?

La tradition de la galette des rois est toujours aussi vivante. Et contrairement à autrefois elle dure presque jusqu'à la fin du mois de janvier ! Mais que peut-on boire ...